"Celebration" : fin de règne pour Yves Saint Laurent

ECRANS | de Olivier Meyrou (Fr, 1h14) documentaire

Vincent Raymond | Mardi 13 novembre 2018

Photo : Norte Distribution


1998. À l'occasion de la Coupe du monde de football, le Stade de France accueille sur sa pelouse un défilé de plusieurs centaines de créations de Yves Saint Laurent. C'est le temps des hommages et des souvenirs pour le couturier affaibli, qui achève l'une de ses ultimes collections…

En apparence centré sur un homme, ce documentaire s'intéresse à la ruche vrombissante dont Yves Saint Laurent était le cœur battant, épaulé par son associé et compagnon, l'incontournable Pierre Bergé – un gardien du temple protecteur, montrant volontiers les crocs quand il n'aboie pas. Dévoilant les coulisses de la maison, la maladie invalidante de l'artiste et la tendre complicité unissant les deux patrons, retournant également sur les traces des débuts parisiens en compagnie des "cousettes" historiques, ce film aussi proche que respectueux fut étonnamment interdit pendant dix ans, malgré sa présentation à la Berlinale. Nullement voyeuriste, il ne montre rien de choquant ; seulement de l'élégance et de la mélancolie. En cela, il peut se considérer comme l'équivalent d'une vanité.


Celebration

De Olivier Meyrou (Fr, 1h14) avec Yves Saint Laurent, Pierre Bergé

De Olivier Meyrou (Fr, 1h14) avec Yves Saint Laurent, Pierre Bergé

voir la fiche du film


A l’abri des regards, Yves Saint Laurent dessine ses derniers croquis entourés par ceux qui l’ont toujours soutenu, couturières, assistants, modèles. Il s’apprête à quitter un monde dont il est maintenant détaché. Dans les coulisses Pierre Bergé orchestre une succession de célébrations vouées à transformer l’icône en mythe. Le film d’Olivier Meyrou capte ces derniers instants et tresse le portrait inédit d’un monde finissant.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Yves Saint Laurent

ECRANS | De Jalil Lespert (Fr, 1h40) avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon…

Christophe Chabert | Lundi 6 janvier 2014

Yves Saint Laurent

Énième bio filmée d’une figure patrimoniale et contemporaine de l’Hexagone, ce Yves Saint Laurent en accumule les défauts jusqu’au désastre intégral. Dès le premier plan sur Pierre Niney en YSL, avec faux nez et diction maniérée, le carnaval façon Patrick Sébastien commence ; le comédien imite mais n’interprète jamais son modèle, dans une quête de réalisme vaine car elle ne fait qu’en souligner les artifices. Idem pour le pénible défilé qui consiste à présenter chaque personnalité célèbre par son nom et son prénom dès son entrée en scène  – seul un faux Andy Warhol perruqué et gesticulant en prenant des photos n’aura droit qu’à un cameo muet et anonyme –, convention de mauvais scénariste raccord avec un dialogue qui accumule les grandes sentences et nie toute quotidienneté aux personnages. Le film baigne ainsi dans une imagerie de reconstitution paresseuse, clichés visuels d’un côté (l’Algérie coloniale, les clubs de jazz), anachronismes ridicules de l’autre (le défilé de 1971 sur de l’électro-pop) ! Même la narration est bâclée, notamment l’intro qui hésite entre chronologie et flashback méditatif avec voix off, sans parler d’une fin qui accélère les événements

Continuer à lire