"Titane" de Julia Ducournau : au lit, motors !

Titane
De Julia Ducournau (Fr-Belgique, 1h48) avec Vincent Lindon, Agathe Rousselle, Garance Marillier...

Palme d'Or 2021 / ★★★☆☆ / Une carrosserie parfaitement lustrée et polie, un moteur qui rugit mais atteint trop vite sa vitesse de croisière pépère… En apparence du même métal que Grave, son premier et précédent long métrage, le nouveau film de Julia Ducournau semble effrayé d’affronter la rationalité et convoque le fantastique en vain. Dommage.

Victime enfant d’un accident de la route dont elle a été la cause, Alexia vit depuis avec une plaque de titane dans le crâne. Devenue danseuse, elle se livre en parallèle à des meurtres affolant le sud de la France et "s’accouple" avec une voiture. Pour se faire oublier après une soirée très sanglante, Alexia endosse l’identité d’Adrien, un adolescent disparu depuis dix ans. Son père, un commandant de pompiers détruit, va cependant reconnaître ce "fils" prodigue et l’accueillir…

Programmé par la Semaine de Critique en 2016, le sympathique Grave avait instantanément transformé Julia Ducournau, dès son premier long métrage, en nouvelle figure de la hype cinématographique française. Sans doute les festivaliers, déjà peu coutumiers des œuvres se revendiquant d’un "autre cinéma" louchant vers le fantastico-gore, la série B et les séances de minuit, avaient-il été titillés par le fait que ce film soit signé non pas par l’un des olibrius vaguement inquiétants fréquentant les marches du Palais (Gaspar Noé, Lars von Trier, NWR, Bertrand Mandico…) mais par une jeune réalisatrice présentant bien. Le peuple de la Croisette, et sans doute celui de Berlin et de Venise, semble avoir besoin d’être rassuré : il lui faut du décalage entre du sordide à l’image et du propret sur le tapis rouge. Ce même décalage qui permet également à un parterre en smoking et talons hauts de rigueur, ces uniformes hors d’âge, de s’émouvoir devant des histoires de chômeurs ou de réfugiés…

Crash sexe Alexia

Il n’empêche que le cinéma auquel Julia Ducournau se rattache, underground de niveau supérieur, ne surgit pas de nulle part et possède une foule de fenêtres et de réseaux de diffusion. À commencer par les festivals spécialisés, dont Hallucinations collectives, pour lequel elle pourrait presque paraître trop mainstream. Pas uniquement parce qu’elle se prévaut de l’onction cannoise, mais parce que la dimension fantastique ici semble relever de l’accessoire, du prétexte, du superflu. Comme l’excipient légitimant le statut de la cinéaste parmi les auteurs hybridant la chair et le cyberpunk. Mais, si l’on s’y attache vraiment, le cœur et le sens du drame se passent totalement du coït mécanique et des épanchements huileux causés par la gestation d’Alexia. Là où Crash et EXistenZ de Cronenberg, Jumbo de Zoé Wittock, dépendent totalement des interactions entre l’Homme et la machine, Titane peut en réalité parfaitement s’en absoudre.

Toutefois, et c’est là que le paradoxe est intéressant, Titane a de quoi revendiquer une certaine filiation parmi les films de genre de Cronenberg, Carpenter ou Takashi Miike (entre autres auteurs asiatiques). Filiation et genre ? Deux termes qui définissent pleinement le personnage d’Alexia, jouant au coucou dans une autre famille que la sienne en changeant opportunément de d’identité. C’est dans cette usurpation, dans la dissimulation de sa féminité (et de sa gestation) ; dans le trouble et le rapport à son "père" fétichisant son drôle de corps qu’il y a de l’étrangeté. Nul besoin de napper le tout d’huile de vidange !

D’autant que Julia Ducournau possède, en sus de ses comédiens, un allié de poids pour écrire visuellement son histoire en la personne de son directeur de la photographie Ruben Impens, déjà à la manœuvre sur Grave. Son stupéfiant travail, de la fluidité des plans-séquences à la netteté sans défaut des scènes de nuit, en passant par les ambiances lumineuses façon néon coloré (dans Pulp Fiction, Chungking Express ou Driver, ça fonctionne toujours) est pour beaucoup dans l’effet dérangeant produit par le film. À peu près autant que les craquement d’os et de cartilages.

★★★☆☆Titane de Julia Ducournau (Fr.-Bel., int.-16 ans, 1h48) avec Agathe Rousselle, Vincent Lindon, Garance Marillier…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 24 ao?t 2021 Bousculées durant l’été par de nouvelles mesures, les salles de cinéma se sont adaptées et ont fait mieux que résister dans un contexte difficile. Au bilan, une fréquentation en hausse, des gagnants et un moral retrouvé notamment à Lyon et...
Mardi 23 mai 2017 Pour commémorer le centenaire de sa disparition, Jacques Doillon statufie Auguste Rodin dans ses œuvres. L’incandescence contenue de Vincent Lindon et le feu d’Izïa Higelin tempèrent heureusement une mise en scène par trop classique. En lice à...
Lundi 13 mars 2017 Parabole initiatique apprêtée en conte ogresque, la première réalisation de Julia Ducournau conjugue gore soft avec auteurisme arty. Un galop d’essai qui vaut une pinte de bon sang. À réserver à celles et ceux qui ont de l’estomac.
Jeudi 16 mars 2017 D’ores et déjà assuré de figurer parmi les concurrents au prix du meilleur premier long-métrage l’an prochain, "Grave" a été avant même sa sortie un phénomène international. Rencontre avec sa réalisatrice.
Mardi 19 janvier 2016 S’inspirant de l’affaire de l’Arche de Zoé, Joachim Lafosse confie à un Vincent Lindon vibrant un rôle d’humanitaire exalté prêt à tout pour exfiltrer des orphelins africains. L’année 2016 pourrait bien être aussi faste que la précédente pour le...
Lundi 18 mai 2015 Comment un chômeur de longue durée se retrouve vigile et fait l’expérience d’une nouvelle forme d’aliénation par le travail : un pamphlet de Stéphane Brizé, radical dans son dispositif comme dans son propos, avec un fabuleux Vincent...
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mardi 4 février 2014 De Fred Cavayé (Fr, 1h30) avec Vincent Lindon, Gilles Lellouche…
Mercredi 10 juillet 2013 De Claire Denis (Fr, 1h40) avec Vincent Lindon, Chiara Mastroianni…
Jeudi 1 novembre 2012 d'Alice Winocour (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Soko, Chiara Mastroianni…
Vendredi 14 septembre 2012 Un fils sort de prison et renoue des rapports électriques avec sa mère malade. Avec ce film poignant emmené par une mise en scène sans psychologie ni pathos et deux comédiens incroyables, Stéphane Brizé s’affirme comme un grand cinéaste. Christophe...
Vendredi 4 novembre 2011 De Philippe Lioret (Fr, 2h) avec Marie Gillain, Vincent Lindon…
Mardi 14 juin 2011 Alain Cavalier, Président de la République, nomme Vincent Lindon Premier ministre, tâche qu’il prend très au sérieux, au point de se lancer dans la course à l’investiture contre son mentor. Ce n’est que du cinéma, bien sûr, mais à ce point...
Samedi 10 octobre 2009 De Stéphane Brizé (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain…
Jeudi 5 mars 2009 Une nouvelle fois, Philippe Lioret nous touche en plein cœur, à la grâce d’une foi cinématographique totale en son sujet.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter