Bob le bricolo

Stéphane Duchêne | Vendredi 4 avril 2008

Musique / Qui n'a pas rêvé un jour de voir s'opérer devant lui la fusion improbable d'un cascadeur à moto, de Rémi Bricka l'homme-orchestre et d'un bluesman «tchernobylien» enregistré sur compteur Geiger ? A peu près tout le monde, mais si vous faites régulièrement ce rêve, consultez rapidement votre médecin, on peut peut-être encore vous sauver. Ce rêve, Bob Log III le réalisera pourtant au Clacson dans le cadre de la trilogie Shake it Baby que la salle d'Oullins consacre aux origines du rock. Deux autres soirées tout aussi épicées se tiendront en mai, sur le thème des yéyés et de la surf music mais pour ce premier volet blues, c'est Bobby qui s'y colle.
Bob Log III, guitariste-batteur-chanteur cinglé de blues du Delta est un one man band (soit un groupe à lui tout seul) : il a d'ailleurs pour habitude de se présenter ainsi : «Aux cymbales, mon pied gauche. À la grosse caisse mon pied droit. Ma main gauche glisse sur le manche de guitare et ma main droite pince les cordes. Ma bouche fait la conversation et… vous regardez mon doigt».
Une remarque qui achèvera de démontrer que Bob est un joyeux drille, soucieux du détail qui tue : engoncé dans une combinaison de parachutiste, il chante dans un casque surmonté d'un combiné de téléphone des titres tels que Boobs in my scotch («des seins dans mon whisky») ou Clap your tits («claque tes nichons») sur lequel il joue parfois les percussions avec de véritables nichons gracieusement fournis par une amie.
Musicalement, le résultat est assez improbable et, tout en tenant furieusement la route (et en la quittant aussi très souvent) son blues frénétique, bricolo et irradié, pourra en crisper plus d'un. Qu'on se rassure, comme chez Rémi Bricka ses pigeons, ses baudruches et ses confettis, le spectacle, à l'instar de la Vérité, est ailleurs. Loin, très loin. SD

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le pet au casque de Bob Log III

MUSIQUES | Au fait comment ça va Mr Log ? Bon, visiblement pas mieux, c'est-à-dire plutôt pas mal selon l'échelle de valeur du Chicagoan au casque tuyauté, homme à (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 17 mars 2015

Le pet au casque de Bob Log III

Au fait comment ça va Mr Log ? Bon, visiblement pas mieux, c'est-à-dire plutôt pas mal selon l'échelle de valeur du Chicagoan au casque tuyauté, homme à embûche et au blues (mal) embouché. Eh oui, car le blues, c'est toute l'affaire de Bob Log III. Sauf qu'au lieu de marcher sur les traces de ses illustres prédécesseurs – ce qui est souvent la règle – il foule leur cadavre, pour ne pas dire qu'il saute dessus à pieds joints comme un punk et crache sur leur tombe son venin radioactif. C'est un fait, Bob Log III, chanteur, gutariste et batteur tout à la fois, est plus proche du redneck mutant bercé trop près d'une centrale nucléaire bordant le Mississippi que de B.B. King ou même du dépouillé Robert Johnson. C'est le type un peu limité qui remplace au pied levé le musicien titulaire sur la scène grillagée d'un bouge de Virginie de l'Ouest et qui prend en guise de pourboire l'équivalent de la recette du bar sur la tronche – d'où le casque sans doute, on ne viendra de toute façon jamais vraiment au bout de cette énigme.

Continuer à lire

Bob Log III : one-man bande

MUSIQUES | Vous vous souvenez de Rémy Bricka ? Mais si Rémy Bricka, l'homme-orchestre qui, non content d'amuser les enfants avec son barnum portatif, était aussi un (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 6 janvier 2015

Bob Log III : one-man bande

Vous vous souvenez de Rémy Bricka ? Mais si Rémy Bricka, l'homme-orchestre qui, non content d'amuser les enfants avec son barnum portatif, était aussi un authentique cinglé dont la lubie principale était de traverser les océans sur des skis flottants – vérifiez, c'est authentique. Eh bien Bob Log III, dont vous vous souvenez sans doute aussi si vous êtes un fin lecteur du Petit Bulletin (pléonasme, nous souffle-t-on), c'est un peu Rémy Bricka version Tchernobyl-Fukushima-Three Miles Island. Un homme orchestre, ou comme on dit aujourd'hui, « one-man band », qui aurait sévèrement mangé « la dose » radioactive, se changeant en mutant blues casqué travaillant du chapeau. Un truc punk à base de seins qui claquent (votre participation peut être requise si vous disposez d'une paire de ces machins), de culs dans tous leurs états et de queues qui remuent comme celle du chien à l'arrière d'une voiture – oui, Bob est aussi un auteur, salace mais un auteur. Cet homme est capable de tout. Il vaut mieux en être averti avant d'aller boire sa bonne parole, car d'autres types de fluides peuvent être impliqués.

Continuer à lire