Rich Moore et Phil Johnston : « Avec "Ralph 2.0", on voulait montrer que Disney ne se prend pas au sérieux »

ECRANS | Auteurs des "Mondes de Ralph" et de "Zootopie", les sympathiques Rich Moore et Phil Johnston ont à nouveau uni leurs forces pour donner une suite aux aventures de leurs héros d’arcade. Conversation.

Vincent Raymond | Lundi 18 février 2019

Comment avez-vous eu l'idée de projeter Ralph dans l'Internet ?

Phil Johnston : Elle est venue au-dessus de mon bureau. Nous venions d'avoir un bébé avec ma femme et elle s'est fait avoir par une arnaque sur Internet par un type qui vendait de la viande en ligne. À ce moment-là, on a réalisé que ça arrivait à tout le monde. Et on a imaginé ce qu'il pouvait se passer si jamais Ralph était obligé d'aller dans Internet, s'il se faisait arnaquer, jusqu'où ça pourrait nous mener…

Rich Moore : Ça a juste commencé avec l'idée d'aller dans Internet, sans histoire ; à partir de là, on a commencé à travailler.

L'Internet que vous montrez est un océan de marques. Comment avez-vous fait pour obtenir l'autorisation de les utiliser ?

RM : On n'avait pas besoin de demander. Aux États-Unis, il existe dans le droit le "fair-use" qui dit que tant que l'on ne dénigre pas ou que l'on ne détourne pas la marque, on peut l'utiliser dans un film. Ainsi, Ebay ne savait même pas qu'ils étaient dans le film avant la sortie du trailer.

En revanche, pour les personnages qui sont des licences de marques, il fallait demander. Quant au site Buzztube, nous l'avons créé pour qu'il soit fidèle à l'obsession de Ralph pour le symbole du cœur, il remplace Youtube et son pouce levé.

Avez-vous chiffré le nombre de références que vous citez ?

PJ : Je pense que personne au studio ne sait combien de référence on a mis ! Pour nous, ce qui était important, c'était que ce soit le World Wide Web – l'Internet du monde. Il n'y a pas que des références américaines, car on ne voulait pas que ce soit différent en Chine ou dans les pays latins, c'est pour cela que l'on voit des références à tous les pays du monde.

Le court métrage Logorama a-t-il une source d'inspiration pour cette intégration de marques ?

RM & PJ (en cœur) : Ooooh ! Logorama ! Il n'a jamais vraiment été cité pendant la conception, mais peut-être bien qu'il nous a inconsciemment inspirés.

Parmi les références figurent les princesses Disney, que vous chambrez tendrement. C'est presque un crime de lèse-majesté…

PJ : Pour nous, il fallait trouver ce juste milieu entre auto-dérision et hommage – un peu comme si on se donnait des coups de coude avec amour… et des coudes très pointus ! Mais on a pu le faire parce qu'on les connaît bien et qu'on évolue au sein de Disney. C'est comme si je me moquais de Rich ou lui se moquait de moi : c'est possible parce qu'on se connaît bien. Mais si quelqu'un de l'extérieur le faisait, ça ne passerait pas.

Y-avait-il malgré tout des limites à ne pas franchir ?

PJ : Étonnamment, non. Personne au studio ne nous a mis de limites. Mais entre nous, nous avons tout de même coupé des parties que nous jugions peu drôles.

RM: Cela reste une comédie, on voulait montrer que Disney ne se prend pas au sérieux. Toutefois, c'est aussi un film un peu profond où l'on voit l'amitié en train de se déchirer et survivre malgré ses fissures.

Vous lorgnez également sur la comédie musicale, avec un spectre d'influences très large…

PJ : Oui, nos inspirations vont de Busby Berkeley, Singing in the Rain, jusqu'à La la Land ; il y a un peu de John Waters, de La Petite Boutique des Horreurs, mais aussi les grands morceaux de Alan Menken dans les années 1990 et enfin GTA…

Dans vos films, les personnages féminins ont des rôles assez forts ; vous avez de plus engagé des femmes à des postes clés ? Vous agissez concrètement pour une meilleure parité ?

RM : C'était très important pour nous. Quand j'ai commencé à travailler sur Les Simpsons il y a 30 ans, ça l'était déjà de ne pas avoir que des mecs pour fabriquer cette série qui était sur une famille. Depuis, j'ai essayé de trouver cet équilibre homme/femme à 50/50 dans Ralph, dans Zootopie, surtout lorsqu'il s'agit de créer l'histoire.

Dans l'animation, on essaie aussi d'avoir des vieux et des jeunes, de plein de pays différents, issus de la diversité. On y arrive peu à peu; Depuis Les Mondes de Ralph, on sait qu'on ne fait pas nos films que pour les États-Unis, mais pour le monde entier. Et il faut être à la hauteur de cela.

Ralph 2.0 évoque la violence des commentaires publiés sur Internet. Vous-même, comment avez-vous vécu ceux qui ont suivi la sortie du trailer du film ?

RM : Il y a eu effectivement un premier trailer où l'on voyait notre Tiana qui n'était pas aussi noire que le personnage dans le film en 2D, La Princesse et la Grenouille. On a regardé et on a vu que les gens qui avaient critiqué avaient raison : elle assez différente. Du coup, on a invité les designers et animateurs à bien étudier le film en 2D, mais aussi les groupes qui avaient critiqué et la première actrice qui avait fait la voix de Tiana pour qu'elle donne son point de vue et on a pu rectifier la situation.

C'est dommage qu'on ne l'ait pas fait correctement la première fois, mais on est content d'avoir eu ces commentaire qui nous on permis de rendre sa forme à Tinana. Peu importe d'où ils venaient, du moment qu'on a fait ce qu'il fallait, c'est ce qui compte.

Enfin, pourquoi finir le film avec le chanteur Rick Astley ?

RM : (rires) Il y a une blague qui circule par mail depuis plusieurs années aux États-Unis, le Rickrolling. Les gens s'envoient un mail avec en intitulé « j'ai une super nouvelle pour toi », et en fait on tombe sur un clip de Rick Astley qui chante Never Gonna Give You Up. On voulait faire la même chose.


Ralph 2.0

De Rich Moore, Phil Johnston (ÉU, 1h53) avec John C. Reilly, Sarah Silverman...

De Rich Moore, Phil Johnston (ÉU, 1h53) avec John C. Reilly, Sarah Silverman...

voir la fiche du film


Ralph quitte l’univers des jeux d’arcade pour s’aventurer dans le monde sans limite d’Internet. La Toile va-t-elle résister à son légendaire talent de démolisseur ? Ralph et son amie Vanellope von Schweetz vont prendre tous les risques en s’aventurant dans l’étrange univers d’Internet à la recherche d’une pièce de rechange pour réparer la borne de Sugar Rush, le jeu vidéo dans lequel vit Vanellope. Rapidement dépassés par le monde qui les entoure, ils vont devoir demander de l’aide aux habitants d’Internet, les Netizens, afin de trouver leur chemin, et notamment à Yesss, l’algorithme principal, le cœur et l’âme du site créateur de tendances BuzzzTube…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Ralph 2.0" : la fibre de l’amitié

ECRANS | de Rich Moore et Phil Johnston (ÉU, 1h53) animation

Vincent Raymond | Mardi 12 février 2019

Ayant provoqué malgré lui la casse du jeu d’arcade de son amie Vanellope, Ralph plonge avec elle dans l’univers multidimensionnel de l’Internet pour trouver l’argent permettant de le réparer. Il leur faudra triompher de nouveaux adversaires et de féroces bugs pour boucler ce niveau… On connaît tous le principe évolutif d’une suite : offrir davantage que l’opus précédent afin d’élargir sa "surface de contact" pour ne pas perdre le public de base et, si possible, en gagner un nouveau. Contrat rempli pour Ralph 2.0 qui délaisse le monde vernaculaire des jeux d’arcade pour conquérir en toute logique ce qui lui a succédé, son hyper-extension cosmique qu’est Internet. Les réalisateurs Rich Moore et

Continuer à lire

"Les Mondes de Ralph" : bas mondes

ECRANS | De Rich Moore (USA, 1h41) animation

François Cau | Lundi 3 décembre 2012

En perdant son savoir-faire dans l'animation traditionnelle, Disney a perdu aussi ce qui fit de chaque film un événement. Malgré les efforts de John Lasseter, tête de Pixar désormais chez Mickey, la prouesse technique comme gage de virtuosité et de connaissance a disparu. Ainsi encore des Mondes de Ralph, où des personnages de jeu vidéo, l'un un méchant rétro façon Donkey Kong en 8bits, l'autre une héroïne buggée d'un jeu de course girly, collaborent dans l'espoir de s'intégrer socialement. L'idée d'un croisement entre Toy Story et la culture jeu vidéo (le film multiplie les références) avait tout pour plaire. Hélas, le concept s'effondre dans une intrigue recyclée que jamais la laideur de l'ensemble ne sauve. Entre une héroïne au look d'icône de sonnerie pour téléphone portable, des univers graphiquement peu inspirés et un moralisme de spot McDo, la vulgarité plane. Un bref regard en arrière suffit pour voir que Disney ne sait décidément plus faire de belles choses. Jérôme Dittmar

Continuer à lire