Gnaoui, dis moi oui

Stéphane Duchêne | Vendredi 11 janvier 2013

Photo : S.Fujii


Au départ, faire du gnaoui à Grenoble, c'était un peu comme faire le pari d'ouvrir un restaurant de gratin dauphinois au milieu du Sahara. Et pourtant, ça fait plus de vingt ans que ça marche, le gnaoui à Grenoble, pas le gratin : le groupe fondé en 1992 par Amazigh Kateb, fils de l'écrivain Kateb Yacine, a sorti son premier album, Légitime différence, en 1993. Vingt années fêtées en 2012 par la sortie d'une compilation Audio-globine, d'un album original Shock el hal et de la reformation d'un groupe mythique à Grenoble et à l'aura planétaire.

Il faut dire que loin de se contenter de l'inspiration gnaouie – dont les ramifications historiques et stylistiques sont aussi enchevêtrées qu'enracinées dans l'Histoire de l'Afrique –, Gnawa Diffusion a toujours cherché, un peu à la manière d'un Rachid Taha, à mêler musique traditionnelle marocaine, algérienne (châabi) et sub-saharienne, avec une matière infiniment plus contemporaine (rock, reggae, ragga) dans plusieurs langues : à savoir l'arabe, le français et l'anglais. Une fusion d'influences multiples nourries de multiculturalisme et de métissage, qui il y a vingt ans, excepté Rachid Taha donc, en était véritablement à ses balbutiements. De ce retour aux sources grenobloises on retiendra donc que, moins que le terme "gnawa", ce qui importe ici, et a toujours importé, c'est le mot "diffusion".

Stéphâne Duchêne

Gnawa Diffusion, vendredi 18 janvier, à la MC2.


Gnawa Diffusion

Textes mêlant arabe et français, mélange de rock, de reggae, de ragga, de chaâbi, de gnawa
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cabaret (frappé) d'ici et d'ailleurs

Festival | Toujours en renouvellement, avec ses (plus ou moins) jeunes pousses locales et, cette année, de belles têtes d'affiche sans frontières, le Cabaret frappé vise juste. Et frappe haut, comme on s'en rendra compte du lundi 16 au samedi 21 juillet au Jardin de ville de Grenoble.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Cabaret (frappé) d'ici et d'ailleurs

Derrière les têtes d'affiche qu'elle propose chaque année, il y a du côté de l'équipe du Cabaret frappé un prisme qui se veut d'abord grenoblois (ou local) et qui, en toute logique, s'attache à mettre en avant les talents d'aujourd'hui et de demain, à des degrés d'émergence plus ou moins avancés. Fait de découvertes et d'artistes affirmés en attente de confirmation (c'est la raison d'être de la Cuvée grenobloise, avec qui le Cabaret bosse), ce millésime annuel de talents qu'il est bon d'encourager est toujours enthousiasmant. Ainsi d'Arash Sarkechik, dont on avait évoqué ici la sortie du premier album solo Toutirabien ; de la chanson mauvaise herbe du trio Pelouse de l'activiste Xavier Machault ; de l'électro world fouineuse de Deyosan ; de la surf-music zinzin d'I'd Like to Surf ; ou encore du ta

Continuer à lire