"Ervart" en pleine confusion

Ervart, ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche

Théâtre municipal de Grenoble

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / En adaptant "Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche", texte abracadabrantesque de l’auteur contemporain Hervé Blutsch, le metteur en scène Laurent Fréchuret livre un spectacle poussif dans lequel la soi-disant loufoquerie vire à la caricature malgré des comédiens de haut-vol, Vincent Dedienne et Jean-Claude Bolle-Reddat en tête.

Tout commence pourtant bien. Nous sommes, nous annoncent des projections de texte, à la fois à Turin entre 1888 et 1889 avec Nietzsche et à Paris en 2001, post 11-Septembre. Deux pôles, deux récits auxquels se cognent des comédiens anglophones de la deuxième situation comprenant vite qu'ils se sont trompés de pièce. Ce décalage immédiat avec l'objet théâtral est non seulement comique mais aussi jubilatoire : bienvenue dans les arcanes de la fabrication du spectacle !

à lire aussi : Théâtre : quinze spectacles pour une saison parfaite (ou presque)

Rideau de velours rouge, portes mobiles sur roulettes, humour noir sur des enfants traités comme des bêtes... Et, surtout, délire d'Ervart, le personnage principal qui, fou de jalousie, mitraille à tout-va. Il attaque un peuple dont l'absence physique sur scène est remarquée par une comédienne qui cherche du travail. Labiche et ses vaudevilles sont à peine entrevus que, déjà, la pièce les dépasse et fait la jonction avec notre époque – les attentats ne sont pas loin. Prometteur.

Ervart ou la finesse au placard

Problème : le rythme de cette création, née début octobre à la Comédie de Saint-Étienne et bientôt en place au Rond-Point à Paris, s'essouffle très rapidement dans des scènes surlignées voire grossières. Ervart (Vincent Dedienne, bon élève) est poursuivi ad nauseam par une ombre (l'amant supposé de sa femme), ses paranoïas ridiculisées (son épouse mimant très grossièrement des gestes d'actes sexuels) et son jouet érotique (l'actrice qui cherche un travail) discrédité par un accoutrement grotesque de prostituée. Bien sûr, cette pièce est une farce (qui d'ailleurs n'emprunte le nom de Nietzsche que pour se donner une fausse contenance et offrir un numéro de claquettes incongru), mais ceci ne justifiait pas un tel bégaiement sur le plateau.

Même l'épisode du pique-nique, annoncé à grands renforts de suspens par un maître de maison parfait (Jean-Claude Bolle-Reddat, d'une constante justesse quels que soient ses rôles) déçoit par un décor pauvre (des images d'arbres projetées en fond de scène, des aplats de lumières de soleil à travers les feuilles au sol) malgré des lumières au cordeau. Les dialogues s'étirent ; les comédiens sont en roue libre, Vincent Dedienne pousse même la chansonnette...

Pourtant, si certaines séquences avaient été resserrées et surtout moins surjouées, la saveur de la dinguerie des protagonistes, imaginés par le français quinqua Hervé Blutsch, aurait peut-être été rendue plus accessible et un tant soit peu touchante. Comme lorsque le metteur en scène lorgne sans entrave du côté des comics avec les images de la Warner Bros. Trop tard.

Ervart ou les derniers jours de Nietzsche
Au Théâtre municipal de Grenoble vendredi 9 novembre à 20h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 2 février 2016 Cinq mois après la version magistrale de "Godot" par Jean-Pierre Vincent (à la MC2), le Grand angle de Voiron reçoit celle du Stéphanois Laurent Fréchuret : si le casting est plus inégal, la vivacité et la férocité de l’époustouflant texte de...
Dimanche 13 septembre 2015 Une sélection à base de Professeur Rollin, de Vincent Dedienne, d'Alex Lutz et même de Fills Monkey. Aurélien Martinez et Benjamin Mialot
Vendredi 18 septembre 2015 Du théâtre contemporain, du classique ; des metteurs en scène stars, des plus confidentiels ; des pièces avec plein de comédiens, d'autres avec beaucoup moins de monde... Voici les coups de cœur et les attentes du "PB" pour cette saison 2015/2016.
Dimanche 14 septembre 2014 Le jeune comédien, que le Petit Bulletin Grenoble avait programmé dans le cadre des 20 ans du journal, vient de décrocher une chronique dans l'émission de Maïtena Biraben, en remplacement de Stéphane De Groodt. Présentation
Mardi 10 juin 2014 Depuis sa création il y a un an à Paris, S’il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en (...)
Mardi 18 février 2014 Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedienne avec son spectacle "S’il se passe quelque chose" : un seul-en-scène alternant sketchs savoureux et textes plus personnels. Un véritable bijou,...
Vendredi 24 janvier 2014 "Le Petit Bulletin" a vingt ans, et les fête en grandes pompes. Notamment en programmant un spectacle au Théâtre 145, en coréalisation avec le Tricycle. Notre choix s’est porté sur le "S’il se passe quelque chose" du jeune Vincent Dedienne : une...
Jeudi 20 octobre 2011 Jeune comédien que l’on a pu croiser dans plusieurs pièces d’auteurs décédés depuis bien longtemps (notamment Le Roi s’amuse de Victor Hugo par François (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X