Au clair de la lum'

CONNAITRE | Dernier embrasement avant le grand blackout du 21 décembre, voici revenue la Fête des Lumières. Morceaux choisis avec en guise d'attraction principale le retour de Skertzò place des Terreaux. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 28 novembre 2012

Photo : Highlights (2012) ©Skertzo


Expérience : demandez aux Lyonnais ce qui les a marqué en une décennie de Fête des Lumières, notamment sur le lieu incontournable que constitue la place des Terreaux. Plus souvent qu'à leur tour, ils répondront «la projection où les murs bougeaient, se fissuraient, dégringolaient». C'était en 2002 et derrière ce travail se cachait le duo Skertzò, qui a rempilé en 2003 et revient cette année éclairer l'Hôtel de Ville et la façade nord du Musée des Beaux-Arts. Retour avec lui sur ses travaux passés et sur ce qu'il dévoilera du 6 au 9 décembre prochains.

2002

La définition de l'installation de 2002 a beau être énoncée ci-dessus de manière très approximative, elle permet de comprendre que ce travail mettait en avant les somptueux bâtiments sur lesquels il s'appuyait. Les contours, les encadrements des portes et des fenêtres servaient en effet de matière première à la création de Skertzò, le duo se gardant bien de plaquer son travail sans tenir compte de la beauté des lieux qu'il investit. A partir de là, il s'était amusé à faire vaciller les murs, donnant au spectateur l'impression de tanguer. Un sentiment d'autant plus justifié que l'installation démarrait des quatre fleuves du Paradis bondissant de la fontaine Bartholdi vers les quatre points cardinaux. Par un jeu de miroirs (le spectacle se nommait Réflexions), le niveau de l'eau montait jusqu'à "emporter" les façades. «L'idée, se rappelle alors Hélène Richard, acolyte de Jean-Michel Quesne, était de rendre la place aquatique et d'évoquer les fleuves lyonnais. Nous travaillons beaucoup sur l'esprit des villes, leur aspect presque charnel». Voilà donc pourquoi, il n'y pas qu'à "voir" mais aussi à "ressentir" dans leurs créations.

2003

Issu du spectacle vivant et de l'image animée, le duo revient en 2003 et met l'homme au cœur de Zone d'ombres. Trois danseurs se trouvent au milieu du public sur la place et leurs silhouettes mouvantes sont projetées et agrandies sur les murs. «Nous avions alors travaillé sur l'échelle, la façade rapetissait et les humains s'allongeaient». Le dispositif façonnait un véritable théâtre d'ombres sans coulisse, appelé à rester sans suite : «Ce ne serait plus possible aujourd'hui, note Hélène Richard. Il y a désormais trop de monde sur la place pour pouvoir garantir la sécurité de tous avec un tel dispositif». Les normes de sécurité sont effectivement de plus en plus strictes et le public de plus en plus nombreux. Des ordres de circulation piétonne sont même instaurés depuis quelques années. Et pour cause : l'an dernier la mairie annonçait que 300 000 personnes étaient passées par la place des Terreaux au cours de chacune des quatre soirées !

2012

Dix ans après leurs premiers pas sur la place, revoici donc les Skertzò aux Terreaux, emplacement qu'ils affectionnent particulièrement. «La ville de Lyon est magnifique, c'est un lieu commun que de le dire et cette place a un esprit ; j'aime beaucoup la manière dont elle a été repensée, retravaillée, redessinée par Buren, avec énormément d'intelligence. C'est un lieu où on est formidablement bien. C'est un immense plaisir d'y revenir». Avec Highlights, les duettistes profitent des dernières évolutions technologiques et de la plus grande liberté qu'elles sous-entendent pour créer des personnages virtuels. Cette nouvelle création sera, promet Hélène Richard, vive. Elle verra des faisceaux lumineux partir de la fontaine pour interagir avec lesdits personnages sur les façades de la place et raconter de façon ludique, en dix minutes, l'histoire de l'image et de la lumière. «Tout sera surligné et sur-éclairé. Nous voulons réfléchir à ce qu'éclaire la lumière. À deux semaines du jour le plus court, on a voulu s'interroger sur sa matérialité, nous voulons lui rendre son épaisseur à travers nos personnages. Mais ce ne sera pas du tout abstrait. La lumière ne sera pas évanescente ou éthérée mais assez concrète. On se bagarre, on joue avec elle. On va lui donner corps». Le duo d'artistes n'a pas emprunté son nom au scherzo italien par hasard, ce terme désignant une pièce de divertissement rapide dans la musique du XVIIIe siècle et plus globalement la fantaisie et le mouvement. De mouvement, il en sera d'ailleurs encore question avec le projet, pérenne celui-ci, de mise en lumière du futur tunnel sous la Croix-Rousse, dont le duo vient de se voir confier les rênes.

Highlights par Skertzò
place des Terreaux, Lyon 1

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Lumières 2012 en images (2/2)

CONNAITRE | Ça y est, la Fête des Lumières bat son plein et la ville est aussi encombrée que les poumons d'un asthmatique souffrant d'une bronchite aiguë. Pas de quoi nous décourager d'y refaire un tour pour vous en ramener une seconde série d'instantanés.

Benjamin Mialot | Samedi 8 décembre 2012

Les Lumières 2012 en images (2/2)

Photographies : Nadja PobelMusique : Portishead - Roads Par ordre d'apparition : Lucion Media - Les Nids, volières virtuelles, montée de la Grande côte (Lyon 1er) Philippe Morvan - Ring[z], Amphithéâtre des 3 Gaules (Lyon 1er) Expérimentations étudiantes, place Sathonay (Lyon 1er) Doriane Roche et Mahé Chemelle - Bon débarras !, montée de l'Amphithéâtre (Lyon 1er) David Lesort et Arnaud Giroud - Flamingos, Jardin des plantes (Lyon 1er) Labo #6, quartier Grolée (Lyon 2

Continuer à lire

Les Lumières 2012 en images (1/2)

CONNAITRE | Les habitués le savent : les festivités n'ont beau démarrer que le 6, les derniers réglages du 5 permettent de découvrir, en toute quiétude, une bonne partie des installations qui embelliront la ville quatre jours durant. Et, dans notre cas, de vous offrir un avant-goût de ce qui vous attend en images et en musique.

Benjamin Mialot | Jeudi 6 décembre 2012

Les Lumières 2012 en images (1/2)

Photographies : Benjamin MialotMusique : Rone - La Grande Ourse (Infiné) Par ordre d'apparition : Tilt - Light In, place Louis Pradel (Lyon 1er) Skertzò - Highlights, place des Terreaux (Lyon 1er) Annelore Parot - Kokeshi de soie, cour de l'Hôtel de ville (Lyon 1er) Agatha Ruiz de la Prada - Corazón, place de la Bourse (Lyon 1er) Roman-Tyca, rue de la République (Lyon 2e) Bibi - Le Roi des dragons, place de la République (Lyon 2e) Sébastien Lefèvre - Oriflammes, pont Lafayette (Lyon 3e)

Continuer à lire

Du flux à Confluence

CONNAITRE | La Fête des Lumières dessine la cartographie sans cesse renouvelée de la capitale des Gaules. Cette année, pour la première fois, les festivités s’installent à la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 29 novembre 2012

Du flux à Confluence

La Fête des Lumières dessine la cartographie sans cesse renouvelée de la capitale des Gaules. Cette année, pour la première fois, les festivités s’installent à la Confluence du Rhône et de la Saône (et délaissent d’ailleurs du même coup le parc de la Tête d’Or et la Cité internationale). Et pour s’y rendre, quoi de mieux que de confier à la Direction de l’éclairage public de la Ville de Lyon le soin de nous faire traverser Perrache par un tunnel habituellement peu agréable et délesté pour l’occasion de la circulation des voitures ? Ces agents publics créent chaque année d’éblouissantes installations. Dans la cour du Musée des Beaux-Arts il y a deux ans, notamment, ou encore et surtout l’an dernier montée de la Grande Côte, où des dessins d’enfants nous racontaient une histoire en s’éclairant tour à tour. Cette immersion dans un conte, pourtant simple et sans esbroufe technique, constituait rien moins que l'une des plus belles trouvailles de l'histoire de l'événement. Cette année, des poissons volants accompagneront les visiteurs entre la place Carnot et la place des Archives, le temps d'une traversée aquatique qui les mènera jusqu'à la darse nautique à la rencont

Continuer à lire

Élysée-les

CONNAITRE | L’amitié franco-allemande en lumière, comment ça s’éclaire ? Voilà la problématique dont se sont emparés une trentaine de jeunes de part et d’autre du Rhin. Le (...)

Nadja Pobel | Mercredi 28 novembre 2012

Élysée-les

L’amitié franco-allemande en lumière, comment ça s’éclaire ? Voilà la problématique dont se sont emparés une trentaine de jeunes de part et d’autre du Rhin. Le traité de l’Élysée signé par Adenauer et de Gaulle en 1963 mettait un majestueux point final aux pires déchirures du milieu du siècle. Avant que ne commence un an de festivités commémoratives pour célébrer les cinquante ans de ce rapprochement, des étudiants en licence conception et management en éclairage (à l’IAE de Lyon 3), en architecture (à Leipzig) et en ingénierie de la lumière (à Berlin) se sont réunis pour illuminer ce fait politique. Des boutiques promises au luxe mais désertées par les promeneurs de la rue Grolée (2e arrondissement), ils font leur terrain de jeu : une apparition/disparition d’oiseaux par la grâce de projecteurs et d’un papier huilé, un dialogue entre lignes verticales (rappelant la physionomie du drapeau français) et horizontales (comme celles de l'étendard germanique) et une toile lumineuse où les fils des deux pays s’entrelacent évoqueront ces relations bi-nationales. Et puis, dans la vitrine des anciens locaux de radio Scoop, un hommage sera rendu au symbol

Continuer à lire

Retour des lumières !

CONNAITRE | Le programme de la fête des Lumières 2012 a été dévoilé aujourd’hui. Traditionnellement étendue sur quatre jours (du 6 au 9 décembre), la fête fera sa première (...)

Nadja Pobel | Mercredi 24 octobre 2012

Retour des lumières !

Le programme de la fête des Lumières 2012 a été dévoilé aujourd’hui. Traditionnellement étendue sur quatre jours (du 6 au 9 décembre), la fête fera sa première incursion à la Confluence de Lyon (et sera du coup absente de la Tête d’Or) avec notamment un éclairage de l’intérieur de l’Hôtel de Région qui rayonnera à l’extérieur du bâtiment conçu par Christian de Portzamparc. De nombreux artistes qui avaient participé aux éditions précédentes reviennent. C’est le cas de Skertzo qui fait son retour place des Terreaux avec «Highlights», de grands faisceaux lumineux et néons qui traversent l’espace. Le double lauréat du trophée des lumières (qui récompensent chaque année un artiste de la fête), Damien Fontaine, fait aussi son come back avec la projection de chrysalides colorées sur la façade de la cathédrale Saint-Jean. La colline de Fourvière sera intensément mise en lumière avec des inspirations de Miro, Picasso ou Mondrian grâce à Daniel Knipper. Place Bellecour, les bonnes volontés seront mises à contribution pour le projet «Magic cube». Trente vélos attendent les visiteurs-sportifs q

Continuer à lire