"Les Indestructibles 2" : toujours aussi fort.e.s !

Les Indestructibles 2
De Brad Bird (EU, 1h58) avec Gérard Lanvin, Louane Emera...

De retour à l’animation après une parenthèse en prises de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses "Indestructibles", où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.  

Après un énième sauvetage destructeur, la famille Indestructible est, comme tous autres super-héros, définitivement hors-la-loi. Mais un milliardaire désireux de les réhabiliter propose à Hélène d’incarner cette reconquête. Pendant ce temps, Bob gère les enfants à la maison, et notamment bébé Jack-Jack qui révèle d’étonnantes dispositions…

à lire aussi : Amanda Lear : « Ils ont mis un peu longtemps à faire "Les Indestructibles 2" vu mon espérance de vie ! »

À cette lointaine époque (il y a… quatorze ans) où les héros masqués étaient moyennement à la mode (Sam Raimi venait tout juste de sortir Spider-Man), que Brad Bird avait eu le nez creux en sortant Les Indestructibles. Non seulement il revisitait l’univers codifié des "super" selon le prisme Pixar, en combinant vision décalée et parodique, mais il permettait indirectement à Disney d’entrer (certes par une porte dérobée) dans ce territoire jalousement gardé par Warner (Superman, Batman) et la Fox.

Et Dieu dans tout ça ?

La donne a changé aujourd’hui, la Maison de Mickey possédant l’essentiel de la plus grande fabrique à mutants en activité, Marvel. Pour autant, pensez-vous que Pixar aurait pu se priver d’une joyeuse transgression ? Que nenni ! Si le film, avec l’interdiction faite aux super-héros d’avoir recours à leurs pouvoirs, use de l’habituelle métaphore pour dénoncer l’exclusion des minorités, il développe un sous-texte plus corrosif visant le public et le renvoyant à ses responsabilités.

Le méchant que les Indestructibles affrontent ici est un hypnotiseur abrutissant les masses par le biais des écrans, reprochant aux foules de s’abandonner à une bienfaitrice providence venue du ciel avec sa cape pour résoudre tous ses problèmes. Ce prédicateur divergent vomit explicitement les "couch potatoes" et leurs cultes infantiles ; celui voué aux super-héros salvateurs et rédempteurs, lesquels ne sont que des pop simulacres divins. Certes, l’hypnotiseur finira défait (ce n’est pas un spoil), mais avoir placé un discours ayant de telles résonances athéistes tient de l’exploit surnaturel.

Ajoutons que le premier rôle est confié à une héroïne et que le personnage le plus fantastique est un bébé : on a bien changé de paradigme.

Les Indestructibles 2
de Brad Bird (ÉU, 1h58) animation

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 11 mars 2022 Signé par la prodige Domee Shi, le nouveau Pixar, "Alerte Rouge", confirme la suprématie du studio satellite de Disney mais hélas ne bénéficie pas d’une sortie en salle : à l’instar de "Soul" et de "Luca", il n'est visible que sur la plateforme...
Mardi 19 octobre 2021 De la mémoire comme un bien précieux à préserver, pour qu’une vérité historique non corrompue soit transmise par-delà les années… Ce qui est, somme toute, la raison (...)
Lundi 27 novembre 2017 Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile ("Monstre & Cie", "Le Monde de Nemo"), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et...
Mardi 24 novembre 2015 Après avoir conquis les esprits et les cœurs au printemps grâce à "Vice-Versa", le studio Pixar sort son second film de l’année. Est-ce une si bonne nouvelle que cela ?
Mardi 16 juin 2015 "Vice-Versa", chef-d’œuvre absolu signé Pete Docter, est un nouveau cap pour la révolution initiée depuis vingt ans par les studios Pixar dans le cinéma d’animation. Ou comment une bande de geeks est venue bousculer le monstre Disney, qui n’est pas...
Mardi 16 juin 2015 Les studios Pixar et Pete Docter donnent une singulière lecture de ce que l’on appelle un film-cerveau en plongeant dans la tête d’une fillette de onze ans pour suivre les aventures de… ses émotions ! Aussi ambitieux qu’intelligent, drôle, émouvant...
Dimanche 7 juillet 2013 Déception pour le nouveau Pixar : la greffe entre l’univers de "Monstres et Cie" et celle du film de campus ne prend qu’à moitié, et le scénario paraît bien attendu par rapport à celui du précédent "Rebelle". Christophe Chabert
Mercredi 15 ao?t 2012 Mais qui arrêtera les studios Pixar ? Leur retour à une histoire originale après deux prolongations de franchises maison donne lieu à une pure merveille, chef-d’œuvre scénaristique et leçon de mise en scène animée.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter