La Claque des Ambassadeurs

Ecrans | Les Ambassadeurs du Méliès, ce sont des lycéens qui aiment le cinéma, qui voient les dernières sorties en salle, et qui livrent leur coup de cœur. Aujourd’hui, Toscane et Maëlem du lycée Fauriel nous parlent de leur « Claque » du mois, L’Evénement, de Audrey Diwan

La rédaction | Mardi 30 novembre 2021

Photo : ©Prokino filmverleih GmbH


L'avis de Toscane

Anne est brillante, elle étudie les lettres et rêve de devenir écrivaine. Mais un jour, Anne tombe enceinte. L'avenir s'obscurcit, le compte à rebours est lancé.

Durant une heure quarante, l'on devient témoins de la lutte solitaire et silencieuse d'une jeune femme déterminée à reprendre le pouvoir sur son corps. Dans les années 1960, renoncer à la grossesse est illégal ; en parler c'est se heurter au rejet, se taire, c'est se condamner. Anne choisit de parler et encaisse : le silence et le rejet de ses meilleures amies, le mensonge et la manipulation d'un médecin malveillant, l'incompréhension et la déception de son professeur. Seule, elle s'engage sur le chemin sinueux de la liberté, sa liberté, celle de millions de femmes opprimées.

Avec Anne, on passe par une vague de sentiments puissante, entre désespoir, impuissance et injustice. Mais si l'histoire d'Anne émeut et bouleverse, L'événement n'inspire pas de pitié. Bien au contraire, c'est plutôt l'espoir et une volonté féroce qui s'insufflent à la fin du film. Chaque réplique, chaque regard du personnage est un poing levé au nom de la liberté.

Avec Anne, nous ne renonçons pas, nous n'abandonnons pas. Nous nous relevons.

L'événement, c'est une réalité brute et crue, universelle et malheureusement actuelle ; une expérience qui se vit plus qu'elle ne se lit.

L'avis de Maëlem

Nous sommes en 1963 et Anne, une brillante étudiante en lettres qui se rêve écrivaine, tombe enceinte, « une maladie qui ne frappe que les femmes et les transforme en femmes au foyer ». Ambitieuse et déterminée, il est hors de question pour elle de poursuivre cette grossesse qui mettrait en péril tous ses projets de vie. Mais dans cette société patriarcale où l'avortement est illégal et le désir féminin prohibé, sa bataille relève du véritable parcours du combattant. La course contre la montre commence alors, les semaines s'égrènent, et l'angoisse s'installe. Le spectateur entre avec Anne dans cet engrenage infernal, entre dilemmes terribles, jugement des autres, paternalisme, peur, douleur physique mais également psychologique, et solitude totale. La tension monte, l'étau se resserre peu à peu autour de la jeune femme jusqu'à l'étouffer et faire plonger la salle dans l'horreur, une horreur viscérale qui témoigne de cette expérience traumatique vécue par l'héroïne, et par tant d'autres femmes encore aujourd'hui.

A travers ce récit intemporel voire actuel, à la fois drame intime, thriller anxiogène et manifeste universel, Audrey Diwan donne à voir la condition des femmes qui étaient, et sont encore dans de trop nombreux pays, obligées d'avorter illégalement. L'évènement est un film puissant, cru, et nécessaire, qui rappelle que ce qui paraît acquis n'est pas si loin derrière nous, et que le droit des femmes à disposer de leurs corps doit être protégé à tout prix.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter