"Le Crime de l'Orient-Express" : crème de Poirot à la neige

Le Crime de l'Orient-Express
De Kenneth Branagh (ÉU, 1h54) avec Kenneth Branagh, Johnny Depp...

L'acteur et réalisateur Kenneth Branagh propose une version dynamisée du classique d’Agatha Christie. Critique.

Kenneth Branagh n’a jamais manqué de panache. Las, le Britannique a eu l’exquise malchance de partager avec ses trop illustres devanciers Orson Welles et Laurence Olivier un goût structurant pour Shakespeare. De l’avoir défendu avec ferveur sur les planches et de s’être jeté dans plusieurs de ces adaptations ambitieuses qui, à moins d’un engouement aussi inespéré que soudain pour le théâtre élisabéthain, attisent la méfiance des studios comme du grand public. Toutefois, parce qu’il est à l’instar d’Orson et Lawrence un comédien éclectique prenant du plaisir à (tout) jouer, le cinéaste n’a jamais été mis au ban du métier. Il s’est même refait du crédit auprès des financeurs en signant du blockbuster pour Paramount et Disney. Envisageait-il déjà de redonner jeunesse et visage neufs au héros iconique d’Agatha Christie ? Le revoici en position de force à sa place favorite : des deux côtés de la caméra, en route pour une potentielle franchise.

à lire aussi : Kenneth Branagh : « Lorsqu’il s’agit de moustaches, la taille, ça compte ! »

Son Poirot embarque ici in extremis à bord du train de luxe pour un trajet agité : son wagon va se trouver immobilisé et il aura à résoudre le meurtre d’un antipathique passager, que tous les autres voyageurs auraient pu désirer éliminer…

Hercule agile

L’ombre du Crime de l'Orient-Express de Sidney Lumet (1974), adoubé jadis par l’autrice elle-même, plane en permanence sur ce film – comment pourrait-il en être autrement dans un huis clos ? Branagh distribue aux vedettes d’aujourd’hui les rôles autrefois échus aux stars d’antan : Pfeiffer succède à Bacall, Cruz à Bergman, le fidèle Jacobi (logiquement) à Gielgud et Depp à Widmark. Mais sa plus intéressante innovation concerne son adaptation du héros : ce que Poirot perd en inertie grâce au jeu athlétique de Branagh ainsi qu'à sa réalisation rythmée, le personnage si imbu de lui-même et de ses facultés de déduction le gagne en égotisme en étant précisément incarné par le cinéaste. Ses exubérantes moustaches témoignent de son orgueilleux caractère sans qu’il soit utile d’en rajouter. Autre entorse à l’image de pur esprit attachée au détective : l’évocation d’un amour passé, graine de développements futurs. Pourquoi pas, après tout : même les Poirot ont des cœurs.

Le Crime de l'Orient-Express
de et avec Kenneth Branagh (E.-U., 1h 54) avec également Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Josh Gad…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 11 septembre 2017 Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création signée Darren Aronofsky ("Black Swan", "Requiem for a Dream"...) est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers...
Vendredi 25 juillet 2014 Garden state, premier film de Zach Braff, héros inoubliable de la série médicalo-comique Scrubs, avait enchanté à l’époque par son élégance pop, son parfait (...)
Vendredi 24 janvier 2014 De Kenneth Branagh (ÉU, 1h45) avec Chris Pine, Kevin Costner, Keira Knightley...
Mercredi 7 août 2013 Curieux cocktail du duo Verbinski / Depp, entre hommage sincère et pastiche façon Pirates des caraïbes, qui tente de retrouver l’esprit des westerns de série en le mâtinant de réflexion politique sur l’origine de l’Amérique. Christophe Chabert
Jeudi 10 mai 2012 Tim Burton met un frein à la crise créative qu’il traversait depuis trois films avec cette comédie où il cherche à renouer avec la fantaisie noire de ses débuts, sans y parvenir totalement. Christophe Chabert
Vendredi 16 décembre 2011 de Garry Marshall (USA, 1h58) avec Hilary Swank, Michelle Pfeiffer, Robert De Niro, Zac Efron, Katherine Heigl…
Jeudi 24 novembre 2011 De Bruce Robinson (ÉU, 2h) avec Johnny Depp, Amber Heard, Richard Jenkins…
Jeudi 21 avril 2011 De Kenneth Branagh (ÉU, 1h54) avec Chris Hemsworth, Natalie Portman…
Vendredi 18 mars 2011 Un caméléon domestique doit affronter un Ouest sale, hostile et asséché, dans ce western animé boulimique qui peine à trouver sa voie, sauf quand son réalisateur Gore Verbinski le transforme en portrait assez juste de Johnny Depp. Christophe...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X