Jimmy's Hall

Jimmy's Hall
De Ken Loach (Fr-Ang, 1h49) avec Barry Ward, Simone Kirby...

Ken Loach retrouve sa meilleure veine avec ce beau film autour d’une utopie réconciliatrice dans l’Irlande du Nord encore meurtrie par la guerre civile, ruinée par les archaïsmes de l’église et l’égoïsme des possédants. Christophe Chabert

On avait hâtivement présenté Jimmy’s Hall comme une suite au Vent se lève de la part de Ken Loach et de son fidèle scénariste Paul Laverty ; ce qu’il est sans l’être, finalement, puisque s’il prolonge historiquement l’exploration de l’Irlande du Nord traumatisée par sa guerre civile, il le fait avec une humeur nouvelle. Tout tient finalement dans l’ellipse qui sert d’introduction mais aussi de parenthèse dans la vie de son héros Jimmy Gralton : ce militant communiste a passé dix ans comme ouvrier en Amérique et revient dans son Irlande natale chassé par la crise économique. La situation politique s’est en apparence pacifiée, même si les divisions au sein du peuple restent fortes.

Loach choisit pourtant de montrer que cette fracture en dissimule une autre, reproduction de celle qui taraude son cinéma depuis ses débuts : c’est avant tout une question sociale, morale et culturelle. C’est à cela que va s’atteler Gralton : combler le fossé qui sépare générations, confessions et classes, à travers un lieu symbolique, un dancing abandonné qu’il transforme en foyer d’éducation populaire et de fête laïque.

Jazz, whisky et lutte des classes

Jimmy’s Hall se nourrit de cette utopie pour offrir à Ken Loach un territoire qu’il affectionne : un endroit de parole et de débats, de frictions et de communions. Il lui en oppose un autre, menaçant : l’église du coin et son curé borné, qui condamne les idées de Jimmy et son goût pour le jazz. Aux scènes aérées, vibrantes et solaires qui réunissent Gralton et ses amis répondent les prêches claustros et guindés du prêtre. Dans un mouvement dialectique inattendu, lorsque les deux se rencontrent, se dessine une forme d’entente et de respect. Il y a encore une place pour le dialogue entre le religieux et l’athée et Jimmy’s Hall trouve alors des accents fordiens, laissant espérer que, malgré ses divergences de vue, la communauté parviendra peut-être à se ressouder.

La lucidité, carburant des meilleurs films de Loach, reprend le dessus dans une dernière partie nettement plus âpre où les propriétaires et aristocrates décident de mener la vie dure à Gralton et à ses idées socialistes. Si le portrait des "ennemis" est sommaire, le constat reste éminemment contemporain : pas de place pour les esprits libres, la culture et l’éducation dans un monde guidé par l’argent et les égoïsmes individuels. Loach prend acte mais ne baisse pas les bras ; Jimmy’s Hall croit dur comme fer que la jeunesse et la joie finiront tôt ou tard par faire table rase des pulsions conservatrices qui les étouffent.

Jimmy’s Hall
De Ken Loach (Ang-Fr, 1h49) avec Barry Ward, Simone Kirby…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 21 octobre 2019 Un intérimaire se lance dans l’entrepreneuriat franchisé avec l’espoir de s’en sortir… précipitant ainsi sa chute et celle de sa famille. Par cette chronique noire de l’ère des Gafa, Ken Loach dézingue toujours plus l’anthropophagie libérale. En...
Mardi 6 décembre 2016 Deux ans avant de recevoir sa seconde Palme d’Or, Ken Loach avait présenté à Cannes un film faisant écho à la première récoltée en 2006 pour Le Vent se lève, Jimmy’s (...)
Lundi 24 octobre 2016 Lorsqu'un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre en palliant sa criminelle négligence. Telle pourrait être la morale de cette nouvelle fable dramatique emplie de réalisme et d’espérance, qui a valu à...
Dimanche 25 mai 2014 "Jimmy’s hall" de Ken Loach (sortie le 2 juillet). "Alleluia" de Fabrice Du Welz (date de sortie non communiquée). "Whiplash" de Damien Chazelle (sortie le 24 décembre). "Sils Maria" d’Olivier Assayas (sortie le 20 août). "Leviathan" d’Andrei...
Vendredi 13 septembre 2013 À sa création, le Petit Bulletin n’était qu’une page imprimée recto-verso, avec en ouverture un édito et, juste après, les programmes de cinéma. Quand le journal (...)
Lundi 25 juin 2012 Décidément, la comédie n’est pas le fort de Ken Loach et son scénariste Paul Laverty : cette pochade à l’optimisme forcé sur les tribulations dans le monde du whisky d’une bande de petits délinquants écossais relève du bâclage paresseux et du...
Mercredi 9 mars 2011 Sombre histoire de vengeance d’un ancien mercenaire anglais en Irak, Route Irish, malgré son évident manque de moyens, s’inscrit dans la meilleure veine du cinéma de Ken Loach, comme un remake social et british de Rambo. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X