Les sorties cinéma de la quinzaine

En salle / Les films qu'on a vus avant leur sortie, et ceux qu'on n'a pas (encore) vus... Revue de détail des deux prochaines semaines au cinéma.

Indispensables !

★★★★☆ Licorice Pizza de Paul Thomas Anderson (É.-U, 2h13) avec Alana Haim, Cooper Hoffman, Sean Penn… En salle le 5 janvier

Critique à lire ici

★★★★☆ Twist à Bamako de Robert Guédiguian (Fr.-Can.-Sén., 2h) avec Alicia Da Luz Gomes, Stéphane Bak, Issaka Sawadogo… (05/01)

Juste après l’indépendance malienne, un responsable révolutionnaire chargé de porter la bonne parole socialiste dans les villages bambara s’éprend d’une jeune femme de son âge mariée de force. La romance va se heurter à la fatalité… Loin de sa géographie coutumière, Guédiguian tourne pourtant au plus près de son histoire et de sa jeunesse : dans un décor où les lendemains chantent et dansent sur les tubes des yéyés, avant de déchanter entre le marteau des idéologues et le pragmatisme de la réalité. Servi par une distribution impeccable, ce portrait groupe sur fond de décolonialisme rappelant le Lumumba de Raoul Peck (2000), montre (avec la même indignation que Jean Ferrat dans Le Bilan) comment le pouvoir peut hélas flétrir un idéal…

A voir

★★★☆☆ Adieu Monsieur Haffmann de Fred Cavayé (Fr.-Bel., 1h56) avec Daniel Auteuil, Gilles Lellouche, Sara Giraudeau… (12/01)

Paris, 1941. Un bijoutier juif se réfugie dans le sous-sol de sa boutique qu’il a confiée à son employé ; las ! ce dernier commence un double-jeu trouble avec l’occupant… Quelque part entre Le Dernier Métro, Monsieur Klein et Les Misérables version Lelouch (Claude), l’intrigue paie un peu trop son tribut au théâtre dont elle est issue. Du pain béni pour Lellouche (Gilles), dont le personnage de brave type se mue peu à peu en vil salaud collabo à force de renoncements et de compromissions ; ce sont pourtant Sara Giraudeau et Nikolai Kinski qui captent l’attention.

Interview de Fred Cavayé à lire ici

★★★☆☆Placés de Nessim Chikhaoui (Fr., 1h51) avec Shaïn Boumedine, Julie Depardieu, Philippe Rebbot… (12/01)

Sans boulot après avoir loupé le concours de Sciences-Po, Elias prend un job provisoire d’éducateur dans un foyer de jeunes. Contre toute attente, il va adorer les cas-soc’… Avant d’être scénariste des Tuche, Nessim Chikhaoui a été éduc’ et ça se ressent dans cette chronique douce-amère d’une troupe d’âmes cabossées (encadrants et encadrés) conforme à la réalité du terrain. Le pendant en comédie à De toutes mes forces de Chad Chenouga, en aussi réussi.

A la rigueur

★★☆☆☆Jane par Charlotte de & avec Charlotte Gainsbourg (Fr., 1h30) avec également Jane Birkin (12/01)

Version actualisée du Jane B. par Agnès V., sauf que c’est par Charlotte G. Un family movie sympathique parce que Jane est une icône que tout le monde aime, mais anecdotique cinématographiquement.

On s'en passe

☆☆☆☆☆ Rosy de & avec Marine Barnérias (Fr., 1h26) (05/01)

On pourrait passer sous silence son existence. Mais c’est faire œuvre de salubrité publique que de détourner les spectateurs de cet abominable pseudo-documentaire où une étudiante en école de commerce se découvrant atteinte de sclérose en plaque réplique à la maladie en partant à l’autre bout du monde grâce aux dons de sa communauté de fans. La discordance est ici hurlante entre son discours (« je-recherche-l’intériorité-en-allant-humblement-à-la-rencontre-des-autres-et-de-l’ailleurs ») et les images de son ego-trip ultra nombriliste — une collection de selfies animés sur fond d’antipodes complétée par une auto-interview en gros plan face caméra. Puant l’exaltation de l’individualisme et l’héroïsation cosmétique, ce clip géant de promotion personnelle filmé à la truelle (étonnant pour une animatrice télé) tient en outre un discours ambigu sur le monde médical ; on espère que le monde du handicap (et de la SEP en particulier) en cruel manque de visibilité ne tombera pas dans le panneau en pensant qu’il est représenté par ce flyer opportuniste. Précisons que Marine Barnérias ne “paie” pas ici pour les délires complotistes de son père, réalisateur de Hold-up

Pas (encore) vus

05/01 : En attendant Bojangles de Régis Roinsard ; Marché noir d’Abbas Amini ; Mes frères et moi de Yohan Manca ; 355 de Simon Kinberg


12/01 : Scream de Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett ; Cher Evan Hansen de Stephen Chbosky ; Ouistreham de Emmanuel Carrère ; Sans Toi de Sophie Guillemin ; La leçon d’Allemand de Christian Schwochow

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 26 mai 2021 L’époque et la géographie les oppose, mais les protagonistes de "Vers la bataille" et de "Si le vent tombe" ont beaucoup en commun. À commencer par le fait d’être des Français temporairement expatriés et irrésistiblement attirés par le souffle de la...
Mardi 18 octobre 2016 Mécaniques ou humains, les pas de Jeremy Wood sont art. Muni d’un GPS, l’artiste londonien sillonne la ville et la campagne, afin d’esquisser une cartographie sensorielle intime ou collective, qui s’affiche actuellement au Vog de Fontaine. De...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X