Azu Tiwaline, transe rythmique

MUSIQUES | On recommande la soirée du 5 novembre à la Bobine, avec en tête d'affiche la franco-tunisienne Azu Tiwaline.

Damien Grimbert | Mardi 2 novembre 2021

Photo : DR


C'est une musique électronique hautement singulière que propose la productrice franco-tunisienne Azu Tiwaline : des polyrythmies complexes, envoûtantes et percussives. Des basses puissantes et massives, parfois noyées dans des échos dub. De lointaines résurgences moyen-orientales. Du silence, beaucoup de silence. Et très peu de mélodies. Contrairement à ce que ce résumé un peu abrupt pourrait laisser entendre, le charme opère très vite. Dès la première écoute à vrai dire. Car si l'ensemble reste passablement dépouillé et soigneusement gommé de tout ornement superflu, l'austérité n'est pas pour autant de mise.

Chaleureuse et minimaliste, avant-gardiste tout en restant toujours accessible, la musique d'Azu Tiwaline constitue avant tout une formidable invitation à la transe. Il faut dire qu'avant d'émerger en 2020 avec ce nouveau pseudo, un EP remarqué sur le label anglais de référence Livity Sound (Magnetic Service), et un album entier sur le label marseillais IOT Records (Draw Me A Silence), la productrice avait déjà derrière elle un parcours conséquent.

Ayant grandi en Côte d'Ivoire, née d'un père cambodgien et d'une mère tunisienne d'origine berbère et arrivée en France à 15 ans avant de partir pour des explorations au long cours en Inde, au Sénégal, en Mongolie et à la Réunion, elle n'a cessé de produire de la musique en parallèle, oscillant, depuis sa découverte des free parties à l'adolescence, entre influences hard techno, IDM et bass music. Après son installation en 2017 dans une région désertique du sud-ouest tunisien, sa musique va s'épurer progressivement. Gagner en profondeur et en aura. Au point, finalement, de l'inciter à se trouver un nouveau nom de scène, plus en phase avec cette nouvelle orientation.

Azu Tiwaline, Calling Marian et Rescue vendredi 5 novembre à la Bobine


Azu Tiwaline + Calling Marian + Rescue

Une soirée entre transe et dancefloor envoûtant.
La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nouveau souffle techno avec DJ AZF et Simo Cell

Soirée | DJs défricheurs aussi passionnés que passionnants, les Français DJ AZF et Simo Cell apportent, chacun dans leur registre, un vent de fraîcheur bienvenu au sein d’une scène techno encore trop souvent engoncée dans ses conservatismes et ses conventions. Ils seront vendredi 5 janvier sur la scène de l'Ampérage.

Damien Grimbert | Mardi 19 décembre 2017

Nouveau souffle techno avec DJ AZF et Simo Cell

Il n’y a rien à y faire. Année après année, on reste abasourdi par l’écart béant entre l’incroyable champ des possibles offert par l’univers des musiques électroniques dansantes et l’usage extrêmement restreint, polissé et propre sur lui auquel le cantonnent la plupart des DJs en activité. Depuis quelques années néanmoins, le paysage est progressivement en train de changer : plus divers, plus ouvert, plus varié… Et parmi les forces actives de ce changement, on peut notamment compter DJ AZF. Auditrice de rap passée par la case free party avant de devenir l’un des véritables piliers de la scène club parisienne actuelle, AZF n’est pourtant pas du style à jouer la carte de l’éclectisme dans ses sets : amatrice d’une techno énergique, sale, sombre et suintante imprégnée d’influences acid, rave et industrielles, elle aime quand ça tape fort. Mais l’implication et l’engagement hors norme dont elle témoigne dans ses sets se retrouvent également en dehors du dancefloor. Au travers de ses émissions sur Rinse France, de ses résidences à la Java ou du festival "Qui embrouille qui" auquel elle a donné naissance cette année, elle préfère confier les platin

Continuer à lire

Techno sous influence avec Randomer et Kowton

MUSIQUES | Auteurs d’hymnes souterrains hypnotiques mêlant sonorités rugueuses, rythmes tribaux et influences dub, les Anglais Kowton et Randomer représentent l’une des facettes les plus excitantes de la scène techno actuelle. Ils seront de passage ce samedi à la Belle électrique à l'invitation du crew Micropop.

Damien Grimbert | Mardi 26 janvier 2016

Techno sous influence avec Randomer et Kowton

Nées aux Etats-Unis au milieu des années 1980, puis importées en Europe quelques années plus tard, la house et la techno se sont globalement adaptées à ce nouvel environnement sans connaître de mutation majeure. Un pays, cependant, fait figure d’exception : le Royaume-Uni. Peu après leur arrivée au royaume de la reine Elizabeth, ces styles musicaux se sont en effet hybridés, par le biais des raves parties, à la culture des sound-systems préalablement établie par les immigrants caribéens. Et ont ainsi produit une nouvelle mouvance musicale à l’identité unique en son genre (le "hardcore continuum", plus communément résumé en "bass music"), qui n’allait avoir de cesse d’évoluer et d’enfanter de nouveaux genres année après année. Si l’on se permet cette longue digression historique pour évoquer le cas d’artistes comme Kowton ou Randomer (photo), c’est qu’elle est tout simplement indispensable pour comprendre ce qui fait la sève de leur musique. L’un comme l’autre font bel et bien de la techno, mais pour peu qu’on y jette une oreille attentive, on y discerne en effet, à dose homéopathique, une multitude d’influences typiquement britanniques : drum’n’bass, jungle, grime, dub

Continuer à lire