1000m2 dédiés aux associations : La Capsule lance trois jours d'inauguration

L’incontournable pépinière associative Cap Berriat est sur le point d’inaugurer officiellement la Capsule, sa nouvelle demeure polyvalente de 1000m², rue Boucher-de-Perthes. Le nouveau bâtiment met la vie associative du quartier à l’abri et favorise l’effervescence de la jeunesse au sein d’espaces partagés, modulables et mis à disposition 24h/24h ! Ça valait bien une inauguration foisonnante, à son image, de jeudi 17 à samedi 19 novembre.

En 2015, la Ville de Grenoble annonçait à la structure associative Cap Berriat qu’elle devrait quitter ses locaux mis à disposition face à la Belle Électrique. Après négociations, la pépinière associative implantée depuis plus de 50 ans dans le quartier Saint-Bruno - Bouchayer-Viallet, a pu obtenir de nouveaux espaces. Deux ans plus tard, s’enclenche le projet de réhabilitation d’une ancienne école de coiffure et d’un atelier de menuiserie, rue Boucher-de-Perthes. Réhabilitation qui donnera lieu à la Capsule, du nom de ce nouvel ensemble de près de 1000m², réunissant le gros des activités de Cap Berriat. Restent donc logées au Transfo, bâtiment littéralement à un trottoir de la Capsule, une petite partie des associations également membres de la pépinière. Le tout, suivant une logique de complémentarité : « Le Transfo est un bâtiment dédié à la jeunesse et à l’engagement, complémentaire de la Capsule qui accompagne en priorité des projets de l’économie sociale et solidaire ou culturels de nature plus consolidée », explique Marie Epalle, communicante chez Cap Berriat. 

La Capsule bleu flashy, fait bien envie

Avec ses graffs et dessins de couleur blanche sur fond de peinture bleu électrique, la façade de la Capsule est loin de passer inaperçue. Attractive de l’extérieure, la Capsule l’est aussi de l’intérieur et dans son fonctionnement. Après une décennie de locaux temporaires, l’association Cap Berriat a imaginé un lieu à son image, susceptible de sédentariser ses activités en lien avec l’accompagnement des jeunes et leurs initiatives. Sont donc répartis sous son toit, dans de très grands volumes inhérents au lieu, des dits « espaces test ». « Ces espaces permettent à des associations de tester leur activité économique en conditions réelles », explique Marie Epalle, donnant l’exemple du restaurant associatif le Bouillon

Si la Capsule se veut un tremplin pour restaurateurs et traiteurs grâce à sa cuisine professionnelle mutualisée entre plusieurs associations, elle offre bien d’autres possibilités à la jeunesse. En témoignent, la présence d’un Médialab mutualisé et investi entre autres par une école de cinéma gratuite, des amateurs de gaming et des néophytes du codage. Mais encore, une salle multi-activités, une ruelle semi-extérieure que visitent régulièrement les publics des Amap, trois salles de réunion, bureaux fixes, espaces de coworking ou plus insolite, un laboratoire de biologie participatif ou Biolab, non loin du pipilab... Effectivement de quoi « faire, rêver et réinventer », comme on lisait sur la façade principale, avant d’être invité à entrer. Aussi, la Capsule tient à ce que ses espaces restent accessibles. « On estime que les structures ne sont pas dotées de moyens identiques. C’est pour ça que nous leur proposons trois fourchettes de prix, sur lesquelles elles doivent se positionner », argumente Marie Epalle.


Au menu du décapsulage 

Très fière d’être sortie de mois de travaux qui depuis un an et demi ont transformé les lieux dans ses moindres recoins, la Capsule a concocté une inauguration aux allures de fêtes sur trois jours entiers. Lancement jeudi, avec une plongée dans la musique immersive, grâce à l'installation du collectif Apnées, suivi d’une soirée comedy club, à prix libre, pilotée par l’association Akatsuki Charity. Toute la journée de vendredi sera réservée aux 15-30 ans, avec pêle-mêle des ateliers cuisine avec les Mijotés, du théâtre, du rap aux côtés d’Oussou et DJ’ims, de la vidéo avec Shaolin Shadow, mais aussi de la gravure, des rencontres, du café, un buffet, de la danse et un open mic. Précédant une journée de clôture vendredi, plus grand public, pour présenter tout cet écosystème avec la même pelletée d’ateliers que les jours précédents (spectacle clownesque, atelier DIY, sérigraphie, radio en direct, match d’impro, etc). Et plus encore, à retrouver sur la page de l'inauguration !

Inauguration de la Capsule, de jeudi à samedi 19 novembre, entrée libre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 janvier 2022 Ne comptez pas sur la Cinémathèque pour cultiver une nostalgie émolliente ! Voyez son invitation au Maudit Festival : parmi les six films programmés, trois renvoient à la problématique de la mémoire vécue comme une énigme, voire une hantise. Preuve...
Mardi 21 septembre 2021 C’est dans l’un des espaces partagés de la toute nouvelle Capsule de l’association Cap Berriat – qui aura donc réussi à dénicher des jolis locaux de 1000 mètres (...)
Jeudi 18 février 2021 Les travaux continuent à la Capsule de l’association Cap Berriat, rue Boucher de Perthes. Un café-resto devrait y être installé : le Bouillon, engagé notamment dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. On est allé rencontrer Adrien...
Mardi 20 novembre 2018 La Ville de Grenoble vient d'inaugurer ce nouveau lieu « dédié à la jeunesse et à l’engagement ». On y était.
Mardi 6 juin 2017 Et là, beaucoup de Grenoblois (ceux qui n’ont plus vingt ans depuis un moment) vont prendre un coup de vieux en apprenant que le Vertigo, mythique petit club du centre-ville, a 20 ans ce mois-ci. 20 ans, oui. Avant de fêter ça en grandes pompes...
Mardi 30 mai 2017 Exit le temps d’une soirée Molière, Corneille et autres Sophocle, et bienvenue aux dramaturges qui s’adressent aux jeunes du XXIe siècle. Ce jeudi 1er juin, la Bobine accueille ainsi "P(l)ages de lectures", déclinaison grenobloise de la journée...
Mardi 30 ao?t 2016 Après deux films en costumes ("L’Apollonide" et "Saint Laurent"), "Nocturama" signe le retour de Bertrand Bonello au plus-que-présent de l’allégorique pour l’évocation d’une opération terroriste menée par un groupuscule de jeunes en plein Paris....
Mardi 19 mai 2015 Paul Dédalus, les jeunes comédiens, Roubaix, Mathieu Amalric et l’appétit pour les autres : le cinéaste Arnaud Desplechin aborde avec nous les grands sujets de son œuvre et de son dernier film, le sublime "Trois souvenirs de ma jeunesse". Propos...
Mardi 19 mai 2015 Conçu comme un "prequel" à "Comment je me suis disputé...", le nouveau et magistral film d’Arnaud Desplechin est beaucoup plus que ça : un regard rétrospectif sur son œuvre dopé par une énergie juvénile, un souffle romanesque et des comédiens...
Mardi 3 mars 2015 Après son chouette cycle Delon avant Delon, le Centre culturel cinématographique (CCC) s’attaque à une thématique bien différente autour des amours de jeunesse. (...)
Mardi 9 décembre 2014 Jaime Rosales continue son chemin très personnel fait d’expérimentations formelles et de constat socio-politique sur l’Espagne actuelle, même si "La Belle jeunesse", hormis quelques éclairs de génie dans la mise en scène, patauge un peu dans un...
Mardi 2 septembre 2014 Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert
Vendredi 24 janvier 2014 Alors qu’elle termine actuellement son quatrième film, Eden, qui s’inspire de la vie de son frère Sven Love pour dresser un period movie sur l’essor de la (...)
Mardi 27 ao?t 2013 Alors que la rentrée cinéma est dominée par des cinéastes entre 40 et 60 ans, deux octogénaires vont surprendre par la vigueur de leurs derniers opus, aussi inattendus que flamboyants de maîtrise : Woody Allen avec "Blue Jasmine" et Roman Polanski...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter