"Avenir radieux, une fission française" : nucléaire mon désamour

Théâtre | Le centre d'art le Magasin des horizons propose un événement centré sur la question du nucléaire. Avec, le vendredi 22 septembre, la reprise d'une pièce passionnante sur le sujet signée Nicolas Lambert.

Aurélien Martinez | Mardi 19 septembre 2017

Photo : Un Pas de Côté - Erwan Temple


Le centre d'art contemporain Le Magasin des horizons est visiblement friand d'événements pluridisciplinaires mettant en jeu de grands débats de société. Comme il le prouve une nouvelle fois avec "No(s) futurs ?", cycle de deux jours centré sur le nucléaire. Au programme, un film d'un duo d'artistes/philosophes/activistes sur Fukushima, une rencontre avec un fermier qui a décidé de rester sur les lieux de la catastrophe ou encore, et voilà pourquoi cet article se retrouve en rubrique théâtre, la reprise de la pièce Avenir radieux, une fission française.

Soit un spectacle qui a connu un immense succès depuis sa création en 2011, du fait de la pertinence de son propos et de l'intelligence de son concepteur Nicolas Lambert, qui a effectué un véritable travail d'enquête sur le monde très secret du nucléaire. « Je m'efforce simplement d'avoir un regard de péquenot moyen » nous expliquait-il en interview en 2013. Sur scène, il campe les différents acteurs du dossier, du technocrate au politicien en passant par le militant ou le citoyen lambda. Le tout en s'amusant ; car oui, Nicolas Lambert fait avant tout du théâtre. De l'excellent théâtre même.

Avenir radieux, une fission française
Au Magasin des horizons, vendredi 22 septembre à 20h


Un jour, le monde sera réparé / no(s) futurs ?

Théâtre documentaire, atelier-débat, film, rencontre
Le Magasin des Horizons Site Bouchayer-Viallet, 8 esplanade Andry Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Maniement des larmes" de Nicolas Lambert à Villard-Bonnot

SCENES | Après Elf, la pompe Afrique (sur le pétrole) en 2004 et Avenir radieux, une fission française (sur le nucléaire) en 2011, deux spectacles dont on avait dit le (...)

Aurélien Martinez | Mardi 10 mai 2016

Après Elf, la pompe Afrique (sur le pétrole) en 2004 et Avenir radieux, une fission française (sur le nucléaire) en 2011, deux spectacles dont on avait dit le plus grand bien dans nos colonnes, Nicolas Lambert vient tout juste de créer Le Maniement des larmes, dernier volet de sa trilogie Bleu-Blanc-Rouge cette fois-ci consacré à l’armement. Nous n’avons pas pu le voir avant son passage ce jeudi 12 mai par l’Espace Aragon, mais on en attend beaucoup. Nicolas Lambert : « Le Maniement des larmes » from Là-bas si j'y suis on Vimeo.

Continuer à lire

Encore une fois

SCENES | Les salles de spectacle aiment la nouveauté. Mais elles ne se privent pas, parfois, de reprendre une création déjà passée dans le coin – voire même dans leurs murs. Tour d’horizon des quelques reprises immanquables de cette deuxième partie de saison. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 10 janvier 2014

Encore une fois

En février 2013, nous offrions l’une de nos unes au comédien Nicolas Lambert pour son Avenir radieux, une fission française. Un spectacle programmé alors dans trois salles de l’agglo, et que reprendra fin janvier le Diapason de Saint-Marcellin. Une création immanquable par la pertinence de son propos et l’intelligence de son concepteur, qui a effectué un véritable travail d’enquête sur le monde très secret du nucléaire. « Je m’efforce simplement d’avoir un regard de péquenot moyen » nous expliquait-il en interview. Sur scène, il campe donc les différents acteurs du dossier, du technocrate au politicien, en passant par le militant ou le citoyen lambda. Le tout en s’amusant ; car oui, Nicolas Lambert fait avant tout du théâtre. De l’excellent théâtre même. Avenir radieux, une fission française, vendredi 24 janvier à 20h, à la sa

Continuer à lire

« Avoir un regard de péquenot moyen »

SCENES | Un spectacle sur le nucléaire pourrait être rébarbatif ou trop technique. "Avenir radieux, une fission française" de Nicolas Lambert est tout le contraire : un documentaire théâtral passionnant qui plonge les spectateurs dans les arcanes de la politique nucléaire française tout en prenant soin de ne jamais les perdre en route. Pleins d’enthousiasme, on est partis à la rencontre de son interprète et metteur en scène, déjà à l’origine de l’explosif "Elf, la pompe Afrique". Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Jeudi 31 janvier 2013

« Avoir un regard de péquenot moyen »

Un artiste est libre de se pencher sur le sujet de son choix, du plus intime au plus politique. Le metteur en scène et acteur Nicolas Lambert, formé à la philosophie et adepte d’un « théâtre de l’action », a décidé de se confronter aux maux récents de la politique française que sont selon lui le pétrole, le nucléaire et l’armement. Le pétrole, c’était en 2004 dans Elf, la pompe Afrique, premier volet de sa trilogie qui rencontre toujours un grand succès. Avant un dernier volet sur l’armement (qu’il écrit en ce moment), il présente cette semaine dans trois salles de l’agglo Avenir radieux, une fission française, spectacle de 2011 centré sur la thématique du nucléaire. Avec une rigueur journalistique implacable et un sens de l’interprétation efficace, Nicolas Lambert incarne sur scène une vingtaine de protagonistes de l’histoire nucléaire française, des hommes politiques (VGE, Sarkozy, ...) aux technocrates dévoués, en passant par divers personnages de l’ombre (les plus intéressants). Une aventure intelligente, qui appuie avec finesse là où ça fait mal

Continuer à lire

La fabuleuse histoire du nucléaire

SCENES | Trois passages cette saison pour Avenir radieux, une fission française, deuxième volet de la (future) trilogie « bleu blanc rouge » de Nicolas Lambert (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 5 septembre 2012

La fabuleuse histoire du nucléaire

Trois passages cette saison pour Avenir radieux, une fission française, deuxième volet de la (future) trilogie « bleu blanc rouge » de Nicolas Lambert consacrée aux « produits du terroir ». Après Elf, la pompe Afrique, spectacle à succès qui porte bien son nom, et avant une troisième création sur l’industrie de l’armement, Nicolas Lambert s’attaque au sujet sensible du nucléaire, et à la construction depuis une soixantaine d’années du mythe qui l’entoure (une énergie propre, sûre, qui permet l’indépendance énergétique...). Il incarne tout un tas de personnages, du politicien au directeur de la filière nucléaire française, en passant par le citoyen lambda ou encore le journaliste, pour cerner au plus près son objet d'étude. Le tout en retranscrivant mot à mot les discours des acteurs en présence, issus de coupures de presse, d’archives télévisées, ou encore de verbatims. On croise donc sur scène Sarkozy vantant ses choix énergétiques, VGE expliquant en 1980 que le nucléaire n’est responsable d’aucun mort, ou d’autres hommes moins connus mais essentiels pour appréhender les véritables questions. Ainsi, quand Nicolas Lambert campe Pierre Guillaum

Continuer à lire

Deux histoires françaises

SCENES | Festival d'Avignon (2) / Nicolas Lambert et Christophe Honoré

Aurélien Martinez | Mercredi 11 juillet 2012

Deux histoires françaises

Matinée engagée ce mercredi 11 juillet, avec un passage par le Théâtre du Chêne noir (festival Off) pour découvrir Avenir Radieux, une fission française, deuxième volet de la (future) trilogie « bleu blanc rouge » de Nicolas Lambert consacrée aux « produits du terroir ». Après Elf, la pompe Afrique, spectacle à succès qui porte bien son nom, et avant une troisième création sur l’industrie de l’armement, Nicolas Lambert s’attaque au sujet sensible du nucléaire, et à la construction depuis une soixantaine d’années du mythe qui l’entoure (une énergie propre, sûre, qui permet l’indépendance énergétique...). Sur scène, il incarne tout un tas de personnages, du politicien au directeur de la filière nucléaire française, en passant par le citoyen lambda ou encore le journaliste, pour cerner au plus près son objet d'étude. Le tout en retranscrivant mot à mot les discours des acteurs en présence, issus de coupures de presse, d’archives télévisées, ou encore de verbatims. On croise donc sur scène Sarkozy vantant ses choix énergétiques, VGE

Continuer à lire