La Maison de la radio

ECRANS | 24 heures à l’intérieur de la « maison ronde » à l’écoute des diverses antennes de Radio France : Nicolas Philibert signe un beau documentaire où l’on regarde ce que produire du son et de la voix veut dire, de l’anecdote à l’essentiel. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 28 mars 2013

C'est une maison ronde accrochée à la Seine… Celle de Radio France, un bâtiment mythique pour un service public qui, pour une fois, n'est pas en crise. C'est même un média en pleine santé que filme Nicolas Philibert, comme si la radio survivait à tout, marasme de la presse écrite, explosion d'Internet, prolifération de l'information personnalisée et socialisée…

La Maison de la radio est ainsi un documentaire allègre qui recrée par le montage la polyphonie des stations à travers une chronologie allant du rituel 7/9 d'Inter à sa préparation le lendemain, traversant les murs pour y attraper des sons, des voix et des corps. Démarche casse-gueule : en révélant les visages de ces hommes de parole, Philibert prend le risque de tuer l'illusion ou de sombrer dans le clin-d'œil complice. Tiens, c'est lui, Philippe Lefébure ? Et ce Hervé Pochon qui va interviewer sur le toit d'un immeuble un photographe d'orages, il se promène toujours comme ça avec son magnéto autour du cou ?

Heureusement, le choix de zapper d'une antenne l'autre, de s'aventurer hors des murs de la Maison ronde ou au contraire d'en explorer les sous-sols et les recoins dessinent un véritable propos : qu'est-ce que ça veut dire, produire du son ?

Silence, on écoute !

Le plus beau passage du film consiste ainsi à regarder la « metteuse en son » d'une fiction radiophonique obsédée par la pureté du silence qui entoure la voix du comédien Éric Caravaca. Comme si la production sonore demandait aussi une attention à son inverse absolu : la densité d'un espace vide et infini que l'on peuple temporairement de notes et de mots. Une idée qui trouve écho sur un mode comique lorsque le bruit des travaux alentour interrompt subitement tous les enregistrements.

L'extérieur doit aussi être soumis au contrôle, à la patience et à la méticulosité : un chasseur de sons passe ainsi une nuit dans une forêt à enregistrer cris d'animaux, bruissement de feuilles et vent dans les arbres… Fasciné et amusé, Philibert peut filmer aussi bien de peu ragoûtantes conférences de rédaction où chacun défend un maigre bout de gras ou révéler l'envers pittoresque du Jeu des mille euros – à hurler de rire.

La Maison de la radio ne cherche pas à faire le tour de quoi que ce soit (l'actualité, du Printemps arabe au Tsunami japonais, y est fondue dans le flux du quotidien), juste à trouver des angles signifiants pour embrasser son sujet : le mystère radiophonique, finalement intact.


La Maison de la radio

De Nicolas Philibert (Fr, 1h43) documentaire

De Nicolas Philibert (Fr, 1h43) documentaire

voir la fiche du film


Une plongée au cœur de Radio France, à la découverte de ce qui échappe habituellement aux regards : les mystères et les coulisses d’un média dont la matière même, le son, demeure invisible.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"De chaque instant" : Nicolas Philibert sera mercredi à Mon Ciné

ECRANS | Il avait partagé le quotidien d’une institution psychiatrique dans La Moindre des choses (1996), celui d’une école rurale dans Être et Avoir (2002) ; voici (...)

Vincent Raymond | Lundi 17 septembre 2018

Il avait partagé le quotidien d’une institution psychiatrique dans La Moindre des choses (1996), celui d’une école rurale dans Être et Avoir (2002) ; voici que Nicolas Philibert s’est intéressé à la formation des élèves infirmiers et infirmières pour De chaque instant, en salle depuis le 29 août. De l’apprentissage de l’hygiène manuelle et des gestes qui soignent et soulagent jusqu’aux stages avec les patients en milieu hospitalier et à l’évaluation finale, le documentariste montre le parcours prenant de ces jeunes dévoué·e·s à leur mission. Nul doute que des aspirant·e·s aux métiers de la santé auront envie d’échanger avec lui lors du débat suivant la projection du mercredi 19 septembre au 20h à Mon Ciné.

Continuer à lire

Musique classique : neuf concerts pour une saison cadencée

Panorama de rentrée culturelle 2017/2018 | Avec du classique de chez classique mais aussi de la philosophie en musique, du lyrisme théâtralisé ou encore du violoncelle.

Régis Le Ruyet | Mercredi 13 septembre 2017

Musique classique : neuf concerts pour une saison cadencée

Orchestre philharmonique de Radio France Muse géniale de l’opéra contemporain, la soprano canadienne Barbara Hannigan stupéfiait, en 2011, les spectateurs du festival Présences de Radio France par ses talents de cheffe. Combinant audace et précision, la chanteuse y soutenait les plus folles vocalises du Grand Macabre de György Ligeti pendant que, d'une poigne ferme, elle menait en extase les musiciens finnois de l'Avanti ! Chamber. Un exercice de direction et de haut vol lyrique qu’elle réitéra à Grenoble avec l’Orchestre philharmonique de Radio France dans les atours de Lulu d'Alban Berg et de la Fille folle de George Gershwin. À la MC2 le 6 octobre Michel Onfray et Henri Demarquette – musique et philosophie Accompagné par le violoncelliste Henri Demarquette, le philosophe hédoniste Michel Onfray nous expliquera comment, avec les penseurs, dire et entendre le monde. Une passionnante rencontre en pe

Continuer à lire

Voir (et revoir) ensemble

CONNAITRE | Début ce mercredi du festival Voir ensemble consacré au cinéma jeune public, avec une programmation témoignant d’un bel éclectisme et d’une ouverture maximale sur le monde. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 18 février 2013

Voir (et revoir) ensemble

Pour ceux qui pensent que le cinéma jeune public se résume à des grosses productions animées mais sans âme venues des studios hollywoodiens ou à des recueils de courts-métrages inégaux regroupés selon l’âge des enfants auxquels ils se destinent, le festival Voir ensemble remet les pendules à l’heure. Oui, les plus jeunes spectateurs ont aussi droit de succomber à la beauté filmique d’un Ozu, à l’humour slapstick de Jerry Lewis, au réalisme sentimental d’un Comencini et aux documentaires délicats de Nicolas Philibert. C’est tout le pari de Voir ensemble, festival qui prolonge l’action menée tout au long de l’année par le Méliès dans son programme d’éducation à l’image. Pas d’ornières donc dans la programmation, mais au contraire une ouverture maximale sur tous les âges du cinéma, pour tous les âges des spectateurs. Visions nipponnes Niveau contemporain, on ne peut que conseiller à nouveau quelques œuvres marquantes de ces derniers mois, Ernest et Célestine et

Continuer à lire