"Sac la mort" : Malédiction !

ECRANS | de Emmanuel Parraud (Fr., 1h18) avec Patrice Planesse, Charles-Henri Lamonge, Nagibe Chader…

Vincent Raymond | Mardi 14 février 2017

Photo : Les Films de l'Atalante


Pas de chance pour Patrice : il a marché sur un sac-la-mort, un de ces porte-malheur vaudous qui traînent sur les routes de la Réunion. Et voilà que tout semble se détraquer pour lui : famille, maison… Niveau amour et argent, ce n'était déjà pas florissant ; restent le rhum et les copains. Et encore !

Le réalisateur Emmanuel Parraud arpente ici le territoire du cinéma-vérité tel que le pratiquait Jean Rouch pour ce film élaboré en compagnie de ses interprètes, pour la plupart non-professionnels. S'il s'agit bien d'une fiction, elle est fortement "documentarisante", montrant de l'île toutes les problématiques (la dépendance quasi-atavique à l'alcool de canne et la violence subséquente ; la sujétion à la Métropole, Eldorado sublimé par les insulaires etc.), en maintenant quelques parenthèses d'humour absurde ou noir au milieu d'un cadre globalement dramatique.

Il n'empêche que le caractère vernaculaire, pour ne pas dire folklorique, du film peut constituer un frein pour les spectateurs ne goûtant guère les palabres enivrés, les transes ensorcelées ni la superstition.


Sac la mort

De Emmanuel Parraud (Fr, 1h18) avec Patrice Planesse, Charles-Henri Lamonge...

De Emmanuel Parraud (Fr, 1h18) avec Patrice Planesse, Charles-Henri Lamonge...

voir la fiche du film


À la Réunion, Patrice tente de ne pas sombrer dans la folie d'une île hantée par les stigmates du colonialisme. La mort rôde. Il fuit, patine, fuit encore, dans un étrange road movie immobile.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vaudou Game : groovy baby

Concert | L'afro-funk de Peter Solo et de ses musiciens sera de passage à la Source mercredi 16 octobre. Préparez-vous à danser !

La rédaction | Mardi 8 octobre 2019

Vaudou Game : groovy baby

En voilà là un qui a su faire son trou dans le paysage de ce qu'on pourrait appeler les musiques actuelles du monde : avec Vaudou Game, Peter Solo a en effet opéré un mélange absolument détonnant entre l'afro-funk des années 1970 et le son des rituels vaudous du Togo. C'est même au pays, à l'Office Togolais du Disque (l'Abbey Road local) de Lomé, que ce Lyonnais d'adoption est parti enregistrer Otodi, son troisième album convoquant une nouvelle fois le français, chanté de façon presque naïve, même si les paroles ne le sont pas tant que ça. Sur une instru très groovy et dansante (le musicien a fait appel à un duo basse-batterie togolais), on croise par exemple une Tata fatiguée qui « travaille tous les jours pour gagner la misère » : un décalage qui pouvant résumer à lui seul le style Vaudou Game, déjà efficacement développé sur les précédents petits tubes que sont La vie c'est bon et Pas contente. Et en live ? Ben tout ce qui contient de l'afro-funk ne laisse

Continuer à lire

Grenoble : 33 concerts pour un automne musicalement dense et varié

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec du rock, de la pop, de la chanson, du rap, du jazz, voire tout ça à la fois. Et à Grenoble comme dans l'agglo bien sûr.

La rédaction | Mercredi 18 septembre 2019

Grenoble : 33 concerts pour un automne musicalement dense et varié

Shake Shake Go C'est entre le live et l'infiltration d'internet que le groupe franco-gallois mené par Poppy Jones et Marc Le Goff s’est révélé, à force de tournées aux côtés de pointures comme James Blunt et Rodrigo y Gabriela et par la grâce d'un tube qui fit exploser leur notoriété à travers le monde – la ballade England Skies (2015), tête des charts digitaux, synchro en séries et dans la pub. Quelques mois plus tard sort l'album All in Time auquel succède l'an dernier Homesick mené par un autre single, beaucoup plus rock, Dinosaur. Le formatage est là et bien là mais la formule (on pense à des Lumineers avec une voix féminine) tape toujours dans le mille, mettant d’accord, en plus du public, une partie de la presse, des Inrocks au Figaro – qui sont pourtant rarement d'accord. À la Source jeudi 26 septembre Xavier Machault & Martin Debisschop Jamais à cours de projets, Xavier Machault s'

Continuer à lire

Culture en expérimentation avec la biennale arts-sciences Expérimenta

Festival | Changement de nom (Expérimenta à la place des Rencontres-i) et de dates (non plus en automne mais en hiver) pour la biennale arts-sciences pilotée par l’Hexagone de Meylan, qui conserve néanmoins l’originalité de son propos – favoriser la rencontre entre artistes, scientifiques, technologues et grand public via notamment des spectacles et un salon. Vu la densité du programme (il y en aura dans toute l’agglo pendant ces dix jours), on vous propose quelques repères pour ne pas vous perdre dans cette passionnante aventure.

La rédaction | Mardi 30 janvier 2018

Culture en expérimentation avec la biennale arts-sciences Expérimenta

Digital Vaudou Le spectacle d’ouverture de la biennale aura lieu à l’Hexagone de Meylan et sera une création, dont on a pu découvrir un extrait la semaine dernière. Soit une proposition de l’artiste numérique et électro Nicolas Ticot et du danseur originaire du Bénin Vincent Harisdo, centrée sur la tradition vaudou d’Afrique de l’Ouest. Au vu de ce qui nous a été montré, ce Digital Vaudou semble mixer l’art ancestral le plus pur (les deux hommes savent visiblement de quoi ils parlent) et la modernité la plus moderne via notamment un dispositif circulaire entourant le danseur et permettant la projection d’images numériques. Intriguant… À l’Hexagone jeudi 1er et vendredi 2 février Artefact Voilà un spectacle parenthèse que Joris Mathieu a créé l'an dernier. Toujours en questionnement sur l'objet du théâtre et ses composantes, le metteur en scène familier des croisements arts et sciences a poussé le "vice" jusqu’à se débarrasser des

Continuer à lire

Peter Solo : « Comparez-moi à mes aînés plutôt qu’à Michael Jackson »

Concert | Adeptes d'un afro funk ultra addictif, auteurs de tubes instantanés comme "Pas contente" ou le récent "La Vie c'est bon", capables de longues transes à la Fela Kuti, les musiciens de Vaudou Game reviennent munis d'un second album en forme de classique : "Kidayù". Interview avec leur charismatique leader Peter Solo, né au Togo mais désormais installé à Lyon, avant le concert qu’ils donneront au Prunier sauvage pour les cinq ans du lieu.

Sébastien Broquet | Mardi 22 novembre 2016

Peter Solo : « Comparez-moi à mes aînés plutôt qu’à Michael Jackson »

On définit souvent Vaudou Game comme un groupe d’afro funk ou de funk vaudou, explorant un univers proche du fameux Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou, au Bénin : êtes-vous d’accord avec ces références et les revendiquez-vous ? Peter Solo : Je suis à fond dans la filiation avec Poly-Rythmo et avec Roger Damawuzan. C’est une fierté : je préfère que l’on me compare à mes aînés plutôt qu’à Michael Jackson par exemple. Si on me disait que je m’inscrivais dans sa filiation à lui, je comprendrais moins... Certains morceaux des deux albums s’approchent ainsi plus du blues, développent une certaine spiritualité, s’éloignent de l’aspect dansant : je pense à Ata Calling... Dans la musique, il n'y a pas que la danse. Il y a des moments de recueillement, de ressource, d’émotions fortes. Ces instants d’intimité donnent du relief à un discours, on se doit d'avoir des ambiances différentes à proposer pour varier les énergies et les émotions. Mais cette gamme de mo

Continuer à lire

Vaudou Game ? Bien plus qu'un jeu

MUSIQUES | Avec "Kidayù" , Peter Solo et ses musiciens font non seulement bouger les foules mais les invitent également à réfléchir sur le monde qui les entoure. Nouvelle preuve que peu importe les genres à travers lesquels elle s'exprime, la musique reste avant tout une tribune de libre expression.

Gabriel Cnudde | Mardi 22 novembre 2016

Vaudou Game ? Bien plus qu'un jeu

Il y a des musique sur lesquelles on ne peut s'empêcher d'esquisser quelques pas de danse. Il y en a d'autres qui déclenchent même chez le plus mauvais des chorégraphes des pas frénétiques. L'afro funk fait indéniablement partie de cette deuxième catégorie. On pourrait en rester là, à ce simple constat venu du dancefloor. Mais le Togolais Peter Solo ne l'entend pas de cette oreille. En mêlant à ce genre musical les préceptes de sa religion, le musicien a fait de son Vaudou Game bien plus qu'un simple jeu de jambes. Si les pédales de guitare, les rythmes endiablés et les lignes de basse funk à souhait font immédiatement passer Kidayù pour un disque léger, il n'en est rien. Bien au contraire, il est engagé, porte haut et fort les messages du vaudou. On y parle d'écologie sur Natural Vaudou, de politique sur Revolution et d'économie sur La dette. Bref, cet album est là pour rappeler à tous que tous les genres doivent s'affranchir des

Continuer à lire

Le rituel afro-funk de Vaudou Game

MUSIQUES | Avec Peter Solo, les cérémonies vaudou du Togo et du Bénin sont plongées dans un grand bain afro-funk, soul et rhythm’n’blues. Livraison vendredi à la Belle électrique.

Damien Grimbert | Mardi 2 juin 2015

Le rituel afro-funk de Vaudou Game

Originaire du Togo mais désormais installé à Lyon depuis plus d’une décennie, Peter Solo explore à travers son groupe Vaudou Game les gammes envoûtantes des cérémonies vaudou du Togo et du Bénin qui ont marqué son enfance, en les immergeant dans un grand bain afro-funk, soul et rhythm’n’blues qui n’est pas sans rappeler les grandes heures des légendaires formations 70’s comme l’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou. Et pour cause : Apiafo, le premier album de la formation, a été enregistré en mode 100% old-school, avec du matériel analogique, de vieux instruments et de vieux amplis, lui garantissant ainsi un grain résolument vintage. Authentique, énergique et inspiré, Vaudou Game se produira ce vendredi 5 juin à la Belle électrique en compagnie de l’excellent DJ Hugo Mendez, crate-digger de renom spécialisé en sonorités tropicales et membre fondateur du fameux crew et label Sofrito. Une deuxième bonne raison de ne pas manquer cette date ! DG

Continuer à lire