"Réparer les vivants" : quand la greffe prend grâce à Sylvain Maurice

Théâtre | Et voici une version très aboutie, signée Sylvain Maurice, de "Réparer les vivants", roman de 2013 de Maylis de Kerangal bientôt exploité jusqu'à la moelle ose-t-on à peine écrire. Cela tient en grande partie à l’acteur Vincent Dissez qui, sur un tapis roulant, livre un exercice physique à la hauteur de l’intensité du texte.

Nadja Pobel | Mardi 27 février 2018

Photo : Elizabeth Carecchio


C'est l'histoire d'un texte à succès (Réparer les vivants) de Maylis de Kerangal qui a fait la joie d'une cinéaste (Katell Quillévéré) et, surtout, de metteurs en scène, à commencer par Emmanuel Noblet, dont le solo a été couronné d'un Molière du meilleur seul-en-scène l'an passé. En 2016, Sylvain Maurice, directeur du centre dramatique national de Sartrouville, crée à son tour sa version du roman et adjoint à son comédien Vincent Dissez le musicien Joachim Latarjet, indispensable à l'équilibre de ce récit éminemment âpre.

Ainsi donc un anesthésiste raconte par le détail comment il va prélever l'organe d'un adolescent décédé brutalement et le transférer dans le corps d'une autre. D'où cette phrase sublime, et désormais usée jusqu'à la corde, extraite de Platonov de Tchekhov : « Enterrer les morts, réparer les vivants. »

Footing théâtral

La réussite de ce spectacle-ci tient au choix très intelligent d'allier un comédien sur un tapis roulant (qui se livre ainsi à un exercice physique aussi rude que le texte qu'il prononce), un musicien en surplomb (qui participe tout autant à cette course effrénée contre la montre du don d'organe) et une scénographie simple mais pas rabougrie. L'espace de jeu est réduit a minima, au centre, certes, mais cet attelage évite une nudité paresseuse et offre une tenue aux comédien/musicien qui ne se noient pas sur le plateau.

L'homme aux manettes de cette scénographie est un expert de la précision puisqu'il se nomme Éric Soyer, acolyte aux lumières et aux décors de Joël Pommerat. S'il ne fait pas preuve ici du travail de dentellier qu'il produit pour l'auteur de cinglantes réadaptations de contes (entre autres !), il met en évidence son art de la concision. Et c'est plus que bienvenu pour un texte qui exige de chacun d'être d'une justesse absolue sans quoi le pathos qui guette ensevelirait toute la pièce.

Réparer les vivants
À l'Hexagone (Meylan) du mardi 6 au vendredi 9 mars à 20h


Réparer les vivants

D'après le roman de Maylis de Kérangal, ms Sylvain Maurice, avec Vincent Dissez, Joachim Latarjet
Hexagone 24 rue des Aiguinards Meylan
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Théâtre : les 15 pièces à voir cette saison à Grenoble et aux alentours

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | On a épluché l'ensemble des programmes des salles de l'agglo, et on en a sorti ce qui nous semble le plus pertinent. Sortez votre agenda : il y aura de quoi faire les prochains mois.

La rédaction | Mercredi 13 septembre 2017

Théâtre : les 15 pièces à voir cette saison à Grenoble et aux alentours

Le Oliver Saint-John Gogerty Mais que l’on aime au PB les Chiche Capon, clowns déjantés créateurs d’univers forts et de personnages très, mais alors très très hauts en couleur. Après avoir présenté leur LA 432 l’an passé au Théâtre municipal, ils reviennent cette saison dans les mêmes murs avec un précédent spectacle sur l’évolution de l’homme à la réputation plus que flatteuse – le spectacle, pas l’évolution. Et qui se trouve être celui qu’ils préfèrent dans l’ensemble de leur répertoire – c’est ce qu’ils nous avaient affirmé l’an passé en interview. On sera dans la salle. Au Théâtre municipal de Grenoble le 19 octobre Saigon

Continuer à lire

"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?

ECRANS | de Katell Quillévéré (Fr, 1h43) avec Tahar Rahim, Emmanuelle Seigner, Anne Dorval…

Vincent Raymond | Lundi 31 octobre 2016

À l’hôpital où des parents viennent d’apprendre que Simon, leur ado accidenté, se trouve en mort cérébrale, un médecin aborde avec tact la question du don d’organes. Ailleurs, une femme attend un cœur pour continuer à vivre… Cette transplantation du roman multiprimé de Maylis de Kerangal sur support cinéma présente des suites opératoires tout à fait attendues, en regard du protocole suivi. En convoquant une galerie d’interprètes popu/tendance autour d’un sujet touchant à un drame intime et à l’éthique, Katell Quillévéré est en effet assurée d’avoir son film-dossier programmé en amorce de mille débats, et que ses comédien(ne)s recevront un prix ici ou là. D’accord, elle nous évite avec raison toute forme d’hystérie et de tachycardie artificielle dans le montage (pour ne pas singer Urgences), mais le rythme est tout de même bien pépère et l’ambiance cotonneuse. Sage, gentiment didactique et surtout un brin trop aseptisé.

Continuer à lire

"Réparer les vivants" de Maylis de Kerangal : cœur de l’univers

CONNAITRE | Il y a la mer, le van, puis l’hôpital. Une succession de lieux décrits avec une précision presque clinique, dont l’apparente froideur est rattrapée par le (...)

Charline Corubolo | Mardi 4 février 2014

Il y a la mer, le van, puis l’hôpital. Une succession de lieux décrits avec une précision presque clinique, dont l’apparente froideur est rattrapée par le souci d’une beauté détaillée : celle des êtres et de leurs affects. Le cinquième roman de Maylis de Kerangal, Réparer les vivants, dépeint les actions qui vont s’enchaîner durant vingt-quatre heures à la suite d’un accident de la route dont la victime Simon Limbres, et plus particulièrement son cœur, deviennent le centre d’une attention particulière. Les descriptions aux longueurs frénétiques rendent le style de l’auteure tortueux mais permettent de créer une rythmique dense, au sein de laquelle se nichent les tensions. Dans cette histoire de transplantation cardiaque, les sauts temporels étirent le récit alors étriqué dans un espace réduit et pesant. Les différentes étapes de cette journée sont décortiquées telle une autopsie dévoilant le talent de l’écrivaine et permettant une respiration, malgré l’extrême électricité des situations, entre les moments empreints d’une émotion débordante, sans pour autant tomber dans le pathos. Le dialogue avalé dans les phrases rend l’écriture cinématograph

Continuer à lire

La symphonie des morts

SCENES | Proposition intrigante à découvrir à la MC2 du mardi 20 au jeudi 22 mars : Le Chant de la terre, du compositeur-musicien Joachim Latarjet et de la comédienne (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 9 mars 2012

La symphonie des morts

Proposition intrigante à découvrir à la MC2 du mardi 20 au jeudi 22 mars : Le Chant de la terre, du compositeur-musicien Joachim Latarjet et de la comédienne Alexandra Fleischer, qui ont décidé de faire parler les morts, de les faire chanter même, avec humour... « Nous avons envie d’interroger les morts –  "qui ne sont pas tant morts que dans l’expectative", comme le dit si joliment Daniel Mendelsohn – et de faire un spectacle musical, très musical » explique Joachim Latarjet. Une création ainsi présentée comme un hommage au compositeur Gustav Mahler, qui avait écrit une symphonie du même nom alors qu’il venait de perdre ses enfants, refusant ainsi de s’isoler dans son deuil. « Ce qui s’unit au travers de la musique, du son, c’est le temps qui advient et le temps qui passe ;  un sens de la durée. » Curieux que nous sommes, nous irons découvrir ce Chant de la terre le soir de la première : vous pourrez ainsi retrouver une critique sur notre site web dès le lendemain. AM Critique / Plongée hypnotique dans un monde fantasmé aux facettes réalistes (on reconnaît des meubles de salon)… qui, néanmoins, peine à transmettre une

Continuer à lire