"En finir avec Eddy Bellegueule" : vis ma vie d'Édouard Louis

Littérature | C’est le roman de ce début d’année, au succès impressionnant : "En finir avec Eddy Bellegueule" du jeune Édouard Louis. Un récit à la première personne sur l’enfance douloureuse d’un garçon « efféminé » ne répondant pas aux codes sociaux de son milieu. Remarquable. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 25 février 2014

Photo : John Foley


« Dans ce monde où les valeurs masculines étaient érigées comme les plus importantes, ma mère disait d'elle J'ai des couilles moi, je ne me laisse pas faire. » Ce monde, c'est un village picard jamais nommé. Un bout de France isolé où règne une misère sociale et intellectuelle, et où tout ce qui sort des rails préétablis est suspect. Le jeune Eddy Bellegueule est suspect, puisqu'il ne correspond pas aux codes de la masculinité imposante défendue par son père, ses frères, ses cousins, mais aussi sa mère, sa sœur... Bref, tous les hommes et toutes les femmes de son entourage. Eddy Bellegueule, c'est Édouard Louis, auteur qui a changé de nom en s'extirpant de la vie qu'on lui programmait – « l'intello » est depuis élève à l'École Normale Supérieure.

«Ces choses dérisoires pour un adulte»

En finir avec Eddy Bellegueule se lit vite. Et marque d'un coup, dès les premières pages, où le jeune Eddy se fait agresser sans broncher par deux garçons qui le traitent de « pédé ». Une violence quotidienne qu'il taira pendant toute son enfance, préférant encaisser les coups plutôt que d'avoir à justifier les raisons qui amènent ses agresseurs – et globalement tout son environnement, proches inclus – à penser de la sorte. La force du texte est de retranscrire de façon brute cette hiérarchie de valeurs, cette norme de genre qui régit toute une société. Il y a une vision bourdieusienne chez Édouard Louis (il a d'ailleurs écrit un livre sur le sociologue français), les habitants reproduisant bêtement des normes qu'ils jugent naturelles mais qui sont on ne peut plus culturelles, comme le démontre le jeune auteur (21 ans) lorsqu'il les compare à celles de sa nouvelle vie.

Mais ces excuses sociologiques n'empêchent pas la charge d'être rude, en premier lieu contre la famille Bellegueule – qui a d'ailleurs été interrogée par des journalistes et explique ne pas comprendre, se sentir blessée. Une charge atténuée par quelques moments de tendresse, comme quand le père emmène le fils à la gare pour qu'il passe le concours du lycée qu'il vise, loin du village, et lui donne alors vingt euros : « Tu dépenses tout ce midi, tu ramènes rien du tout, je veux pas que tu sois autrement que les autres. » Un récit puissant qui retranscrit avec force la violence de « ces choses dérisoires pour un adulte qui marquent un enfant pour longtemps ».

Edouard Louis, jeudi 27 février à 18h30 à la librairie Le Square
En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil)


Edouard Louis

Pour son livre "En finir avec Eddy Bellegueule"
Librairie Le Square 2, place du Docteur Léon Martin Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Marvin ou la belle éducation" : et Anne Fontaine sombra dans la caricature

ECRANS | de Anne Fontaine (Fr., 1h53) avec Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne…

Vincent Raymond | Mardi 21 novembre 2017

Depuis toujours, Marvin Bijou se sent "à part". Traité de "pédé" et harcelé au collège, il étouffe aussi dans sa famille à peine quart-monde. Grâce à un atelier théâtre et à sa rencontre avec un metteur en scène, il va découvrir qu’une issue existe et qu’il peut s’affirmer dans son identité… Anne Fontaine a une manière de filmer la misère sociale qui rappelle, sans vouloir faire offense ni à l’une ni à l’autre, le Ettore Scola de Affreux, sales et méchants. Sauf que le cinéaste italien tournait au second degré. Pas la réalisatrice française, qui pense nécessaire de représenter dans leur caricature la plus élimée des pauvres qu’elle ne doit guère connaître. Non qu’il faille adoucir ni faire de l’angélisme, mais cette représentation tient davantage du vieux stéréotype que du réalisme – curieusement, sa vision des sphères bourgeoises est plus réaliste. De fait, elle pousse vers une outrance aussi aberrante qu’inutile ses comédiens, au premier chef desquels

Continuer à lire

Anne Fontaine : « "Marvin" parle de la différence au sens propre du terme »

ECRANS | Queer Lion à la Mostra de Venise, "Marvin ou la belle éducation", quinzième long-métrage d’Anne Fontaine, est une adaptation lointaine du fameux roman "En finir avec Eddy Bellegueule" d'Édouard Louis. On en a discuté avec elle.

Vincent Raymond | Mardi 21 novembre 2017

Anne Fontaine : «

Adapté d’un livre racontant une "renaissance" passant par un changement de nom, votre film Marvin change également le nom du protagoniste. À travers le prisme du cinéma, il s’agit donc d’un changement au carré… Anne Fontaine : Le point de départ a été la rencontre avec le roman En finir avec Eddy Bellegueule d'Édouard Louis, dont j’ai voulu sortir en inventant le parcours que j’imaginais pour le personnage à travers les années : comment il pouvait trouver sa vocation, comment il pouvait s’en sortir… Ce qui n’est pas le cas du livre, qui est sur l’enfance, et ne traite pas l’épanouissement ni la singularité de son destin. Très vite, avec Edouard Louis, on est tombés d’accord sur le fait que c’était pas une adaptation, mais un acte d’inspiration. Près de 70% du film est inventé à p

Continuer à lire

En finir avec la lecture solitaire grâce à Benoît Olivier

Lecture | Découvrir ou redécouvrir de grands romans des dernières années, voilà ce que propose le comédien Benoît Olivier avec son cycle de lectures à haute voix "Ma parole est donnée". Les prochaines semaines, il s’attaquera à Judith Perrignon et Édouard Louis. Rencontre.

Aurélien Martinez | Mardi 10 janvier 2017

En finir avec la lecture solitaire grâce à Benoît Olivier

Un soir dans une librairie du centre-ville grenoblois qui vient tout juste de fermer ses portes. Des chaises sont disposées à l’étage, entre les rayons, face à un pupitre. Des spectateurs bien informés arrivent, au compte-gouttes : ils sont tous là pour la lecture du roman Les faibles et les forts (2013) de Judith Perrignon. Celui qui va s’emparer des mots de l’écrivaine française s’appelle Benoît Olivier. Un comédien et metteur en scène qui, depuis quelques années, s’est spécialisé dans ce genre de forme artistique. Mais pourquoi venir écouter un roman plutôt que de le lire soi-même ? Benoît Olivier nous répond : « Pour être emporté dans une histoire qu’on ne lirait pas forcément dans notre vie intime et qui, là, est portée par une voix. Et parce que le ressenti, l'imaginaire, l'impact émotionnel peuvent être différents et plus forts quand le texte est véhiculé de la sorte. » Après 1h30 intenses (Benoît Olivier a eu l’autorisation de l’auteure pour faire des coupes), on ne peut être que d’accord avec lui. La « musicalité » des mots D’ailleurs, on peut

Continuer à lire