Julie Desprairies : « Une fête foraine chorégraphique »

SCENES | Une fête foraine devant un théâtre ? Oui ! L'artiste Julie Desprairies investit ainsi le parvis de l’Amphithéâtre de Pont-de-Claix avec une "Foire des prairies" intrigante. On lui a du coup demandé le programme. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 19 mai 2015

Photo : V Léon


Votre Foire des prairies, qui clôture la saison de l'Amphithéâtre, n'est pas un spectacle lambda…

Julie Desprairies : C'est une vraie fête foraine, avec une vingtaine d'attractions sur la place Michel Couëtoux et dans l'Amphithéâtre. Des attractions qui mettent en jeu le corps des participants puisque c'est une fête foraine chorégraphique pensée par une chorégraphe et son équipe !

Qui seront les participants ?

Il y en aura deux types. Les forains, qui ont conçu et imaginé les stands avec nous et qui, du coup, deviendront interprètes de la Compagnie des prairies le temps d'une journée. Et puis il y aura les spectateurs qui seront aussi participants, du moins s'ils le souhaitent. Car l'ambition est que la fête foraine soit aussi agréable à expérimenter qu'à regarder.

Les forains seront des habitants de Pont-de-Claix…

Depuis plusieurs mois, avec mon équipe, on vient régulièrement à Pont-de-Claix. On est par exemple allés à la fête des associations pour repérer toutes les forces vives de la commune. On a commencé à tisser des liens avec certaines personnes, on s'est donné des rendez-vous, et petit à petit on a construit ensemble les attractions que l'on verra le 22 mai.

Par exemple ?

Il y aura un défi twirling monté avec l'association très active de twirling ; une maison fantôme dans l'Amphithéâtre avec du chant lyrique et tout un travail sur des mouvements qui déclenchent la musique. Avec le groupe de percussions de l'école de musique Jean Wiéner, on a imagé ce que l'on a appelé un aquarium : un écheveau de fils à traverser sans les toucher accompagné par les percussions. On a aussi monté une collaboration avec l'association de cirque Aux Agrès du Vent : ensemble, on a fait plein de choses comme un mât de cocagne duquel il faudra décrocher des porte-monnaie. Et évidement, dans l'un d'eux, il y aura un trésor.

Car il y aura des choses à gagner à la Foire des prairies !

Il y a une buvette comme dans toute fête foraine. Et cette buvette va se transformer à un moment en banquet populaire. Du coup, on peut gagner son repas. Si on prend part aux différentes attractions, progressivement on constitue à l'aide de tampons sur sa main l'intitulé de la foire. Et quand on a toutes les lettres, on remporte son repas. Un repas d'ailleurs pensé de manière particulière, mais je laisse la surprise ! Sachant qu'on peut aussi acheter son repas pour cinq euros si on n'a pas eu envie ou le temps de faire toutes les attractions.

La foire des prairies, vendredi 22 mai à partir de 17h, devant l'Amphithéâtre (Pont-de-Claix)


Ailleurs en ville

Par Julie Desprairies, pour la Foire des Pairies (fête foraine unique) Attraction, jeux, danse, banquet
Amphithéâtre Place Michel Couëtoux Pont-de-Claix
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Théâtre municipal de Grenoble : « On est au tout début de quelque chose »

ACTUS | Encore des changements du côté du Théâtre municipal de Grenoble qui va accueillir deux artistes en résidence dès la saison prochaine (Pascale Henry et Julie Desprairies). Et va véritablement clarifier la nouvelle ligne artistique qui prend forme depuis plusieurs saisons.

Aurélien Martinez | Mardi 29 mai 2018

Théâtre municipal de Grenoble : « On est au tout début de quelque chose »

Ça (se) cherche en matière culturelle du côté de la municipalité de Grenoble depuis l’élection de l’équipe Piolle en 2014. Et ça (se) cherche notamment autour de la question du Théâtre municipal, approchée d’abord timidement avant de devenir un axe de travail majeur pour la direction des affaires culturelles de la Ville et l’adjointe aux cultures Corinne Bernard. Avec deux décisions marquantes : celle, en 2015, de véritablement rattacher les deux théâtres du bout du cours Berriat (le 145 et le Poche) au Théâtre municipal (ils étaient auparavant gérés par le collectif d’artistes Tricycle, débarqué houleusement) ; et celle, qui a pris forme progressivement depuis deux saisons, de demander à l’équipe dirigeante de faire une programmation moins estampillée théâtre de boulevard privé – ce qui était le créneau de la salle depuis pas mal de temps. « Pour moi, un théâtre municipal doit remplir des missions de service public, et du coup il ne peut pas fonctionner comme un théâtre privé

Continuer à lire

CCN de Grenoble : deux projets en lice pour succéder à Jean-Claude Gallotta

ACTUS | D'un côté le duo Rachid Ouramdane / Yoann Bourgeois ; de l'autre Julie Desprairies. Résultat fin septembre.

Aurélien Martinez | Mardi 7 juillet 2015

CCN de Grenoble : deux projets en lice pour succéder à Jean-Claude Gallotta

Après plus de trente ans à la tête du Centre chorégraphique national de Grenoble, logé au cœur de la MC2, le chorégraphe Jean-Claude Gallotta va devoir passer la main comme lui a demandé le ministère de la culture. On vient d'apprendre que le processus de sélection avançait puisque deux projets ont été retenus dans la "short list" pour prendre la suite, avec des noms loin d'être inconnus à Grenoble. Le premier dossier, présenté comme une codirection, est porté par Yoann Bourgeois (photo), artiste au langage circassien puissant associé à la MC2 depuis 2012, et le chorégraphe Rachid Ouramdane, souvent vu à la MC2. Le deuxième dossier est défendu par la chorégraphe Julie Desprairies (photo), qui travaille autour de la ville comme on a pu s'en rendre compte

Continuer à lire

Ces soirées-là

SCENES | Le festival Les Soirées est un véritable laboratoire d’expérimentation pour la MC2, qui s’offre ainsi liberté de ton et prises de risque louables (ce qui (...)

François Cau | Lundi 16 mai 2011

Ces soirées-là

Le festival Les Soirées est un véritable laboratoire d’expérimentation pour la MC2, qui s’offre ainsi liberté de ton et prises de risque louables (ce qui n’est pas toujours le cas à l’année, avec une programmation danse quelque peu balisée). Ainsi, le premier soir, à la suite du Indigence = Élégance d’Antoine Defoort, sera proposé le tout aussi surprenant Je suis venue, du comédien et plasticien Gaspard Delanoë et de la danseuse libanaise Yalda Younès. Le premier prend pour point de départ une hypothétique résolution du conflit au Proche-Orient par le biais de la signature d’un traité prévoyant la création d’un nouvel État. Un discours est donc prononcé sur scène, en arabe (traduit au fur et à mesure en français), instaurant certaines clauses… très originales : avec l’hébreu et l’arabe, le wallon sera la troisième langue officielle du pays ; le mur de la honte sera rebaptisé mur de la fierté en présence de Bono ; Yann Arthus-Bertrand assurera le survol photographique des territoires inoccupés… Le décalage, rappelant l’actualité, est criant, le trait volontairement grossi : c’est savoureux. Puis, dans un second temps, Yalda Younès livre un contrechamp dansé, flirtant entre l’iron

Continuer à lire