Le monde fantasmé de Salgado

Photographie | 250 images du photographe Sebastião Salgado s’invitent à La Sucrière pour un voyage intercontinental époustouflant où le fantasme prend le pas sur la réalité du monde.

Sarah Fouassier | Mardi 10 mars 2020

Photo : © Sebastião Salgado


C'est sur la pointe des pieds que l'on évolue au milieu des 250 images du photographe brésilien Sebastião Salgado à La Sucrière. Sur la pointe des pieds car l'on a envie de se faire tout petit face à la fragilité tangible du monde. Bien que Salgado nous présente une planète immaculée et résiliente, cette vision fantasmée et hyperbolique nous rappelle sans cesse que cette beauté est en réalité fragile et mise à rude épreuve par l'humain. « Je veux que les gens sortent d'ici imbibés par la planète, de cette sensation que la planète est colossale et qu'elle a une capacité énorme de s'autoprotéger » nous confie le photographe.

Salgado n'a pas toujours capturé la splendeur, ses reportages en noir et blanc ont pendant longtemps été exécutés en terrains minés, saisissant les populations migrantes ou les travailleurs sur les cinq continents. Les reproches de certains critiques d'utiliser la misère, de la magnifier à des fins commerciales l'ont-ils poussé à changer de cap et à troquer la douleur du monde contre sa magnificence ? « À la suite de mon projet Exode, j'ai fait une dépression, j'étais profondément affecté par toute la violence dont j'ai été témoin. Le projet Genesis m'est venu quand j'ai commencé à travailler la terre. J'ai eu envie d'aller voir ce qu'il y avait de pur sur la planète, pour contrer cette violence. »

Planète vierge

Ainsi Genesis déploie un mythe, non pas celui du récit de la création du monde, mais celui d'une planète vierge, que la main de l'humain n'a pas encore altéré. Pour ce faire, le photographe est allé à la rencontre de populations aux cultures ancestrales, en Sibérie, en Amazonie, en Papouasie. Inaltérée par la modernité, la vie de ces hommes et de ces femmes ne semble pas dérangée par la déforestation, la montée des eaux ou par les conflits territoriaux bien que l'on sache que toutes ces formes de dangers existent. Idem pour les populations animales qui évoluent sans crainte. Que nous dit cette illusion, cette vision fantasmée et théâtrale de la terre nourricière ? Que nous aussi, à l'instar de Salgado, nous avons besoin d'être confronté à la certitude que l'humain n'est pas seulement un corps violent, qu'il n'a pas encore tout altéré. Et que nous dit le succès de cette exposition qui voyage depuis 2013 ? Que nous avons davantage besoin de mise en scène, de spectacle que de vérité afin de nous conforter dans une vision du monde spectaculaire et idyllique.

Sebastião Salgado, Genesis
À La Sucrière jusqu'au dimanche 26 juillet


Sebastiao Salgado

"Genesis". Photographie
La Sucrière Les Docks, 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Phil Collins au Parc OL le 4 juin 2019

Pop | Non, Phil Collins n'est pas mort. C'est lui qui le dit, et le prouve, en remontant sur scène pour un Still not dead yet tour – du nom de (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 26 novembre 2018

Phil Collins au Parc OL le 4 juin 2019

Non, Phil Collins n'est pas mort. C'est lui qui le dit, et le prouve, en remontant sur scène pour un Still not dead yet tour – du nom de l'autobiographie publiée il y a deux ans par l'ex-chanteur et batteur de Genesis à la carrière solo florissante (100 millions d'albums vendus). Une énième tentative pour celui qui avait mis un terme à sa carrière scénique il y a huit ans, en proie à de sérieux problèmes de dos qui l'empêchent désormais de jouer de la batterie. Après plusieurs come-back ponctuels, pour certains avortés, le chanteur préféré de l'American Psycho Patrick Bateman est cette fois bel est bien de retour en live. Il sera au Parc OL le 4 juin prochain pour la seule date française de sa tournée. Préventes à partir du 28 novembre sur Ticketmaster et groupama-stadium.com. Mise en vente le 30 novembre dans les points habituels. Le dernier a

Continuer à lire

Le Sel de la terre

ECRANS | Avec ce portrait de la vie et de l’œuvre du photographe brésilien Sebastião Salgado, Wim Wenders signe un documentaire-musée soigné, passionnant dans son propos mais plutôt rigide dans sa forme, pétrifiée par les conventions du bon goût culturel. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 14 octobre 2014

Le Sel de la terre

Alors que sa carrière de cinéaste de fiction périclitait à vitesse grand V, Wim Wenders a toujours su maintenir la flamme de son œuvre grâce à ses documentaires : Buena Vista Social Club, Pina et aujourd’hui ce Sel de la terre consacré au photographe Sebastião Salgado prouvent que Wenders a encore une réelle envie de cinéma, ou plutôt une envie de réel au cinéma. N’hésitant pas à se mettre en scène face à celui dont il tire le portrait, racontant son choc esthétique lorsqu’il a vu pour la première fois un cliché de Salgado, il mène donc un entretien au long cours où le photographe, en gros plan, en noir et blanc et sur un fond invisible, raconte son parcours artistique, indiscernable de son expérience humaine. Car Salgado a parcouru le monde pour y photographier les famines, les guerres, la misère sociale… Le film s’ouvre sur les images saisissantes de milliers de mineurs brésiliens descendant dans un immense puits à ciel ouvert pour en ramener de l’or. Cet environnement dénaturé par la nécessité de survivre économiquement devient sous le regard de Salgado une

Continuer à lire

Rec 3 : Genesis

ECRANS | Koldo et Clara vont se marier. Du coup, la famille et les potes sont réunis, et tous ont sorti leur vieux caméscope pour immortaliser l’événement. Histoire (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 mars 2012

Rec 3 : Genesis

Koldo et Clara vont se marier. Du coup, la famille et les potes sont réunis, et tous ont sorti leur vieux caméscope pour immortaliser l’événement. Histoire d’avoir de beaux souvenirs bien filmés, on a même rameuté un geek qui ne jure que par la Nouvelle vague et le cinéma-vérité, et le voilà avec sa steadycam et son matos HD pour jouer les metteurs en scène. Il ne manque plus qu’un bon virus cannibale pour que ce troisième Rec ressorte l’artillerie lourde du faux docu à base d’images amateurs, passablement galvaudé par les Américains entre temps. Après quinze minutes furieuses, expérimentales et baignées dans une satire mordante du mauvais goût espagnol, Paco Plaza réserve une surprise de taille au spectateur : la caméra vidéo tombe par terre, se casse et… un film classique commence. On a d’abord envie de l’embrasser sur la bouche pour cette heureuse initiative, mais on déchante vite… Ce qu’il propose en échange n’est qu’un film d’horreur pour vidéo-club, dont l’insistante référence au cinéma des années 80, parodique et fun jusqu’au ridicule (le héros se promène en armure co

Continuer à lire

The Ballad of Genesis and Lady Jaye

ECRANS | De Marie Losier (Fr, 1h12) documentaire

Dorotée Aznar | Vendredi 21 octobre 2011

The Ballad of Genesis and Lady Jaye

À leur invitation, une réalisatrice filme le projet dément mais passionnel du couple formé par Lady Jaye et Genesis : se transformer l’un en l’autre à coups d’opérations de chirurgie esthétique. Soit une réinterprétation hardcore du concept de cut-ups cher à l’écrivain William Burroughs, où des portions d’une même œuvre, redistribuées dans le désordre, accouchent d’une œuvre entièrement nouvelle. Ce principe, essence artistique du groupe Throbbing Gristle où officiait Genesis, est également celui que retient Marie Losier pour le montage de son film, dont le tournage s’est étalé sur sept années. Vidéos prises sur le vif, mises en scène du quotidien, grain d’image envahissant contre platitude des séquences d’archives, le documentaire télescope tous ses éléments avec une fortune variable, et la voix-off de son protagoniste comme béquille narrative. Même si ce parti pris est des plus synchrones avec son sujet, il a une fâcheuse tendance à diluer l’intérêt de cette aventure pour le moins hors normes. On peut cependant reconnaître à la réalisatrice d’avoir évité l’écueil sensationnaliste pour privilégier une approche sensible de son sujet, propice à des scènes authentiquement touchant

Continuer à lire