Le mystère Gainsbourg

De quoi Charlotte Gainsbourg est-elle le nom ? De la fille de son père ? D’une comédienne à l’aura subtile ? D’une chanteuse discrète ? À l’occasion de son concert à la MC2 avec Connan Mockasin, on s’intéresse plus longuement à cette artiste difficilement cernable mais non moins captivante. Aurélien Martinez

Dans la grande famille des artistes français, il y a la frange des jeunes filles touche-à-tout nées sous les projecteurs, et qui continuent avec discrétion une carrière soigneusement construite. Vanessa Paradis en est un parfait exemple, elle qui fut violemment propulsée sur le devant de la scène en 1987 avec son tube Joe le taxi, négociant ensuite son virage musical au fil des rencontres (Serge Gainsbourg, Lenny Kravitz ou encore -M-), tout en ajoutant une corde à son arc en s’attelant dès 1989 au cinéma sous la caméra de Jean-Claude Brisseau – le dérangeant Noces blanches. Charlotte Gainsbourg en est un autre exemple. La fille du couple star Serge Gainsbourg et Jane Birkin fut ainsi rapidement poussée devant la caméra par sa mère. Bingo : un premier rôle à treize ans (dans Paroles et musique d’Élie Chouraqui), un César du meilleur espoir féminin à quatorze grâce à L’Effrontée de Claude Miller, et – grand saut dans le temps – un prix d’interprétation à Cannes en 2009 pour Antichrist de Lars von Trier. Entre toutes ces années, sa carrière a connu différentes phases : grosse baisse de régime pendant la décennie 90, retour sur le devant de la scène début 2000 avec les deux films de son compagnon Yvan Attal (Ma femme est une actrice et Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants) ou encore le 21 grammes d’Iñárritu. 

Une question d’envie

Voilà pour la case ciné. Mais comme Charlotte Gainsbourg est dans la catégorie des artistes français touche-à-tout, forcément, elle chante aussi. Là, c’est grâce à son père qu’elle débute derrière le micro dès ses douze ans, à la grâce du très dérangeant Lemon Incest : sur un air de Chopin, l’ado donne la réplique à son père et évoque cet « amour que nous n' f'rons jamais ensemble », « le plus beau, le plus rare, le plus troublant, le plus pur, le plus enivrant ». Forcément, à sa sortie, le titre choque, même s’il est depuis rentré dans la postérité, à juste titre. Deux ans plus tard, c’est donc tout naturellement que sort Charlotte for ever, œuvre de Serge Gainsbourg interprétée par sa fille. Puis plus rien, ou presque (une participation aux Enfoirés en 1994, passage obligé pour les artistes de l’époque), jusqu’en 2003 (le duo If avec Étienne Daho). L’envie semble revenir, et trois ans plus tard paraît l’élégant 5 : 55. Du coup, on se rend compte du potentiel de la jeune femme. À travers sa voix notamment, discrète, frêle, que les compositions du groupe Air, maître d’œuvre de ce 5 : 55, habillent avec grâce. Charlotte Gainsbourg raconte en interview avoir énormément bossé pour ne pas se planter (elle était attendue au tournant), et surtout pour prendre le dessus. Car quand son père se servait de ses égéries comme d’une pâte à modeler à fantasmes (ce qu’il fit magnifiquement avec Bardot), Charlotte Gainsbourg s’est ouvertement refusée à la sacralisation. 

En aparté

Trois ans plus tard, c’est le grand Beck qui la prend sous son aile. Le résultat confirme l’essai précédent : IRM est une réussite. D’abord parce que Beck varie judicieusement les styles, surtout parce que Charlotte Gainsbourg se prête au jeu avec délice, en cosignant les textes. Un album fourni fait pour la scène. Problème : avant la sortie d’IRM, Charlotte Gainsbourg ne s’était jamais produite seule en concert – la question ne s’était même pas posée pour 5 : 55. Un problème de légitimité expliquait-elle à l’époque. Elle a donc franchi le pas il y a deux ans, et s’est même fendue d’un live accompagné de quelques inédits. C’est à cette occasion qu’elle passera par la MC2, accompagnée de Connan Mockasin. L’album s’appelle Stage Whisper (aparté en français). Tout un programme, qui lui va à ravir.

Charlotte Gainsbourg "Stage Whisper" avec Connan Mockasin + Lescop, mercredi 30 mai à 19h30, à la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 17 janvier 2022 C’est l’histoire d’un cinéaste presque assuré de décrocher sa seconde Palme d’Or mais qui, en sortant une provoc’ débile durant sa conférence de presse (...)
Mardi 22 septembre 2020 À la fois “moking of” d’un film qui n’existe pas, reportage sur une mutinerie, bacchanale diabolique au sein du plus déviant des arts, vivisection mutuelle d’egos et trauma physique pour son public, le nouveau Noé repousse les limites du cinéma. Une...
Lundi 26 novembre 2018 Il y a un an, Charlotte Gainsbourg a sorti "Rest", cinquième album dans lequel la chanteuse et actrice se livre comme jamais – sur son père Serge Gainsbourg, sur sa demi-sœur décédée, sur sa vie… Alors qu’elle sera en concert dimanche 2 décembre à...
Lundi 18 décembre 2017 Dans "La Promesse de l'aube", Pierre Niney enfile un nouveau costume prestigieux : celui d’un auteur ayant au moins autant vécu d’existences dans la vraie vie que dans ses romans, Romain Gary. Rencontre avec un interprète admiratif de son...
Lundi 18 décembre 2017 Le réalisateur français Éric Barbier a adapté le fameux roman du tout aussi fameux Romain Gary. Une réussite portée par le tandem Pierre Niney - Charlotte Gainsbourg dans le rôle du fils et de la mère.
Mardi 16 mai 2017 Avec ce nouveau film présenté en ouverture, hors compétition, au festival de Cannes, Arnaud Desplechin entraîne ses personnages dans un enchâssement de récits, les menant de l’ombre à la lumière, de l’égoïsme à la générosité. Un thriller romanesque...
Mardi 21 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en tournant son film en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe...
Mardi 14 octobre 2014 Retour de Nakache et Toledano, duo gagnant d’"Intouchables", avec une comédie romantique sur les sans-papiers. Où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Mardi 16 septembre 2014 De Benoît Jacquot (Fr, 1h46) avec Benoît Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve…
Mardi 11 mars 2014 De Michel Spinosa (Fr, 1h47) avec Yvan Attal, Janagi, Charlotte Gainsbourg…
Vendredi 24 janvier 2014 Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf monte d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très...
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, prônant d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Mardi 17 décembre 2013 Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane – dont voici les cinq premiers –, le cinéaste est toujours aussi...
Mercredi 6 juillet 2011 Versant apaisé du diptyque qu’il forme avec le torturé Antichrist, Melancholia poursuit le travail psychanalytique mené par Lars Von Trier sur la dépression et le chaos, et prouve que ses concepts ne tiennent plus vraiment leurs...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X