L'étrange Noël de Mister Bouba

Le chorégraphe estampillé hip-hop Bouba Landrille Tchouda débarque avec sa version du ballet "Casse-noisette", qu’il a tout simplement intitulée "Un Casse-noisette". Un spectacle élancé et coloré qui surprend autant qu’il séduit. Rencontre. Propos recueillis par Aurélien Martinez

À Grenoble, on connaît bien Bouba Landrille Tchouda, toutes ses créations ayant été présentées dans l’agglo (notamment à la Rampe d’Échirolles, où il fut en résidence pendant huit ans). Aujourd’hui, plus de quinze ans après ses débuts à Saint-Martin-d’Hères, le chorégraphe à la tête de la compagnie Malka monte Casse-noisette, l’un des incontournables de l’histoire de la danse : une surprise, tant ses précédentes chorégraphies semblent loin de l’univers du ballet-féerie de Tchaïkovski datant de 1892. « Je suis arrivé à un moment de mon parcours où j’ai éprouvé le besoin de me confronter à ces œuvres qui traversent les temps sans jamais être écorchées. Et il y a eu tellement de versions que je me suis senti assez libre et tranquille d’en proposer une nouvelle. » Un projet qui murissait en lui depuis dix ans, et qu’il se sent capable d’assumer, aujourd’hui. « C’est une pièce très différente dans mon parcours, c’est presque un ovni. Toutes mes précédentes pièces sont issues de mon imagination, contrairement à celle-ci. Du coup, ce travail m’a donné envie de questionner le répertoire. Peut-être qu’un jour j’aurai envie de faire un Sacre du printemps ou un Cendrillon ! Casse-noisette m’a fait prendre conscience qu’un chorégraphe hip-hop pouvait le faire. »

« Pas 100 % hip-hop »

Un ovni donc, convoquant sur scène onze interprètes dans un univers coloré et magique. Là aussi le décalage est flagrant avec l’image que l’on a de Bouba Landrille Tchouda. « Mes pièces sont plutôt sombres. J’ai toujours fait à partir de ma sensibilité, et je pense être quelqu’un de plutôt pessimiste. Même si j’essaie toujours de dire qu’il est possible de faire des choses ensemble, malgré tout ce que l’on veut nous faire croire. » Un ovni qui reste néanmoins signé de la main du chorégraphe connu et reconnu pour son parcours hip-hop. « Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est ce que j’ai à dire. Si je dois passer par la danse hip-hop, je passe par la danse hip-hop, mais ce n’est pas une condition. Ces dernières années, on a vu naître des confrontations entre les danses. Le terme afro-contemporain par exemple est très récent : avant, c’était ou de la danse africaine, ou de la danse contemporaine. J’avais donc envie de porter cette vision de la danse contemporaine dans Casse-noisette, en passant par  toutes ces choses qui ont traversé mon parcours : le hip-hop, la capoeira...  Sans qu’il n’y ait que ça. Car mon Casse-noisette n’est pas un spectacle 100% hip hop, loin de là. »

« Une dimension plus rugueuse »

Son Casse-noisette est plutôt la rencontre entre un schéma narratif fort (une jeune fille reçoit comme cadeau de Noël un casse-noisette qui provoquera pendant la nuit un curieux bal des jouets) et un univers qui l’est tout autant. « Très vite, il a été important pour moi de m’éloigner du conte classique. C’est pour ça que je suis parti de la version d’Hoffmann, plus sombre que de celle d’Alexandre Dumas, qui est édulcorée et gnangnan. La version d’Hoffmann me laisse davantage d’espace pour dire ma conception des choses, de la vie – comme le fait que derrière une apparence avantageuse ne se cache pas forcément quelqu’un de bien. L’idée étant de transposer l’histoire dans notre temps, avec une dimension plus rugueuse et des personnages plus ambigus. » D’où un travail important effectué sur la musique. « Celle de Casse-noisette est extrêmement chargée. C’est pour ça que j’ai fait appel à un compositeur, pour permettre d’avoir des respirations à l’intérieur de cette partition. Une partition dont je n’ai finalement utilisé que 45 minutes, en ne suivant pas forcément l’ordre. »

« Plus proche de moi »

Le spectacle, qui tournera beaucoup en France, affiche complet partout. Bouba Landrille Tchouda, qui s’en réjouit, en est lui-même surpris. « Toutes les salles le voulaient pour les jours avant Noël ! » Personne ne semble donc avoir douté de cette rencontre improbable (de nombreux partenaires nationaux l’ont suivi sur ce coup). Et l’avenir dans tout ça ? Visiblement, ses prochains travaux seront moins pharaoniques. On le retrouvera ainsi en février et avril 2013 dans l’agglomération avec Têtes d’affiche, « une pièce plus proche de ce que je porte en moi, très légère niveau scénographique. Elle parle du besoin parfois maladif de tout faire dans la vie pour être le premier, même s’il faut écraser l’autre. » Puis il enchaînera avec une création autour de la question de la violence, et proposera ensuite un solo baptisé Skin, « sur un homme qui se fait beau pour mourir » (un projet qu’il portera normalement avec un metteur en scène). Résultat, son calendrier est bouclé au moins jusqu’en 2016. Oui, 2016.

Un Casse-noisette, du mardi 11 au samedi 15 décembre à la MC2, et le mardi 29 janvier au Grand Angle (Voiron)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 17 mai 2021 Depuis le 19 mai, les lieux de culture peuvent rouvrir et accueillir du public. Beaucoup de théâtres de Grenoble et de l'agglomération ont donc annoncé des spectacles à enfin voir dans leurs murs avant la traditionnelle pause estivale. Mais où...
Samedi 27 mars 2021 "Miracles", le très beau dernier spectacle de Bouba Landrille Tchouda, est un peu sorti de l’ombre, il y a deux grosses semaines, à l’occasion d’une représentation professionnelle à la MC2. Toujours coupés du public, le chorégraphe grenoblois et ses...
Vendredi 5 février 2021 L'équipe du Petit Bulletin est repartie à la rencontre des compagnies de théâtre et de danse pour recueillir leurs impressions sur la crise sanitaire et l'évolution de leur travail au quotidien. Cinq d'entre elles nous ont répondu pour témoigner de...
Mardi 11 mars 2014 On l’a déjà écrit, mais qu’importe : oui, les notes d’intention de certains spectacles de danse ressemblent à des dissertations de philo élaborées à coups de (...)
Mercredi 9 janvier 2013 La pièce Têtes d’affiche, créée juste avant Un Casse-noisette et encore inédite dans la région, « parle du besoin parfois maladif de tout faire dans la vie pour (...)
Lundi 19 novembre 2012 Le secteur de la danse repose sur une économie fragile. Des chiffres mis en avant par la NACRe (Nouvelle agence culturelle régionale) montrent que la durée (...)
Lundi 15 novembre 2010 Intervenant régulier en Maison d’arrêt depuis plus d’une dizaine d’années, il semblait logique que Bouba Landrille Tchouda, au vu des interrogations qui (...)
Lundi 15 novembre 2010 Danseur chorégraphe et directeur artistique de la compagnie Malka, Bouba Landrille Tchouda présente à la Ponatière d’Echirolles sa nouvelle création, Murmures et termine dans quelques mois sa résidence à La Rampe. On l’a rencontré pour faire le...
Vendredi 20 novembre 2009 Au Petit Bulletin, on connaît bien le travail de quatre compagnies sélectionnées. On vous les présente, en touchant deux mots des huit autres pour ne pas être accusés de favoritisme ! AM et JED
Lundi 2 novembre 2009 Le chorégraphe Bouba Landrille Tchouda poursuit avec Meia Lua son exploration d’une danse hip hop affranchie de toute frontière. FC
Lundi 9 février 2009 Sur la scène, disposés par-ci par-là, un canapé, une table basse et un frigo. Et puis six jeunes au centre, vêtus de tee-shirts et pantalons multicolores. Ça (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X