Avec l'ouverture de la LDLC Arena à Décines « La concurrence est plus rude »

Salles de concert / Halle Tony Garnier, LDLC Arena : l'arrivée d'un nouveau concurrent à Décines menace-t-il le fragile équilibre des salles de concert à Lyon ?

Sting, Calogero, Shaka Ponk : des artistes mondialement connus qui ont déjà enflammé les planches de la salle omnisport de l'OL Vallée. Petite sœur du Groupama Stadium (60 000 places), l'achèvement de la LDLC Arena (6 000 à 12 000 places) a marqué l'aboutissement du rêve d'hégémonie de Jean-Michel Aulas. Dommage qu'il n'eût été encore président de l'OL pour le voir. C'est sous l'égide du nouveau racheteur du club, John Textor, que le ruban a été coupé en grande pompe le 23 novembre dernier à Décines.

à lire aussi : La diversité des scènes musicales de l'été lyonnais menacée

Qui veut racheter la LDLC Arena ?

Quelques semaines plus tard, la rumeur d'une mise en vente par ce dernier courrait déjà. Elle a depuis été confirmée. GL Events mais aussi le célèbre basketteur Tony Parker ainsi que Jean-Michel Aulas (via sa holding) seraient, paraît-il sur le coup. Un sacré ''coup'' car la salle omnisport a coûté 141 millions d'euros à l'OL, investis dans les infrastructures, une sonorisation high tech, mais aussi dans quelques accessoires, comme son "cube" ; un écran géant à quatre faces de 140 mètres carrés.

Objet du rêve de grandeur de Jean-Michel Aulas, la LDLC Arena s'est imposée dans un écosystème des salles de concerts déjà relativement complet et équilibré, où chaque événement pouvait trouver la jauge lui correspondant. La LDLC Arena  — qui a refusé de répondre aux questions du Petit Bulletin — a par ailleurs signé un contrat de programmation avec la major américaine du divertissement Live Nation, connue pour ne souffrir aucune forme de concurrence.

à lire aussi : Les salles de concert de Lyon décloisonnent leurs programmations

L'impact des infrastructures de l'OL Vallée déjà perceptible

De quoi tracasser la Halle Tony Garnier qui propose depuis 1988 une jauge de remplissage proche de l'Arena, allant de 3 000 à 16 000 places. D'ailleurs depuis l'arrivée de l'Arena, « Les prévisions pour 2024 sont à la baisse », détaille Thierry Pilat, directeur général de la Halle Tony Garnier. « Une partie des spectacles qui avaient lieu à la Halle jouent à l'Arena ». Pas d'inquiétude cependant, l'Arena n'a pas encore siphonné toutes les dates de la Halle Tony Garnier : « On a moins de dates, c'est un rythme qui correspond plus aux années pré-Covid », tempère le directeur général.

Thierry Pilat s'était préparé à l'enjeu représenté par l'ouverture de la salle concurrente. Le défi a dû être posé sur la table par la Ville de Lyon — propriétaire des murs — dès sa nomination, en 2021. L'outsider stéphanois l'avait emporté face à un producteur de tournées internationales (qui jouait la carte de la continuité du lieu) et une directrice de tiers-lieux culturels qui proposait une refonte de la Halle Tony Garnier à la sauce pro-local et végétalisation.

Il se disait alors que Thierry Pilat incarnait une synthèse des deux visions, à même de faire face aux enjeux qui se profilaient pour la Halle, comme l'ouverture de la LDLC Arena.

à lire aussi : Entre programmations indé et généralistes, la scène lyonnaise a encore de beaux jours devant elle

Des contraintes de plus en plus nombreuses pour la Halle Tony Garnier

Depuis, la Halle — qui s'est toujours autofinancée — a continué à accueillir spectacles grand public, salons, conventions d'entreprises et autres événements rentables, mais pas seulement. « On a développé le projet culturel en réalisant des partenariats avec des acteurs du territoire », revendique le directeur général. Il cite la récente soirée I hate models, produite par les Lyonnais de Totaal Rez qui a signé le retour de la techno à la Halle après plus de 20 ans.

Le directeur général évoque aussi, avec déception, le festival Wintower. Pendant hivernal du festival Woodstower, l'événement n'a pas rencontré son public lors de sa première édition en 2023. « Une salle comme la nôtre représente un risque important pour les structures qui travaillent avec nous, chaque initiative est un pari économique risqué », détaille Thierry Pilat. 

Des gageures de plus en plus aventureuses à l'heure de la concurrence avec la LDLC Arena, mais aussi de la hausse des coûts : « À partir de juin 2022, on a dû absorber une augmentation importante, allant jusqu'à 325 %. Heureusement, le volume des ''gros spectacles'' est en train d'augmenter, ç'aurait été difficile sinon », détaille le directeur général.

La concurrence des stades inquiète

Cependant, ces ''gros spectacles'' se tournent aussi  — lorsqu'ils le peuvent — vers les stades. « Quand on ajoute les concerts prévus au Groupama Stadium à l'offre existante, on se demande à quel moment l'offre va saturer », s'interrogeThierry Pilat. D'autant plus que les événements en stade jouissent d'un avantage supplémentaire. Le public doit les réserver très en avance, damant le pion aux concerts de plus petite envergure pour lesquels les spectateurs ne se mobilisent souvent que quelques semaines en amont.

« Nous sommes attentifs, pas inquiets », martèle le directeur général de la Halle Tony Garnier qui prend garde à ne pas envoyer de signaux négatifs : « La Halle Tony-Garnier reste irremplaçable, de par son histoire, son architecture et son emplacement géographique », a-t-il conclu.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 13 septembre 2023 Pour sa 5e édition, le festival de street-art Peinture fraîche quitte la halle Debourg pour investir sa voisine aux anciennes usines Fagor-Brandt. Du 11 octobre au 5 novembre, 75 artistes s'exposent sur 15 000m2.
Lundi 5 septembre 2022 La librairie Michel Descours organise le dimanche 11 septembre un véritable petit festival littéraire avec des rencontres, des lectures, des signatures… (...)
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 18 janvier 2022 Peut-être sera-t-elle capitale européenne de la Culture en 2028. Clermont-Ferrand, n’est pas que la ville-Michelin (même si l’entreprise est omniprésente) et lance sérieusement sa campagne en ce début d’année, au moment où le festival du court, le...
Mardi 4 janvier 2022 Avec le grand retour des internationaux et un nombre invraisemblable de reports, le printemps 2022 déborde de concerts prometteurs et/ou attendus. Revue d'effectifs forcément très sélective et un peu subjective.
Mardi 4 janvier 2022 S'il faut être prudent avec la recrudescence des cas de Covid, il est prévu que cette année, les grands raouts littéraires se tiennent de manière classique – comme on les aime. Avec, pour certains, des pré-programmations croustillantes.
Vendredi 10 décembre 2021 De passage à la Chapelle de la Trinité à l'invitation des Grands Concerts, Fredrika Stahl viendra y présenter une merveille d'album nocturne publié cette année et baptisé Natten, tout en clair obscur et en ambiance amniotique, où la chanteuse...
Jeudi 18 novembre 2021 Dans H2G2, la bible de Douglas Adams, 42 était la réponse à la « question ultime sur le sens de la vie ». Peut-on alors parler hasard si le millésime 2021 du Festival du film court correspond à sa 42e édition ? Non point,...
Mercredi 6 octobre 2021 La troisième mouture du festival Peinture Fraîche marque à la fois une transition et un retour de la vie culturelle. Un festival qui s’inscrit dans l’air du temps : zoom sur les innovations amenées par le directeur artistique, Cart'1.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X