La grammaire intérieure

Benjamin Mialot | Mercredi 6 novembre 2013

Hannah Reid n'a pas les cheveux turquoise, a dépassé l'âge de la majorité sexuelle et n'a jamais déclaré que le poireau était son légume préféré. Hanna Reid, en somme, n'a rien à voir avec Miku Hatsune, popstar virtuelle qui, depuis 2007, se fait une place de plus en plus importante dans les rêves humides de la jeunesse connectée. Rien, si ce n'est qu'elle est, à l'instar de la création de la société japonaise Crypton Future Media mais sur un plan charnel, une phénoménale diva électronique.

Phénoménale par sa voix, sensuelle et affligée, que cette sculpturale Londonienne déploie avec la même intensité que si elle se produisait sur un navire en train de sombrer – là où Céline Dion braillait comme si on lui avait fourré un bout d'iceberg dans la culotte. Phénoménale aussi, par la bienveillance critique et publique que suscite la pop qu'elle produit sous le nom de London Grammar avec les multi-instrumentistes Dot Major et Dan Rothman, qui l'ont au départ contacté via Facebook autant pour tester ses talents d'interprète que dans l'espoir secret de passer la main dans sa crinière dorée.

Le concert que le trio s'apprête à donner au Sucre, une semaine après son correspondant canadien (Austra), est à ce titre complet. Heureusement, son premier album, If You Wait, majestueux recueil de ballades nocturnes (dont une reprise du Nightcall de Kavinsky) dont le charme clinique évoque tour à tour Portishead et Lana Del Rey, est assez inépuisable pour patienter jusqu'à son retour dans une salle de plus grande capacité. 

Benjamin Mialot

London Grammar
Au Sucre, vendredi 15 novembre


London Grammar


Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

London Grammar à Lyon en décembre

Pop | En 2013, lors de son passage au Sucre pour une première apparition lyonnaise, on prédisait ici que London Grammar, alors simple révélation – mais quelle (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 29 juin 2017

London Grammar à Lyon en décembre

En 2013, lors de son passage au Sucre pour une première apparition lyonnaise, on prédisait ici que London Grammar, alors simple révélation – mais quelle révélation ! – était promis aux salles de grandes ampleurs. Prédiction réalisée puisque le trio Londonien menée par Hannah Reid et auteur en ce début d'année de son deuxième album, Truth is a Beautiful Thing, va venir emplir de sa mélancolie grandiose mais feutrée les grands espaces ventées de la Halle Tony Garnier le 6 décembre prochain. Les places sont en vente via les réseaux habituels.

Continuer à lire

Frères de son

MUSIQUES | Multi-instrumentistes précoces, les frères Lawrence ont regardé la dance music britannique se réinventer comme on contemplerait le surgissement soudain d'un continent inconnu. Avant de se lancer, sous le nom de Disclosure, à sa conquête avec "Settle", premier album plus euphorisant qu'une intraveineuse de Vodka-Red Bull. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 18 mars 2014

Frères de son

A voir leurs frimousses de gentils fils à maman, on se dit que les frères Lawrence seraient plus à leur place au Mickey Club que dans les sous-sols embrumés de phéromones et saturés de basses où la jeunesse britannique vit ses nuits sans compter sur ses jours. Guy et Howard, respectivement nés en 1991 et 1994, ont pourtant pris goût à cette espèce de soupe primordiale qu'est la musique électronique d'outre-Manche des années 2000 dans de tels endroits. Au point d'en synthétiser leur propre variété, étonnant et addictif mélange d'épicurisme house et de romantisme pop qui sied à une dégustation au casque comme à une bâfre au pied d'une façade d'amplis – et fait tilter les charts depuis la sortie, en 2012, du single Latch, modèle de post-r'n'b tiré à quatre épingles qui imposa au passage le parfait inconnu Sam Smith comme l'une des voix les plus chics du royaume. Les colons de la tatane Ce n'est sans doute pas le futur qu'envisageaient pour eux leurs parents, auxquels ils doivent à la fois leur savoir-faire instrumental – ils leur ont appris dès le sortir du couffin à manier guitare et batterie pour l'aîné, piano et basse pour le benjamin – et leu

Continuer à lire

La Loi du retour

MUSIQUES | A force de la pratiquer, on le sait, la programmation musicale n’est régie par rien d’autre que les antiques lois de l’éternel retour. Nouvelle année, nouveau printemps, perpétuel recommencement. Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 janvier 2014

La Loi du retour

On peut, en cette période d’Epiphanie généralisée et à la manière de Nietzsche dans le Gai Savoir, voir l’«éternel retour du même» comme une malédiction ou une bénédiction. C’est tout l’enjeu de l’expérience humaine. Pour ce qui nous intéresse ici, gageons qu’il faille prendre le mouvement renouvelé des saisons musicales, la succession des «cycles de manifestation», pourrions nous-dire en tordant un concept si cher à l’essayiste Pacôme Thiellement, comme une chance de (re)vivre des instants essentiels. A ceux pour qui rater un concert équivaut à passer à côté de sa vie, quelle belle saison s’ouvre devant vous après un automne de carême : auriez-vous loupé, en vrac, le lutin démiurgique Woodkid (le 21 février à la Halle), les exorcistes de la «Mauvaise Nouvelle» Fauve («Ne crains rien, car je suis avec toi. (…) Je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite triomphante

Continuer à lire