Le Rôle de ma vie

Christophe Chabert | Vendredi 25 juillet 2014

Garden state, premier film de Zach Braff, héros inoubliable de la série médicalo-comique Scrubs, avait enchanté à l'époque par son élégance pop, son parfait dosage entre humour et mélancolie et la stylisation de sa mise en scène – avec, en bonus, le charme inaltérable de Natalie Portman. En apparence, Le Rôle de ma vie tente de reprendre la même formule : un acteur raté doit pallier ses problèmes financiers, donner un second souffle à son couple, tenter d'éduquer ses enfants, renouer le lien avec son geek de frère et se préparer à la mort prochaine de son père, rongé par un cancer. Le tout avec une touche de comédie juive – source des meilleures vannes du film – et un poil d'ironie vis-à-vis de son propre métier.

Qui trop embrasse, mal étreint, selon le proverbe ; c'est effectivement le cas ici, puisque Zach Braff tente de mener de front l'ensemble des micro-intrigues qui composent son récit (on ne les a même pas toutes citées ici) sans en privilégier aucune, ne faisant du coup que les survoler, échouant à donner au film une échine dramatique forte. Plutôt qu'un long-métrage de cinéma, et malgré quelques audaces de réalisation (pas forcément concluantes, d'ailleurs, comme ce rêve récurrent où Braff s'imagine en super-héros défiant une sorte de Dark Vador de série), on a plus le sentiment d'assister au pilote d'une série qui brosserait une chorale de personnages tragi-comiques, n'attendant que la suite de la saison pour leur donner l'épaisseur qu'ils méritent.

Dans un registre très similaire, le beau 40 ans mode d'emploi de Judd Apatow avait su donner de l'ampleur et du souffle à sa chronique, osant avec beaucoup plus de bonheur les ruptures de ton et l'autobiographie – à peine – déguisée.

Christophe Chabert

Le Rôle de ma vie
De et avec Zach Braff (ÉU, 1h47) avec Kate Hudson, Josh Gad, Mandy Patinkin…

Sortie le 13 août


Le rôle de ma vie

De Zach Braff (1h47) avec Zach Braff, Kate Hudson, Mandy Patinkin

De Zach Braff (1h47) avec Zach Braff, Kate Hudson, Mandy Patinkin

voir la fiche du film


Pour sauver son couple, renouer avec son frère et rassembler toute sa famille autour de son père qui vient de tomber malade, Aidan devra tour à tour changer de mode de vie, délaisser son rêve de comédien et partir à l’aventure de la vie d’adulte. Entre Los Angeles, le désert californien et ses propres rêves, saura-t-il trouver le véritable rôle de sa vie ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"La Reine des Neiges II" : deux à la Neige

Cinema | De Jennifer Lee, Chris Buck (É.-U., 1h42) animation

Vincent Raymond | Mardi 19 novembre 2019

En paix avec sa sœur Anna et ses pouvoirs, Elsa règne désormais sur le royaume laissé par leurs parents. Mais un étrange appel qu’elle seule entend la pousse à aller vers une forêt enchantée réputée maudite. Là se trouvent les réponses aux questions qu’elle se pose depuis toujours… Peut-être aviez-vous entendu parler du premier opus, qui avait connu son petit succès – en particulier dans les cours de récréation et les karaokés. Taillée dans le même bloc narratif, cette suite à l’avenant est servie avec un supplément de sucre glace : Anna et Elsa étant réconciliées, l’enjeu dramatique majeur n’est plus leur opposition sororicide, mais le risque que l’une soit séparée de l’autre par des antagonistes qui, à une exception près, ne s’avèrent pas bien redoutables. Pour le reste, l’animation et la qualité des textures (en particulier celles de l’eau) demeurent d’une virtuosité stupéfiante, chaque plan semblant se présenter comme un manifeste technologique. Et naturellement, la bande-son se trouve saturée de chansons. Combien y en a-t-il ? Assurément trop et interchangeables pour Elsa et Anna racontant peu ou prou toujours des promesses de

Continuer à lire

"Le Crime de l'Orient-Express" : crème de Poirot à la neige

ECRANS | L'acteur et réalisateur Kenneth Branagh propose une version dynamisée du classique d’Agatha Christie. Critique.

Vincent Raymond | Lundi 11 décembre 2017

Kenneth Branagh n’a jamais manqué de panache. Las, le Britannique a eu l’exquise malchance de partager avec ses trop illustres devanciers Orson Welles et Laurence Olivier un goût structurant pour Shakespeare. De l’avoir défendu avec ferveur sur les planches et de s’être jeté dans plusieurs de ces adaptations ambitieuses qui, à moins d’un engouement aussi inespéré que soudain pour le théâtre élisabéthain, attisent la méfiance des studios comme du grand public. Toutefois, parce qu’il est à l’instar d’Orson et Lawrence un comédien éclectique prenant du plaisir à (tout) jouer, le cinéaste n’a jamais été mis au ban du métier. Il s’est même refait du crédit auprès des financeurs en signant du blockbuster pour Paramount et Disney. Envisageait-il déjà de redonner jeunesse et visage neufs au héros iconique d’Agatha Christie ? Le revoici en position de force à sa place favorite : des deux côtés de la caméra, en route pour une potentielle franchise. Son Poirot embarque ici in extremis à bord du train de luxe pour un trajet agité : son wagon va se trouver immobilisé et il aura à résoudre le meurtre d’un antipathique passager, que tous les autres voyageurs

Continuer à lire