"Mademoiselle", délicieux thriller érotique signé Park Chan-wook

Mademoiselle
De Park Chan-Wook (Corée du Sud, 2h25) avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri...

Expert en dispositifs raffinés, le Sud-Coréen Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un brasillant thriller esthético-érotique, où les retournements et rebondissements prolongent le plaisir comme le désir. D’une sensualité perverse aussi délicate que délicieuse. Hmmm…

Mademoiselle est de ces films qui déploient leur luxuriance opératique dans un mouvement à l’élégance ininterrompu. Si l’idée saugrenue venait de lui associer un végétal, ce ne serait pourtant ni la fougère arborescente balayée par les vents, ni la venimeuse digitale pourpre, mais un simple oignon. Un de ces bulbes lisses à la rotondité douce frôlant la perfection, composé de maintes couches concentriques que la curiosité brûle d’ôter une à une… jusqu’à ce que l’on se retrouve contraint de se rincer l’œil.

Une fois encore, Park Chan-wook a bien mené son jeu – en l’occurrence, un jeu de la chatte et de la souris, ou de dupes dupé(e)s. L’histoire débute dans les années 1930 avec l’infiltration d’une jeune Coréenne au service d’une richissime Japonaise vivant recluse chez son oncle. Complice d’un soi-disant comte nippon ayant des vues sur la magot de la seconde, la première est chargée de chanter les louanges du bellâtre pour favoriser l’union. Mais rien, évidemment, ne se déroulera comme prévu…

Narratio interrupta & multiplicatur coitus

Depuis qu’il nous a dessillés en 2003 avec Old Boy, claque légitime affirmant au monde entier l’importance créative de la production sud-coréenne, Park Chan-wook s’est imposé comme le maître de mécaniques scénaristiques sophistiquées tressant intimement vengeance, amour et mort. Des structures de polars s’éloignant du cadre conventionnel pour être ensemencées par des éléments insolites leur donnant du soufre : ici, du fétichisme érotico-littéraire sauce Marquis de Sade, mâtiné d’un soupçon de cruauté vicieuse et de créatures monstrueuses.

Un amalgame propice, et qui tient ses promesses en renversant (à plusieurs reprises) les points de vue. Pas un vulgaire twist ni un simple contrechamp, mais des basculements profonds dans les perspectives. Interrogeant les concepts-mêmes de dualité et d’opposition, Park Chan-wook rompt avec les résolutions binaires et opte pour une voie astucieuse où la vérité n’est guère plus intacte que la morale, le dimorphisme sexuel reconsidéré et le vieux conflit entre le Japon et la Corée ravalé au rang de péripétie. S’ouvrant progressivement à l’incertitude, à la nuit et aux pulsions, ce conte résonne symétriquement comme un hymne à la splendeur ainsi qu’aux frissons ludiques de l’extase. Faites-vous donc plaisir en le voyant…

Mademoiselle
de Park Chan-wook (Cor. du Sud, 2h25) avec Kim Min-hee, Kim Tae-ri, Ha Jung-woo…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 20 juin 2022 Les tourments d’un flic droit malmené par sa conscience ainsi que par une séduisante manipulatrice, au cœur d’un polar fatalement stylisé où Park Chan-wook convoque l’Histoire et – naturellement – la cruelle amertume de la vengeance. Prix de la mise...
Mercredi 17 février 2021 Depuis quelque mois, malgré la situation sanitaire, la Source continue de proposer résidences et événements (pour la plupart en livestream), pour combler un tant soit peu notre irréductible besoin de consolation. Et voici que la dernière salve en...
Mardi 15 janvier 2019 Alors que le célèbre hebdomadaire propose du mercredi 16 au mardi 22 janvier au Club et au Méliès une sélection des meilleurs films de l'année écoulée (selon ses journalistes), le Jeu de Paume de Vizille fait de même. Mais avec lui, ce sont les...
Mardi 2 mai 2017 D’une des pires hantises qui soit (la peur d’être enterré vivant), le réalisateur Kim Seong-hun tire un thriller explorant souterrainement société, politique et médias coréens. Mine d’inventivité, ce cinéma confirme son statut de bouffée d’oxygène...
Mardi 30 juin 2015 La 38e édition du festival du film court en plein air de Grenoble confirme les tendances de l’an dernier, du moins concernant une compétition qui, malgré la profusion de l’offre (3000 films vus), manque clairement de diversité. On en a tiré une...
Mardi 25 février 2014 Au tournant des années 2000, le cinéma sud-coréen, dopé par des lois protégeant son marché intérieur contre l’invasion des productions américaines, fait sa révolution. (...)
Mardi 23 avril 2013 Après avoir croisé Thérèse Raquin et un film de vampires dans "Thirst", Park Chan-wook se délocalise en Australie pour passer "L’Ombre d’un doute" d'Hitchcock au filtre de l’horreur gothique. Le résultat, ultra stylisé et plutôt distrayant, se...
Samedi 10 octobre 2009 De Stéphane Brizé (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X