Au musée Dauphinois, 400 ans d'égyptomanie

Égyptomania

Musée Dauphinois

Jusqu'au 27 novembre 2022 2023, du lun au ven sauf mar de 10h à 18h, sam et dim de 10h à 19h

Histoire / En nous proposant de découvrir la foisonnante collection de Jean-Marcel Humbert, égyptologue féru d’égyptomanie, le musée Dauphinois nous invite à nous interroger sur la manière dont ce détournement des codes de la civilisation égyptienne se fait le miroir de nos fantasmes et de nos peurs. Passionnant !

Qu’on soit bien clair : vous ne trouverez pas dans cette exposition la moindre antiquité égyptienne. On préfère le préciser d’emblée car vu l’engouement de certains pour la chose, il y a fort à parier qu’un bon nombre de visiteurs emportés par leur enthousiasme fassent l’erreur… Or, le fil rouge de cette exposition n’est pas l’Égypte antique mais bien l’engouement à son égard. En effet, si la longévité de cette civilisation n’a jamais été surpassée (rien moins que quatre millénaires…), il est remarquable de constater que notre enthousiasme pour celle-ci ne s'essouffle pas depuis le XVIIe siècle. Amplifié par la campagne d’Égypte de Bonaparte, accéléré par le déchiffrement des hiéroglyphes en 1822, relancé par la découverte du mythique trésor de Toutankhamon et son hypothétique malédiction un siècle plus tard, ce goût traverse les époques et apparaît dans les créations de tous genres : artistiques, architecturales, littéraires, publicitaires, scénographiques ou cinématographiques… Et c’est justement là le sujet de cette exposition qui, grâce à l’étonnante collection de Jean-Marcel Humbert, propose d’explorer les multiples facettes de cette égyptomanie qui ne cesse de se renouveler.

à lire aussi : Champollion à la sauce épistolaire

À la mode de Cléopâtre

Ainsi, depuis plus de deux siècles, les dieux, les architectures et les décors caractéristiques de l’Antiquité égyptienne, sont détournés par les Occidentaux, pour orner des pots à tabac, des décapsuleurs, des entrées de boîte de nuit, des meubles ou de la vaisselle... Grâce à un parcours très bien conçu, l’exposition excelle à révéler à quel point ces créations égyptisantes s’imprègnent des tendances, des modes et de l’esprit de la période où elles voient le jour. La galerie rassemblant le portrait des différentes actrices qui ont incarné Cléopâtre à l’écran est assez édifiante : en 1934, dans Cléopâtre de Cecil B. DeMille, on croirait Claudette Colbert prête à esquisser quelques pas de charleston tandis qu’en 1954 dans Deux nuits avec Cléopâtre, Sophia Loren pose comme une pin-up hollywoodienne. De même, les costumes et les décors des spectacles d’Aida dans les années 1930 sont très fortement marqués par les géométrisations décoratives caractéristiques du style art déco. Quant à Michael Jackson dans le clip Remember the Time, il revitalise ses mouvements chorégraphiques en s’inspirant de la "platitude" des figures égyptiennes. Miroirs de leur époque, ces objets et ces images parlent finalement plus de nous que de l’Égypte antique. Il suffit pour s’en assurer de jeter un œil aux publicités TV des années 1980 dont l’ampleur pharaonique et l’érotisme latent témoignent des moyens exubérants et de la folle insouciance caractéristique de ces années-là.

La collection comme un trésor

Si chaque objet pris individuellement ne suscite pas un intérêt incroyable (sauf pour les amateurs de kitsch), c’est son appartenance à un ensemble réfléchi et constitué depuis une cinquantaine d’années par Jean-Marcel Humbert, qui lui confère une valeur singulière. En effet, très hétéroclite, cette collection est riche d’objets de provenances variées : céramique d’Angleterre, porcelaine de Haute-Garonne, faïence de Meurthe-et-Moselle, grès d’Allemagne, résine de Taïwan… et l’exposition n’hésite pas à balayer de manière exhaustive l’ensemble des domaines dans lesquels l’égyptomanie se manifeste : le spiritisme, les tatouages, les jouets, les jeux, la mode, la presse, la littérature, le cinéma… et même la politique avec la photographie d’un graffiti réalisé en 2011 pendant le mouvement populaire qui a fait chuter le régime de Moubarak. On y voit une momie qui semble reprendre vie, métaphore du peuple qui s’éveille alors…

Égyptomania, jusquau 27 novembre 2023 au musée Dauphinois, entrée libre

 

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Vendredi 22 avril 2022 Il y a deux ans, on avait découvert le travail de Marion Massip et on avait été plutôt emballés par la poésie qui émane de ses photos du trois fois rien. En effet, (...)
Vendredi 22 avril 2022 Avec l’exposition "Fait main, quand Grenoble gantait le monde" le musée Dauphinois revient sur une aventure locale de prestige international, celle de la ganterie grenobloise. Un parcours remarquable, riche de nombreuses pièces de collection et...
Lundi 28 mars 2022 Formée au Beaux-arts de Kyoto, Martine Rey s’est fait une spécialité de la laque, qu’elle décline de maintes manières ; Pierre Gallais, quant à lui, nourrit (...)
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Mardi 15 mars 2022 Au fusain et à la pierre noire, Séverine Martinez dessine l’enfance. Un style classique et une technique impressionnante, à voir à la 1-10 Galerie, rue Marx-Dormoy à Grenoble.
Vendredi 11 mars 2022 Avec sa série "Gudi Dakar", Mabeye Deme propose une fascinante exploration photographique de la vie nocturne dans les boutiques dakaroises. Un travail remarquable à découvrir à la galerie Ex-Nihilo.
Mardi 15 février 2022 Les amateurs de surréalisme doux pourront éventuellement être séduits par les peintures de Tof Vanmarque exposées à la galerie Hébert. Peuplées de personnages étranges (...)
Mardi 15 février 2022 Autodidacte grenoblois, Nuvish n'a jamais eu jusque-là, dans la cuvette, d'exposition qui lui soit intégralement consacrée. La galerie Alter Art (qui a pour (...)
Mardi 15 février 2022 D’une grande cohérence et formellement très séduisante, la série photographique que Jean-Pierre Saez expose à la galerie Ex Nihilo est le fruit d’une approche conceptuelle qui ne renie pas le plaisir du regard.
Lundi 31 janvier 2022 Intitulée Stencil, une scène engagée, la nouvelle exposition de l’espace Spacejunk réunit des artistes qui ont pour point commun de balancer quelques (...)
Lundi 31 janvier 2022 Avec Yellow Collection, l’espace Vallès ne nous trompe pas sur la marchandise : l’artiste Roland Orépük y expose une série de tableaux dont la géométrie minimale est intégralement construite à partir d’aplats jaunes.
Mardi 18 janvier 2022 Voilà une exposition passionnante pour quiconque s’intéresse un tant soit peu à l’histoire de sa ville et à son urbanisme (tout le monde non ?). Prétextant (...)
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que les stations de ski se remplissent (plus ou moins) de touristes, la galerie Alter-Art nous invite à aller voir ce qui se passe en hiver du côté (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)
Mardi 4 janvier 2022 Aussi luxuriante et foisonnante que la forêt à laquelle elle est consacrée, l’exposition "Amazonie[s], forêt-monde" au Musée dauphinois propose un parcours passionnant mêlant histoire, ethnographie et politique. À ne pas manquer !
Mercredi 12 janvier 2022 Une tripotée d'expositions sont prévues à Grenoble et alentour cette année, sans parler de celles qui sont encore ouvertes et immanquables (liste exhaustive dans notre numéro Panorama du 5 janvier). On vous donne quelques infos en avant-première sur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter