Black Lips à l'Épicerie Moderne : country for old kids

Alt-country | Après quelques reports, les Black Lips se pointent enfin à l'Épicerie Moderne pour livrer sur scène leur réjouissant "Sing in a world that's falling apart", collection de cavalcades et de ballades country exécutées dans un monde finissant, publiée l'an dernier, cinq minutes avant la pandémie de Covid.

Stéphane Duchêne | Jeudi 18 novembre 2021

Photo : © Dani Pujalte


Depuis qu'on connaît ces gamins mal élevés – et d'ailleurs plus si jeunes pour des gamins – de Black Lips, on a eu le temps de s'apercevoir qu'ils étaient bien du genre à danser sur les décombres – y compris après avoir eux-mêmes causé ces décombres à coups de déflagrations punk et psychobilly. Alors quand en 2020, ils sortent un album intitulé Sing in a world that's falling apart, on ne peut que faire semblant d'être étonné. Ce qui n'empêche pas de saluer un sens consommé du timing – et même, la chose s'offrant aux bacs au mois de janvier, une certaine propension à la prescience, dans ce moment où le monde entre en toussotant dans une ère de panique sanitaire pas piquée des pangolins qui clouera 9 milliards d'êtres humains dans leur canapé, ou ce qui en fait office.

C'est d'ailleurs évidemment avec une certaine bonne humeur que le groupe du sémillant Cole Alexander se livre à l'exercice, non pas à la mode garage-punk-éparpilleur façon puzzle mais en revisitant à la truelle l'univers country, alt-country pour être plus précis puisque avec eux la tradition est toujours un peu repeinte en gueule d'atmosphère. Ici, à coups de guitare fuzz, de surimpressions garages, là, à grands renfort de rots intempestifs (sur l'introductif Hooker Jon) et de confessions pochetronnes, comme quand Alexander, littéralement confit au moonshine et ivre de cuivres, entreprend de se racheter une conduite sur Gentleman comme on le ferait sur un lit de petite mort (« Ce vieux majeur est devenu gros et fatigué à force de doigts d'honneur / Ma bouche est pleine d'aphtes à force de cracher des gros mots », déplore-t-il dans une atmosphère de kermesse dégénérée au finale presque bouleversant).

Au coin du feu de forêt

De fait, Sing in a world that's falling apart où l'on croise le fantôme glam de Marc Bolan (Angola Rodeo), le spectre du Commandeur Cash (Georgia) et l'ombre du père traînard Bobby Dylan (Get it on time) sonne dès lors un peu comme un bœuf au coin du feu. Sauf qu'ici le bivouac serait un feu de forêt géant comme les États-Unis s'en offrent régulièrement. Il y a sur ce disque comme des airs d'une fin du monde joyeuse – exorcisée à coups d'harmonicas champêtres, de refrains roboratifs et de chœurs benêts frôlant le baba cool – qui doit sans doute beaucoup à cette capacité des Georgiens à agencer le désordre et la lose en trois minutes douche comprise. D'en tirer presque à chaque coup, et comme sur un malentendu, un tube qui ne s'ignore pas tout à fait et prouve que le ciel qui nous tombe sur la tête peut attendre.

Black Lips
À l'Épicerie Moderne ​le lundi 29 novembre


Black Lips


Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinq jours, quatre nuits, dix valeurs sûres

MUSIQUES | Leur venue n'est peut-être pas aussi exceptionnelle que celles de Kraftwerk et de ses plus glorieux descendants, mais leurs prestations compteront sans doute parmi les highlights du festival : coup d’œil sur dix valeurs sûres de Nuits Sonores 2014. Stéphane Duchêne et Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 27 mai 2014

Cinq jours, quatre nuits, dix valeurs sûres

Garnier B2B MCDE (Nuit 1 / Halle 2) Dans le coin gauche, le tôlier, revenu cette année au sommet (mais l'avait-il seulement quitté ?) avec cinq maxis conçus comme autant de défis – à chacun son label et, par conséquent, son esthétique. Dans le coin droit, Motor City Drum Ensemble, LA relève (allemande) de la house à la mode de Chicago. Inutile de vous faire un dessin.   Black Lips (Nuit 1 / Halle 3) Tenancier d'un garage rock d'époque, les Black Lips appartiennent à cette catégorie de groupes qui p

Continuer à lire

Au bord des lèvres

MUSIQUES | Avec ses qualités et ses défauts, Arabia Mountain (autre titre possible : Grand n'importe quoi !), le dernier album des Black Lips, enregistré par «Monsieur (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 2 décembre 2011

Au bord des lèvres

Avec ses qualités et ses défauts, Arabia Mountain (autre titre possible : Grand n'importe quoi !), le dernier album des Black Lips, enregistré par «Monsieur Mark Ronson producteur de génie», nous donne à entendre une évidence : que les sons arabisants (pour ce qu'il y en a) sont taillés pour les riffs garage et le jingle-jangle. Et que, même, on les entendait déjà à l'œuvre depuis au moins les compilations Nuggets et surtout, surtout, les disques des Seeds. Bon, en dehors de cette découverte qui revient à dénicher les manuscrits de la mer Morte sous une caisse de bière, les Black Lips, même avec «Monsieur Mark Ronson producteur de génie™» aux manettes, restent les Black Lips. Une sympathique machine à tubes cradasses moins bas du front qu'elle n'en a l'air – même s'il faut bien avouer que plus bas du front que ça, on appelle ça un cochon truffier. Alors certes, ils n'ont peut-être pas lu (tout) Lamartine mais les Black Lips ont pour eux d'avoir écumé les scènes rock et les routes à peu près autant que Cousteau n'a raclé le fond de la mer (ils ont même enregistré

Continuer à lire