"Ligne de Crête" : la colère étouffante de Maguy Marin

Ligne de crête

TNP - Théâtre National Populaire

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Biennale de la Danse / Bam ! Maguy Marin nous donne une grosse claque au TNP. Mais pour nous réveiller ou pour nous assommer ?

Imaginez un remake contemporain des Temps modernes de Chaplin tourné par Michael Haneke, et vous obtiendrez, peu ou prou, la nouvelle création de Maguy Marin présentée à la Biennale de la Danse. Soit (comme chez Haneke) un véritable piège à spectateur où, sous les coups de butoir du son très amplifié d'une photocopieuse, six interprètes cheminent mécaniquement sur un plateau représentant un open space.

Chacun vient, en entrées et sorties de scène répétitives, déposer dans son propre bureau quelques objets. Des objets d'abord raccords avec la situation (des stylos, un encas pour la pause déjeuner, une lampe...), puis des objets de plus en plus incongrus (vêtements, paire de skis, puzzle, perruques...). Et cela continue ainsi, pendant une heure, jusqu'à saturation et au syndrome de Diogène (maladie de l'entassement), sans interruption ni changement, si ce n'est quelques bugs furtifs des danseurs sur leurs trajets, ou quelques spasmes préfigurant un burn out.

Leçon de choses

La leçon de choses est claire : la société de consommation et la réification des relations humaines est parvenue aujourd'hui à son comble, et touche jusqu'à l'intimité des sujets, c'est-à-dire jusqu'à leur corps et leur affectivité. Comme chez Haneke toujours, la situation dans laquelle Maguy Marin nous immerge est insupportable. Volontairement insupportable.

Et, pour la première fois de notre longue carrière de fan absolu de la chorégraphe, nous avons eu envie de quitter la salle au bout de quinze minutes. Non pas que, soudain, nous aurions pris conscience de notre propre mode de vie écœurant et/ou de celui des autres : non, c'est insupportable parce que pour la première fois Maguy Marin ne propose pas le moindre point de fuite ou levier de résistance aux corps de ses interprètes, et qu'on ressent seulement, dans sa pièce, une colère démonstrative, lourde, étouffante. Une colère facile aussi et, au fond, franchement ancienne : il suffit de penser à Pasolini, Marcuse, Debord, et tant d'autres...

On nous dira que leur diagnostic est toujours valable, voire n'a jamais été autant valable qu'aujourd'hui. Nous sommes d'accord, mais nous sommes aussi suffisamment sûrs du talent créatif de Maguy Marin pour ne pas se limiter à nous plaquer péniblement un diagnostic, mais capable d'esquisser quelques pistes thérapeutiques ! Ou alors si c'est vraiment foutu, alors arrêtons tout, arrêtons même d'aller "mécaniquement" voir de la danse après le boulot.

Maguy Marin, Ligne de crête
Au TNP jusqu'au 15 septembre
Puis en tournée en France, dates en cliquant ici

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 octobre 2023 Marque de fabrique de la chorégraphe Maguy Marin depuis de nombreuses années : rien ne filtre en amont de ses créations, ni images, ni notes d’intention… Ou (...)
Mardi 5 septembre 2023 Après la pandémie qui l'avait confiné dans le théâtre antique de Fourvière en 2021, le défilé de la Biennale de la danse revient sur la Presqu’île et la rue de la (...)
Lundi 5 septembre 2022 Comme souvent, la saison danse sera très riche à Lyon, notamment dans trois de ses lieux phares : la Maison de la danse, les Subs et l’Opéra. Nous vous conseillons ici dix spectacles mais nous aurions pu en citer encore beaucoup d’autres !
Mardi 4 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Jeudi 16 décembre 2021 Créée en 1981, représentée plus de 800 fois à travers le monde, la pièce May B de la chorégraphe Maguy Marin est un monument de la danse contemporaine, et même (...)
Mardi 10 septembre 2019 Festivals installés comme Sens Dessus Dessous ou le Moi de la Danse, chorégraphes stars tels Christian Rizzo ou Merce Cunningham, découvertes potentielles : voici les dix dates que les amateurs de danse se doivent de cocher de suite sur leur...
Mardi 16 octobre 2018 Une danseuse de Ballet (de l'Opéra de Lyon) qui passe le balai (à l'Opéra), et c'est toute une métaphore ironique que met en scène la chorégraphe Maguy Marin dans (...)
Lundi 10 septembre 2018 Festival international reconnu, la Biennale de la Danse s’inscrit aussi dans un dispositif lyonnais voué à la danse contemporaine en pleine ébullition. Retour sur ce contexte stimulant, et sur les grands axes de l’édition 2018.
Mardi 20 février 2018 Immense danseuse et chorégraphe multi-primée, cette enfant d’exilés du franquisme n'a de cesse de mettre son art au service de la résistance à la violence du monde. Via sa dernière création Deux mille dix sept et la transmission d'une de...
Mardi 14 février 2017 En 2006, Ha ! Ha ! se découvrait comme un nouvel et très dérangeant ovni dans le parcours déjà si atypique de Maguy Marin. Devant des pupitres de (...)
Mardi 15 novembre 2016 Superbe affiche pour le Ballet de l'Opéra de Lyon qui interprète les trois Grandes Fugues de Maguy Marin, d'Anne Teresa de Keersmaeker et de Lucinda Childs. Cette dernière étant venue tout spécialement à Lyon pour y créer sa pièce.
Mardi 13 septembre 2016 La Biennale démarre sur les chapeaux de roue cette semaine, avec certains des spectacles que nous vous avons conseillé dans notre dernier numéro. Parmi eux, (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X