Grenoble, la politique culturelle et l'avenir

Édito du n°954 - mercredi 10 décembre - Petit Bulletin Grenoble

À Grenoble, on ne pourra pas dire que le changement, ce n’est pas maintenant. Ça change même dans tous les sens, chaque semaine apportant son lot de surprises plus ou moins attendues avec un sens de l’annonce tout à fait personnel à la nouvelle municipalité élue en mars.

Tiens, rien que la semaine dernière, on apprenait que la Ville allait retirer son importante subvention aux prestigieux Musiciens du Louvre Grenoble dirigés par Marc Minkowski. OK, c’est un choix de politique culturelle. Sauf que l’annonce arrivait quelques jours seulement avant le lancement du « chantier des cultures 2015 », qui s'est déroulé lundi 8 décembre au Théâtre municipal. Une soirée sur laquelle les élus ont d’ailleurs peu communiqué (on a reçu un mail de façon tardive), alors que ces temps d’échanges sont censés être au cœur de leur projet – « on n’est pas là pour choisir la culture, et c’est peut-être ce qui était trop fait avant. L’idée est que les Grenoblois choisissent, on va les remettre au centre des débats » nous expliquait l’adjointe aux cultures Corinne Bernard en septembre dernier. Marc Minkowski doit rire jaune.

Bon, compte tenu de nos délais de bouclage (le lundi en fin de journée), on a écrit ces lignes avant la fameuse rencontre de lundi. On vous parlera donc de tout ça quand on en saura plus, quand on verra se dessiner plus précisément la politique culturelle d’Éric Piolle et de son équipe. D’ici là, direction Échirolles.