François Martinez : « On peut jouer avec la magie de manière actuelle »

Magie et humour | Dans "Menteur ?", le magicien à tendance humoriste François Martinez questionne son art tout en proposant de véritables tours. On se retrouve alors face à un surprenant et séduisant « one-man-show magique », qui sera de passage par la Basse cour pendant deux semaines. Interview en amont.

Aurélien Martinez | Mardi 24 octobre 2017

Photo : Robin Gervais


Avec Menteur ?, vous jouez avec les codes, parfois ringards, de la magie…

François Martinez : Oui, même si ce n'est pas que je juge les codes de la magie ringards. C'est plutôt les gens qui ont une vision ringarde de la magie, à cause notamment de certains magiciens qui perpétuent une magie un peu poussiéreuse. Avec ce spectacle, je veux montrer au public que la magie est bien plus ancrée dans l'actualité que ce que l'on imagine, qu'on peut jouer avec elle de manière un peu plus actuelle…

Sur scène, vous vous êtes donc débarrassé de tous les clichés qui collent à la peau du magicien, comme l'assistante sexy par exemple…

Oui, et déjà parce que je n'ai pas le budget ! Après, pour moi, ça fait partie de la magie : il y a des spectacles dans lesquels on a par exemple toujours besoin d'assistantes. Mais tout dépend comment on les présente sur scène, si on en fait des objets ou des vraies partenaires de travail.

Vous avez un véritable discours sur l'art de la magie, comme vous l'expliquez dans la note d'intention du spectacle : « les magiciens ont-ils des pouvoirs ou ne sont-ils que d'habiles mystificateurs ? »

C'est une question qui revient souvent. Quand je dis que je suis magicien, il y a toujours cette envie de savoir si je suis un vrai magicien ou un simple prestidigitateur. Comme s'il y avait encore des gens qui estiment que l'on peut avoir des pouvoirs ! Du coup, j'ai souhaité leur répondre sur scène : à eux de se faire leur propre opinion pour savoir si oui ou non j'ai eu quelques pouvoirs à un moment du spectacle ou s'il n'y a que des subterfuges !

Sur scène, si vous proposez une magie un peu bricolée, vous faites tout de même de véritables tours assez bluffants…

Ah oui, en effet – même si elle est de moins en moins bricolée comme j'ai de plus en plus de possibilités de travail ! Et de toute façon, la magie n'a pas besoin d'être très grande pour être impactante. Tout en donnant l'impression que c'est une magie intimiste et minimaliste, je voulais donc qu'elle soit flamboyante : il faut qu'il y ait le "waouh" sinon ce n'est pas intéressant. C'est pour ça que j'ai travaillé avec Yves Doumergue, qui est un très grand magicien champion de France de magie et consultant pour la télévision.

Vous êtes magicien, mais un peu plus que ça puisque vous vous définissez comme un « humoriste capable de faire disparaître des trucs ». Pourquoi ce choix ?

Parce que ça a toujours été dans mon caractère. Pour moi, le spectacle permet de transmettre des émotions : la magie est un des moyens pour y parvenir, et le rire en est un autre. Je suis sûr que les deux peuvent aller de pair du moment qu'il y a un fond derrière – on n'est pas là juste pour faire des galéjades. Je voulais en fait que les gens en prennent plein les yeux au niveau magie et, en même temps, qu'ils ressortent en se disant qu'ils se sont bien marrés.

Menteur ?
À la Basse cour du jeudi 26 octobre au samedi 4 novembre


Menteur ?

One-man-show de magie par François Martinez
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Menteur ?

One-man-show de magie par François Martinez
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Humour : les cinq qui nous feront rire cette saison

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | Avec de l'humour noir, de l'humour politique, de l'humour chanté, de l'humour magique...

Aurélien Martinez | Mercredi 13 septembre 2017

Humour : les cinq qui nous feront rire cette saison

Frédéric Fromet Sur France Inter, il livre ses chansonnettes satiriques sur l’actualité dans l’émission Si tu écoutes, j'annule tout – rebaptisée Par Jupiter ! depuis septembre. Sur scène, c’est la même chose, en mode trio, avec forcément le meilleur de ses œuvres écrites sur des mélodies très connues. Un spectacle qui fonctionne parfaitement grâce au talent d’écriture de notre homme et son sens évident de la musique – car on est face à un vrai concert. Un régal. À la Faïencerie (La Tronche) le 12 octobre François Martinez Il y a plusieurs façons de faire de la magie sur scène. François Martinez, lui, a choisi de laisser de côté le grand spectacle et les poncifs assez beaufs du genre (genre l’assistante sexy) pour aller du côté de la magie bric

Continuer à lire

François Martinez, pas juste une illusion

SCENES | La magie, comme l’ostéopathie, est affaire de doigté. François Martinez menait une vie confortable grâce à la seconde ; il a tout plaqué pour assouvir sa passion (...)

Benjamin Mialot | Mardi 3 février 2015

François Martinez, pas juste une illusion

La magie, comme l’ostéopathie, est affaire de doigté. François Martinez menait une vie confortable grâce à la seconde ; il a tout plaqué pour assouvir sa passion de la première, non sans se faire rétamer par sa femme sur le terrain de l'escamotage – tandis qu'il s’entraînait à faire disparaître des foulards, elle s'évanouissait avec son fils. C'est en tout cas ce qu'il raconte sous la plume de Jocelyn Flipo, l'auteur/metteur en scène/manager le plus ubiquiste du café-théâtre lyonnais, dans Copperfield, Harry Potter et moi, one-man-show vaguement autobiographique où les tours de passe-passe sont autant linguistiques que manuels. Comme chez Éric Antoine ? Plus ou moins mais, à l'époque où nous avions découvert ce spectacle assez inédit dans son genre par sa construction narrative, sans l'assurance du géant du Val d'Oise. Depuis, au contact des bêtes de scène élevées par Flipo (Alex Ramirès, Yann Guillarme, Gérémy Crédeville...), Martinez a appris à s'accommoder avec naturel de ses vannes les plus "borderline", qui juraient avec son for intérieur de chic type. Déjà techniquement bluffant (ingestion de lames

Continuer à lire