Ego tripes : "Mother !" de Darren Aronofsky

Mother !
De Darren Aronofsky (ÉU, 1h55) avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris...

Thriller / Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers promis à celles et ceux qui gravitent trop près autour d’un·e artiste. Métaphorique et hypnotique.

Un poète en panne d’écriture vit à l’écart du monde dans la vaste demeure que sa jeune et aimante épouse achève de rafistoler. L’arrivée d’un couple d’inconnus perturbe leur intimité. Mais si la maîtresse de maison est troublée par ces sans-gênes, le poète se montre des plus exaltés…

à lire aussi : JLG, portrait chinois : "Le Redoutable" de Michel Hazanavicius

À croire qu’une internationale de cinéastes s’est donné pour mot d’interroger les tourments de l’inspiration littéraire : après Jim Jarmusch (Paterson), Pablo Larraín (Neruda), Mariano Cohn & Gastón Duprat (Citoyen d’honneur), voici que Darren Aronofsky propose sa vision du processus d’écriture. Vision divergée, puisqu’épousant les yeux de la muse plutôt que celle de l’auteur. Mais pas moins douloureuse : afin d’accomplir l’œuvre lui permettant d’être sans cesse adulé par ses lecteurs, le poète va vampiriser son entourage jusqu’aux derniers sangs, avec l’ingratitude égoïste d’un saprophyte.

Gore allégorique

Si dans Black Swan, l’acte créatif se confondait avec l’autodestruction de l’artiste, et dans Pi la recherche mathématique (une autre forme d’art) équivalait à une plongée dans la folie, Mother! nous fait entrevoir les ravages collatéraux de la conception en malmenant celle que Thérèse d’Avila désignait comme “la folle du logis”, l’imagination. Dans cette entreprise, Aronofsky montre à quel point l’expression “taquiner la muse” tient du doux euphémisme, mettant au jour la part haïssable et sombre de toute production lumineuse. La violence aveugle et la vanité de l’artiste également, ce Sisyphe condamné à détruire pour créer, qu’importent les conséquences.

à lire aussi : Black Swan

De cette spirale fascinante l’on sort positivement éprouvé, avec un modeste regret : que les affiches préventives au style sulpicien n’aient pas été conservées pour accompagner le film durant son existence dans les salles. Leur terrible beauté, leur audace graphique rendaient fidèlement justice à l’histoire, sans en dévoiler les innombrables mystères. Malheureux les timorés !

Mother! de Darren Aronofsky (E.-U., 1h 55) avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris, Michelle Pfeiffer…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 6 juin 2024 Revenge movie féminin et féministe doublé d’un néo-noir lesbien, Love lies bleeding assume son héritage et la réappropriation queer de celui-ci. Confirmation éclatante d’une autrice qui réussit son passage aux États-Unis avec cette proposition aussi...
Mardi 10 septembre 2019 Petits poissons deviennent grands. Après trois années d’intenses activités, le ciné-café croix-roussien poursuit son développement façon pieuvre : à la fois vidéo-club, (...)
Mercredi 9 mai 2018 Sous le délicieux présent, transperce le noir passé… Asghar Farhadi retourne ici le vers de Baudelaire dans ce thriller familial à l’heure espagnole, où autour de l’enlèvement d’une enfant se cristallisent mensonges, vengeances, illusions et envies....
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mardi 20 mai 2014 Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe...
Dimanche 13 avril 2014 Sauf le respect qu’on doit à Darren Aronofsky, ses débuts dans le blockbuster à gros budget relèvent du naufrage intégral, et cette libre relecture du mythe biblique est aussi lourdingue que formatée, kitsch et ennuyeuse… Christophe Chabert
Lundi 25 novembre 2013 Le premier volet de Hunger Games n’était pas fameux, mais il était curieux. Par ses choix de mise en scène presque arty, mais aussi par la fascination (...)
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Samedi 26 octobre 2013 Pur fantasme d’un Luc Besson emballant à la va-vite des concepts de plus en plus boiteux, "Malavita" tente de greffer en Normandie la mythologie du film de mafia new-yorkais. Écrit n’importe comment, sans angle ni point de vue, cette comédie pas...
Mardi 26 février 2013 L’amour naissant et finissant, la perte et le retour de la foi, la raison d’être au monde face à la beauté de la nature et la montée en puissance de la technique… Terrence Malick, avec son art génial du fragment et de l’évocation poétiques,...
Vendredi 25 janvier 2013 Des personnages borderline dans une comédie romantique dont la mise en scène s’autorise à son tour toutes les hystéries visuelles : David O’Russell fait dans le pléonasme et l’emphase pour camoufler sa progressive absorption par la norme...
Lundi 29 octobre 2012 C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert
Vendredi 16 décembre 2011 de Garry Marshall (USA, 1h58) avec Hilary Swank, Michelle Pfeiffer, Robert De Niro, Zac Efron, Katherine Heigl…
Mercredi 23 février 2011 De Debra Granik (ÉU, 1h40) avec Jennifer Lawrence, John Hawkes…
Mardi 1 février 2011 Une jeune danseuse introvertie cherche à se dépasser pour incarner le double rôle d’une nouvelle version du "Lac des cygnes". Sans jamais sortir d’un strict réalisme, Darren Aronofsky fait surgir le fantastique et le trouble sexuel dans un film...
Vendredi 21 janvier 2011 On attendait beaucoup du retour de Peter Weir. Hélas, l’Australien s’est un peu égaré sur ces Chemins de la liberté. Jérôme Dittmar
Mercredi 13 octobre 2010 Un ex-dealer en phase terminale cherche le salut au milieu de l’enfer social. Au sommet de son cinéma sulpicien et complaisant, Alejandro Gonzalez Iñarritu tombe le masque dans un film désespérant de médiocrité. Christophe Chabert
Vendredi 13 février 2009 De Darren Aronofsky (Fr-ÉU, 1h50) avec Mickey Rourke, Marisa Tomei…
Jeudi 9 octobre 2008 de et avec Ed Harris (ÉU, 1h55) avec Viggo Mortensen, Renée Zellweger...
Mercredi 30 janvier 2008 Avec "No country for old men", les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X