Des litres de Talitres à l'Épicerie Moderne

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 décembre 2021

Photo : © DR


L'Épicerie Moderne et Talitres c'est en quelque sorte une longue histoire. Nombreux sont les artistes mis en avant par le label bordelais – qui a fêté ses vingt ans cette année – à avoir arpenté la scène feyzinoise, parfois à plusieurs reprises. L'exemple le plus emblématique et récent étant Raoul Vignal, quand bien même son statut de local biaise sans doute un peu l'affaire. Cette fois ce sont d'un coup quatre formations maison qui se rejoignent pour un concert spécial.

D'abord, le précité Vignal, prince de l'accord alternatif et empereur du finger-picking, dont on ne se lasse guère et qui vient présenter à nouveau son très beau Years in Marble. Si l'on se pique de penser que Vignal a un côté crooner alors c'est assurément la couleur d'une soirée qui accueille également Thousand qui réinvente un peu l'exercice en français et en mode un peu schlass (et synthétique) qui n'est pas sans rappeler un triptyque Bashung vintage/Capdevielle/Baxter Dury frenchie.

En vedette, Maxwell Farrington & Le Superhomard, sorte de mariage de la carpe et du... homard, donc, qui n'est pas loin de faire des étincelles, ou plutôt des paillettes, sur Once, album à quatre mains qui rappelle les grandes heures – la voix de Farrington, musicien australien exilé en France est prodigieuse et les arrangements western du super crustacé à l'avenant – de Burt Bacharach, Lee Hazlewood, Scott Walker, The Divine Comedy ou Richard Hawley (oui, tout ça en même temps). Une claque qui a retourné les critiques comme autant de crêpes.

Maxwell Farrington & Le Superhomard + Thousand + Raoul Vignal
À l'Épicerie Moderne le jeudi 9 décembre


Soirée Talitres

Maxwell Farrington & le Superhomard + Thousand + Raoul Vignal
Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Summer Session : la flamme de danser

Le Transbordeur | Il n'y aura qu'une salle lors de cette Summer Session du Petit Bulletin – et d'ailleurs ce n'est pas une salle puisque c'est en plein air – mais quand (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 juin 2021

Summer Session : la flamme de danser

Il n'y aura qu'une salle lors de cette Summer Session du Petit Bulletin – et d'ailleurs ce n'est pas une salle puisque c'est en plein air – mais quand même trois ambiances bien distinctes. En ce 3 juillet, on retrouvera le folk ombrageux de Raoul Vignal qui se fera une joie discrète de venir poser un voile argenté sur le ciel d'été qu'on imagine déjà brûlant du côté du parvis du Transbordeur, généralement assez prompt à monter en température dès lors que les premiers rayons de soleil apparaissent. Mais aussi la transe électronisante et orientaliste de Taxi Kebab, croisement de chaâbi (le chant de Lea Jiqqir est en darija, l'arabe dialectal du Maroc, et c'est propice à l'envoûtement) et d'un genre d'électro-new wave qui en jetant des motifs glacés sur le sable – ou le béton – brûlant, provoque des poussées de sueur. Oriental, Murman Tsuladze l'est tout autant mais le trio est à chercher quelque part entre la mer Noire et la Caspienne (Georgie

Continuer à lire

Raoul Vignal : « la guitare est mon piano à moi »

Summer Session | En vedette américaine (mais lyonnaise), la Summer Session du Petit Bulletin accueillera le 3 juillet au Transbordeur Raoul Vignal, qui a publié son troisième album Years in Marble, en mai dernier. Le songwriter et as du fingerpicking revient sur ce disque mais aussi son parcours, sa vision du folk et son cousinage avec Nick Drake.

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 juin 2021

Raoul Vignal : « la guitare est mon piano à moi »

Comment décrirais-tu ta musique et ton attachement au folk ? Raoul Vignal : C'est clairement un genre que je rattache au passé. Ce que j'écoute comme folk, ce sont des choses d'il y a plusieurs décennies, les artistes qui m'ont permis d'entrer dans la composition et dans le jeu de guitare. Et peut-être que dans ma manière de l'interpréter, c'est mis au goût du jour avec les technologies actuelles, ce qui donne ce côté intemporel. Mais je ne cherche pas à ramener le genre dans le troisième millénaire, c'est plus une façon d'habiller ma guitare folk. Comment s'est faite ta rencontre avec la musique pop dans ta jeunesse et qu'est-ce qui t'a justement dirigé vers le folk en particulier au moment de développer ton projet solo ? C'est surtout passé par mon apprentissage de la guitare. J'ai commencé quand j'étais ado et ça m'a très rapidement gonflé, j'ai arrêté parce que la méthode d'apprentissage ne m'allait pas du tout. Être devant une partoche, apprendre les notes une à une, je ne voyais pas où était la musiq

Continuer à lire

Raoul Vignal : de marbre et de douceur

Folk | Prince du finger-picking et des accords alternatifs – les lecteurs de Guitar Mag ou de La Gazette du Mediator comprendront –, le Lyonnais Raoul Vignal (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 11 juin 2021

Raoul Vignal : de marbre et de douceur

Prince du finger-picking et des accords alternatifs – les lecteurs de Guitar Mag ou de La Gazette du Mediator comprendront –, le Lyonnais Raoul Vignal n'en finit plus de livrer des albums impeccables qui après l'avoir installé comme ni plus ni moins que le Nick Drake français réussisent au fil du temps et des sorties à l'éloigner durablement de cette simple comparaison, certes flatteuse, mais à force sans doute un peu embarrassante. Car le chanteur-guitariste mérite, malgré le cousinage de son jeu et de sa voix avec ceux du barde de Tanworth-in-Arden, d'être jugé à l'aune de son propre talent et en toute indépendance. Plus que jamais son tout récent Years in Marble, troisième long format, devraient y inciter, où Vignal continue de s'imposer en orfèvre de la mélodie et de l'arrangement létal qui ne paie pourtant pas de mine. Une authentique leçon de folk, pastorale autant qu'urbaine, mélancolique autant que lumineuse et qui fait foisonner l'intime. Une merveille de plus à son actif.

Continuer à lire

Oui, Transfer

Indie Rock | Pour sa troisième édition, le festival Transfer, qui prend désormais ses aises sur trois jours, continue de creuser le sens du mot "exigence" et l'intrépidité esthétique de la production indé. S'affirmant comme un événement de plus en plus enthousiasmant d'édition en édition. Sélection forcément subjective, mais pas que, des incontournables de l'événement.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 mars 2019

Oui, Transfer

Jacco Gardner Avec Cabinet of Curiosities (2013), Jacco Gardner en avait éveillé pas mal, de curiosités. Un intérêt et un talent confirmés ensuite sur Hypnophobia (2015) qui avait achevé de placer le jeune homme sur le trône du psychédélisme rétro néerlandais – un concept en soi. Sur ce trône, Jacco aurait pû écraser quelques lauriers de son royal séant. Oh nee ! C'était mal le connaître. Car c'est en apesanteur et dans une veine rétro-futuriste – où le terme futuriste résonnerait plus fort – que nous est réapparu le koning de la pop prétendument vintage avec Somnium. Et en mode exclusivement instrumental – ce qui dans le domaine de la pop, fut-elle indé, équivaut à une forme de suicide dont les trompe-la-mort comme Gardner se rient allègrement. Un voyage fascinant dont il nous fait revivre la magie en concert avec un live en quadriphon

Continuer à lire

Raoul Vignal se dévoile au Groom

Folk | En 2017, un album titré The Silver Veil a levé le voile sur le grand talent d'un jeune folkeux lyonnais nommé Raoul Vignal, parti marcher, au gré de chansons traversantes, sur les traces de Nick Drake et de ses héritiers en mélancolie minimaliste. Après de nombreuses premières parties, le voici en tête d'affiche au Groom.

Stéphane Duchêne | Mercredi 17 janvier 2018

Raoul Vignal se dévoile au Groom

Il n'est jamais très avisé d'évoquer la météo dans une chronique musicale. Ni jamais, d'ailleurs, tant le sujet est une preuve à charge de l'épuisement de tout autre – pour la faire courte, c'est un peu paresseux. Mais c'est un fait : s'il ne l'a sans doute pas fait exprès, en titrant son album The Silver Veil, pour rendre hommage à ce linceul gris qui recouvre souvent Berlin, où il a passé une partie de ces dernières années et enregistré ce disque, le Lyonnais Raoul Vignal, l'une des belles révélations de 2017, l'a sans doute condamné à devenir la bande-son de cet hiver qui nous prive de lumière derrière des rideaux de pluie ou le molleton de nuages figé comme un tombeau de marbre gris que même la tempête ne parvient pas à balayer. Pour preuve les titres des morceaux de The Silver Veil : Hazy Days, pour ouvrir ce doux bal, puis Under the same sky, Whispers, The Silver Veil, Shadows sont autant de références à un monde en demi-teinte, en clair-obscur. Mais cette bande-son, bien douce et cotonneuse, enveloppe et réchauffe dès les premiers arpèges de l'album, dès le premier contact avec cette voix q

Continuer à lire

Quirky : l'étrange festival au Bal des Fringants

Quirky Festival | Insolite, biscornue, étrange, voici comment l'on pourrait qualifier la programmation de l'édition printanière d'un Quirky Festival, si riche de révélations et de talents, mêmes confirmés, à découvrir, qu'elle méritait bien une petite sélection suggestive et subjective.

Stéphane Duchêne | Mardi 2 mai 2017

Quirky : l'étrange festival au Bal des Fringants

Raoul Vignal Derrière ce patronyme peu glamour se cache l'une des révélations lyonnaises de ces derniers mois : un artiste folk aux doigts de fées dont l'art du picking et le goût pour la mélancolie évoquent de loin en loin un Nick Drake à moustache. Loin d'être un débutant, Raoul a déjà à son actif trois EP, une BO de film et une petite réputation berlinoise consécutive à un séjour de deux ans dans la capitale allemande. Mais c'est bien son premier album, The Silver Veil (Talitres) qui voit sa côte exploser. Enregistré à Berlin, le disque dont le titre évoque pour le coup le ciel posé comme un drap sur la capitale allemande, lève paradoxalement ce même voile sur un talent au potentiel immense qui fait le lien entre diverses écoles : celle de l'American primitive de John Fahey et Robbie Basho, celle du revival folk contemporain (José Gonzalez, Kings of Convenience) et celle, donc, unique de Nick Drake, décédé à l'âge où Vignal sort son premier album. Comme un signe d'héritage. Raoul Vignal

Continuer à lire

Les couloirs de la petite mort

MUSIQUES | Que se serait-il passé si la pelote de fil prêtée par Ariane, demi-sœur du redoutable Minotaure, au héros Thésée pour qu'il se repère dans le labyrinthe de Dédale (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 19 avril 2013

Les couloirs de la petite mort

Que se serait-il passé si la pelote de fil prêtée par Ariane, demi-sœur du redoutable Minotaure, au héros Thésée pour qu'il se repère dans le labyrinthe de Dédale s'était cassée ? Il se serait retrouvé dans le même état d'ébahissement que nous à l'écoute du nouvel album de Mazes (et aurait trépassé au terme d'une longue agonie aux relents de steaks hachés, mais c'est un détail). La carrière de ce trio de Manchester, en dépit de son humour bien de chez lui – sa bio nous apprend que ses membres ont joué dans des groupes, sont influencés par d'autres et ont sorti des disques et donné des concerts, semblait pourtant on ne peut plus balisée : tapant dans (le mille de) l'indie rock à t-shirt mal coupé de Pavement, Sebadoh et autres Guided by Voices, A Thousand Heys, son premier disque, était voué à sombrer dans l'oubli aussi vite que ses refrains générationnels et ses riffs en basse définition nous avaient fait jouir des tympans. Sauf que l'issue qu'on devinait n'était qu'un chemin de retour à la case départ : Ores & Minerals, son successeur paru à la fin de l'h

Continuer à lire