« Apporter davantage de lisibilité à la Fête du Livre »

Interview / A son poste depuis 6 mois, Axelle Redon s’apprête à vivre sa première Fête du Livre en tant que sa commissaire principale. Rencontre, à quelques semaines de l’événement.

Axelle vous êtes commissaire de l’événement de Saint-Etienne depuis 6 mois, qu’est-ce qui vous a conduite jusqu’à ce poste ?

à lire aussi : Peggy Nille, marraine des Mots en Scène

Je suis née à Roanne, et après des études et des premiers projets professionnels menés à Lyon, j’ai intégré la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles, ndlr) et j’ai décidé de passer le concours de conservateur de bibliothèque, que j’ai réussi. J’ai d’abord eu un poste à Privas, en Ardèche, puis je suis revenue dans la Loire, d’abord au sein du réseau des médiathèques Loire Forez, et ensuite à la direction culturelle de l’agglomération. Il y a trois ans, j’ai été recrutée comme directrice de la bibliothèque municipale classée de Saint-Etienne et de la cinémathèque, et du même coup, du réseau. A ce moment-là, je crois que j’avais envie de retrouver l’opérationnel, et également de me confronter à une problématique culturelle urbaine : l’approche n’est pas du tout la même qu’en agglomération plus rurale.

Vous avez conservé votre poste de directrice des médiathèques de Saint-Etienne, votre fonction de commissaire de la Fête du Livre est devenue pour vous une mission supplémentaire. Qu’est-ce qui vous anime dans ce nouveau challenge et… Comment faîtes-vous pour tenir le rythme, vous devez avoir des semaines bien pleines ?

L’idée d’une continuité me plaisait. La question du chemin à construire, pour faire venir le public aux livres est une question que je trouve extrêmement stimulante, et qui m’anime au quotidien : les deux missions me semblent donc aller de pair. Pour ce qui est du rythme… Les fiches de postes ont changé au sein même de l’équipe organisatrice de la Fête du Livre, et nous travaillons aujourd’hui avec un conseiller littéraire, qui s’appelle Guénaël Boutouillet, dont l’aide est précieuse. Attention, j’insiste : il ne s’agit pas d’un prestataire qui fabrique une programmation, mais bien de quelqu’un qui nous conseille. La programmation reste de notre ressort.

Cette question d’amener les publics à la lecture part du constat que bien des gens aujourd’hui ne lisent pas ou plus, et se sentent éloignés du livre. Et pourtant… La Fête du Livre de Saint-Etienne accueille chaque année des dizaines de milliers de visiteurs. On peut donc supposer que le travail est déjà bien entamé ?

La véritable richesse de cet événement je crois, c’est qu’il est repéré, identifié, et qu'il constitue un temps fort de l’année dans notre ville. Je me souviens d’ailleurs avoir été assez marquée par ça, à mon arrivée à Saint-Etienne. C’est un événement historique, et un vrai moment de fête, ce qui explique pour beaucoup son succès... On souhaite d’ailleurs conserver cet aspect-là. Ce qui est intéressant à travailler pour nous néanmoins, c’est la manière dont l’auteur et le lecteur pourraient arriver à se rencontrer vraiment. Le grand chapiteau permet ça. Les Mots en scène permettent ça. On souhaite aujourd’hui développer davantage ces échanges avec des formats de rencontres renouvelés, conçus justement pour faciliter la disussion.

Dans cet accès à la lecture, on parle aujourd’hui de publics empêchés : beaucoup ont cherché à rétablir les ponts, il s’agit là d’une mission très complexe. Comment allez-vous tenter de répondre à cette problématique, sur la Fête ?

J’ai découvert à mon arrivée que cette Fête était nourrie par de très nombreux partenariats. C’est quelque chose de très important. En nous appuyant sur d’autres structures, qu’elles aient pour objet les métiers du livre, le champ culturel, le champ socio-culturel ou le champ social, nous pourrons aller chercher d’autres publics. C’est par exemple comme cela que nous avons conçu les off de la Fête cette année, organisés comme des rebonds dans différents lieux de la ville.

Dans ce qui va évoluer, vous avez parlé de nouveaux formats de rencontres entre auteurs et lecteurs. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Sous le chapiteau, l’Espace Débat accueillera tout le week-end des formats que nous avons appelés Polaroïd. Il s’agira de rencontres courtes, d’une durée de 30 minutes avec des auteurs qui font la rentrée littéraire et qui viennent présenter leur livre. 
A l’Hôtel-de-Ville, nous aurons les Grands Entretiens, sur la formule 1 heure avec un auteur. 
Le format Dialogue, où il s’agira, comme son nom l’indique, de créer un échange entre deux personnalités unies par une thématique ou un genre littéraire, sur ce qui relie ou distingue leurs livres. 
Et enfin, le format Lecture, d’une durée de 15 minutes, durant lesquelles l’auteur lit quelques passages de son ouvrage avant un petit échange libre avec le public.

On le sent dans ce que vous expliquez : votre mission est finalement aujourd’hui de faire évoluer la Fête tout en conservant ses précieux atouts. Quel a été votre principal axe de travail pour cette première année de mise en œuvre ?

Amener davantage de cohérence dans cette fête généraliste, en rendant les choses peut-être un peu plus lisibles. C’est une année pour poser les bases, en quelque sorte. L’idée est de se saisir de l’événement, et de reconnaître ce qui fonctionne dans l’existant. Saint-Etienne est à mi-chemin entre un festival du livre, et un salon littéraire. Ce que l’on souhaite, c’est renforcer ce juste-milieu, en travaillant la programmation très sérieusement.



Le mot de l’adjoint en charge de la Culture à la Ville de Saint-Etienne, Marc Chassaubéné

« Cette Fête du Livre de Saint-Etienne a ceci de particulier que les gens ont pour elle énormément d’affect. On ne s’en sent jamais exclu. La volonté de la Ville la concernant ne se traduit pas du tout par un objectif chiffré, mais bien par l’envie d’y faire venir des publics qui en sont encore très éloignés. Axelle, de par son travail tout au long de l’année au sein du réseau des médiathèques, est très au fait de ces questions. La Fête est finalement pour elle le prolongement de son travail quotidien. Elle nous a d’ailleurs démontré son savoir-faire en direction des publics empêchés, et en matière d’accessibilité. C’est quelqu’un qui est capable d’avancer en fédérant autour d’elle. Je suis donc persuadé que toutes ces qualités lui permettront de mener à bien la mission que nous lui avons confiée. »

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter