Shutter island

Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert

La brume se lève sur Shutter island, un matin de 1954. Un bateau s’apprête à accoster avec à son bord deux détectives, Teddy Daniels et Chuck Aule, appelés pour une enquête mystérieuse : sur cette île au large de Boston où l’on soigne des criminels atteints de déficience mentale, une des patientes a disparu sans explication. Au fil de sa plongée dans l’univers oppressant de Shutter island, Teddy Daniels va voir ressurgir les traumas de son passé… Le dernier film de Martin Scorsese suit ainsi avec fidélité les méandres du roman éponyme de Dennis Lehane, et ce jusqu’à son twist final. Les lecteurs du bouquin en seront quitte pour l’effet de surprise, mais ceux qui ne le connaissent pas risquent aussi de deviner assez vite le pourquoi du comment tant Scorsese, cinéaste tout sauf roublard, se refuse à perdre le spectateur dans un labyrinthe de fausses pistes. Qu’importe à vrai dire ce relatif manque de suspense sur le long cours de l’intrigue : Shutter island est malgré tout un film passionnant et, c’est sa force, extrêmement prenant.

Île-cerveau

Car Scorsese transforme le décor de l’île en circuit mental que le personnage explore comme s’il se déplaçait dans son subconscient. Plus que le genre — le thriller horrifique — c’est donc au film-cerveau que le cinéaste se frotte. Scorsese sait qu’en la matière, il va devoir affronter deux grands maîtres : Roman Polanski et Stanley Kubrick. Les leçons de Polanski se retrouvent dans l’ambiance de paranoïa qui fait la force du début. Quant à Kubrick, c’est évidemment son Shining qui sert de ligne de mire au film tout entier. Que ce soit dans ses flashbacks oniriques ou dans l’utilisation virtuose de la musique contemporaine pour la bande-son, Shutter island est littéralement hanté par le souvenir de Shining, notamment lors des grandes scènes d’effroi du film, où l’horreur surgit en une série de visions particulièrement glaçantes — de la libération des camps à ce prisonnier au visage tuméfié et difforme. En fin de compte, le récit revient comme une spirale vers les traumas de Teddy, incarné par un Di Caprio très impressionnant, rongé par ses démons mais encore capable de charme et d’humour. Si, après Aviator et Les Infiltrés, Scorsese semble avoir fait le deuil de son rôle d’auteur, il conforte sa place de super-cinéaste de studio, investissant tous les genres afin d’en livrer des œuvres de référence. Shutter island ne réitère pas complètement la démonstration de force des Infiltrés, mais renvoie toutefois la concurrence à ses chères études par son brio formel, son efficacité et la teneur de son propos.

Shutter island
De Martin Scorsese (ÉU, 2h17) avec Leonardo Di Caprio, Mark Ruffalo, Ben Kingsley…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 22 avril 2016 C’est parti pour la troisième édition du festival Ciné-BD organisée à l’Espace vie étudiante du campus. On détaille le programme, qui dépasse le simple cadre de projections de films adaptés de bandes dessinées. Noémie Le Page
Mardi 23 février 2016 Et si Leonardo DiCaprio remportait enfin l'Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans "The Revenant" d'Alejandro González Iñárritu ? Histoire de conjurer la malédiction...
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Mercredi 15 mai 2013 Cinéaste de l’imagerie pop, Baz Luhrmann surprend agréablement en trouvant la puissance romanesque nécessaire pour transposer le Gatsby de Fitzgerald. Et trouve en Di Caprio un acteur à la hauteur du personnage. Christophe Chabert
Mardi 8 janvier 2013 Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, "Django Unchained" n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire...
Dimanche 8 janvier 2012 Clint Eastwood revient à son meilleur avec cette bio de J. Edgar Hoover, dont la complexité et la subtilité sont à la hauteur de cette figure controversée de l’histoire américaine. Christophe Chabert
Samedi 10 juillet 2010 L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film prototype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe...
Lundi 19 janvier 2009 de Sam Mendes (ÉU, 2h05) avec Leonardo Di Caprio, Kate Winslet…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter