Une Biennale en quête de réinvention

L'Image manquante
De Rithy Panh (Cam-Fr, 1h32) documentaire animé

La cinquième édition de la Biennale Cinéduc s’est choisi pour thème « Réinventer, au cinéma » ; vaste sujet qui implique utopies et expérimentations, désir de nouvelles frontières et de nouveaux récits. Chaque section de son programme va donc décliner cette idée, tantôt géographiquement, tantôt génériquement. Niveau géo, l’Amérique et le Portugal seront mis à l’honneur avec, pour les États-Unis, un programme de films qui portent un regard sur « une autre Amériqu e». Richard Linklater (via ce qui reste l’œuvre la plus étonnante de son insaisissable filmographie, A scanner darkly), Quentin Tarantino (avec Pulp fiction et le génial Boulevard de la mort, qu’on aura l’honneur de présenter et de commenter ce dimanche à 18h), et George Romero (pour Diary of the dead, qui explore à la fois les failles de l’Amérique et la manière dont les nouvelles images domestiques peuvent l’interroger) ont été élus par la Biennale représentants de ce regard neuf.

Côté Lusitanie, c’est l’incontournable Tabou de Miguel Gomes, rare exemple d’œuvre contemporaine à la fois totalement conceptuelle et absolument accessible, qui résumera cette « réinvention du cinéma portugais » – au programme aussi, Capitaines d’avril de Maria de Medeiros et l’inédit 3X3D, signé Greenaway, Godard et Edgar Pera.

Enfin, une ultime section cherchera à montrer comment le documentaire repousse les frontières du genre, avec ce qui sera sans doute l’événement de la Biennale, la projection de L’Image manquante (photo) de Rithy Panh, où le cinéaste aborde le sujet qui hante toute son œuvre (le génocide Khmer au Cambodge) via une forme nouvelle pour lui, celle de l’animation en pâte à modeler. Le film, tourné pour arte mais couvert de prix dans les festivals et en lice pour l’oscar du meilleur documentaire, mérite largement d’être vu en salles – et, pour Cinéduc, en présence de son narrateur, Randal Douc.

Christophe Chabert

Biennale Cinéduc
Jusqu’au 23 février, dans divers lieux. Programme complet en pages 06 et 11

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 2 octobre 2017 Chronique rotoscopique de la vie de trois femmes et d’un musicien tentant de survivre dans une société iranienne aussi anxiogène qu’hypocrite, cette photographie sur fond sombre est émaillée, de par la forme choisie, d’instants de grâce visuelle....
Jeudi 29 novembre 2012 Véritable casse-tête critique que ce film bicéphale de Miguel Gomes : une première partie ennuyeuse qui aligne les poncifs du cinéma d’auteur, une deuxième somptueuse en hommage aux grands mélodrames muets. Christophe Chabert
Mercredi 20 septembre 2006 Expérimentateur lunatique, Richard Linklater nous donne à voir la plus fidèle adaptation d’un ouvrage de Philip K. Dick livrée jusqu’ici sur grand écran. Au risque de plonger son spectateur dans les méandres d’une torpeur psychotrope. François Cau

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X