Avec The Overdrive Conspiracy, le punk est dans tous ses états

Documentaire + concerts | L'association grenobloise investira l'Engrenage vendredi 5 octobre pour une soirée concerts et projection.

Damien Grimbert | Mardi 2 octobre 2018

Photo : David Basso


Association grenobloise spécialisée dans l'organisation de concerts punk, harcore et noise, The Overdrive Conspiracy peut se vanter d'un joli bilan en l'espace de cinq années et quelques d'existence : 44 concerts organisés entre Grenoble, Lyon, Albertville et Saint-Étienne, et 90 groupes invités originaires de 13 pays différents. D'où l'idée de fêter ça comme il se doit par le biais d'une soirée pluridisciplinaire un peu hors norme à l'Engrenage.

Au programme, une exposition rétrospective des cinq années d'existence de l'asso réunissant affiches et photographies de concerts, et la projection d'un documentaire inédit de David Basso, Diesel, en présence du réalisateur. Prenant la forme d'un « road movie documentaire et musical » condensant plus d'une centaine d'heures d'interviews et de captations live, Diesel dresse en creux le portrait de la scène punk-rock des années 1990 et 2000, et son évolution en marge de l'industrie du disque mainstream.

À ne pas manquer enfin, le folk-rock acoustique de Forest Pooky (en photo), également membre du trio pop punk Sons of Buddha, et la surf music incandescente de l'Italien Surfer Joe, véritable légende de la scène surf européenne contemporaine.

Projection de Diesel + concerts de Forest Pooky et Surfer Joe
À l'Engrenage vendredi 5 octobre à 19h


Diesel

Film de David Basso sur la scène punk-rock des années 1990 – 2000. Projection suivie des concerts de Surfer Joe et Forest Pooky
L'Engrenage 27 rue Jean Prévost Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Un jour dans la vie de Billy Lynn" : Post trauma, luxe

ECRANS | De ses dommages collatéraux en Irak à ses ravages muets sur un soldat texan rentré au bercail pour y être exhibé comme un héros, la guerre… et tout ce qui s’ensuit. 24 h de paradoxes étasuniens synthétisés par un patron du cinéma mondial, le polyvalent Ang Lee.

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Suggérant à la fois un roman de Zweig et une chanson des Beatles, le titre français de Billy Lynn's Long Halftime Walk ne trahit pas, loin s’en faut, l’esprit du film de Ang Lee. Son apparente banalité le contient en effet dans son entier, respectant l’unité de temps en dessinant une perspective plus vaste. Tout se déroule durant la journée particulière de Thanksgiving : ayant accompli un acte héroïque en Irak, le jeunot Billy Lynn bénéficie d’une permission exceptionnelle au Texas afin, notamment, de parader au sein de son unité durant le spectacle de mi-temps d’un match de football américain. Avant de participer à cette mise en scène aussi grotesque qu’obscène - censée galvaniser ou distraire, on ne sait guère, une populace déconnectée de la réalité du terrain -, le troufion aura essuyé les suppliques de sa sœur l’incitant à se faire réformer, découvert la béance entre l’image que se font les civils du front et la réalité, mais surtout été bombardé intérieurement d’envahissants souvenirs constitutifs d’un traumatisme latent. Full frontal, Foule frontale Ang Lee montre dans ce stupéfiant raccourci la germination progressive du trauma à travers s

Continuer à lire

Les Tigres du Futur, rock de série B

MUSIQUES | Le groupe plus ou moins énigmatique, dont la musique se rapproche d'un garage rock furieusement psychédélique, sera mercredi 26 octobre à Grenoble. On vous en dit plus.

Damien Grimbert | Mardi 18 octobre 2016

Les Tigres du Futur, rock de série B

Avouons-le d’emblée, on reste quelque peu circonspects, pour ne pas dire franchement dubitatifs, concernant l’authenticité de la biographie des Tigres du Futur. Cinq musiciens de studio aux noms à consonances italiennes, auteurs de bandes-son de films italiens et mexicains tellement obscurs qu’il n’en subsisterait aucune trace sur internet, réunis en 1978 par un légendaire producteur du département de l’Hérault dénommé Jo-Bernard Castagneri ? Tout cela demande une bonne dose d’incrédulité. Ce qui ne fait aucun doute en revanche, c’est l’excellence des compositions du groupe, réunies sur deux albums sortis fin 2012 et début 2016, Collection Illusions Sonores Vol 1 & 2. Mélange incandescent de garage rock furieusement psychédélique et de discrets emprunts synthétiques à l’âge d’or de la cosmic disco et de la library music italienne, la musique des Tigres du futur s’avère, en dépit de ses influences hautement hétérogènes, d’une cohérence sans faille et d’une efficacité redoutable. Ajoutez à cela des clips, pochettes d’albums et titres de morceaux qui sonnent comme autant d’hommages aux après-midis passés entre amis à chasser

Continuer à lire