"England Is Mine" : il était une fois Morrissey

ECRANS | de Mark Gill (G-B, 1h34) avec Jack Lowden, Jessica Brown Findlay, Jodie Comer…

Vincent Raymond | Mercredi 14 février 2018

Binoclard passant le plus clair de son temps dans sa chambre à écrire tout le mal qu'il pense de la scène rock locale ou à mimer ses artistes vénérés, Steven Patrick Morrissey attend l'heure propice. Celle où il lâchera son boulot d'employé de bureau pour montrer ce qu'il a dans les tripes… Des tripes de végétarien, cela va sans dire pour qui connaît le prosélytisme du leader des Smiths en la matière. Mais, et c'est le moindre des mérites de ce film, il n'a rien de ces biopics ordinaires rivés sur la légende dorée de la célébrité dont ils retracent le parcours, et qui insistent sur ses particularismes ou ses épiphanies avec une discrétion de marteau-piqueur.

Ici, c'est à peine si un plan sur une assiette de légumes atteste du régime non carniste du futur chanteur. Autrement dit, si son "identité végane" est prise en compte, elle n'est pas considérée comme déterminante dans sa construction artistique. Corollaire : les exégètes de Morrissey n'apprendront rien qu'ils ne sachent déjà sur leur idole ; quant à ceux qui ne le connaissent pas, ils suivront l'itinéraire d'une jeunesse britannique presque lambda, entre punk et new wave.

Tout autant portrait d'une classe sociale que d'un témoin embarqué dans son époque, England is Mine s'arrête pile au moment où, après quelques faux départs, va démarrer la notoriété de Morrissey, à la formation des Smiths. L'histoire alors n'a plus besoin d'être contée ni montrée : elle s'écoute.


England Is Mine

De Mark Gill (Angl, 1h34) avec Jack Lowden, Jessica Brown Findlay...

De Mark Gill (Angl, 1h34) avec Jack Lowden, Jessica Brown Findlay...

voir la fiche du film


Portrait de Steven Patrick Morrissey et le début de sa vie à Manchester dans les années 70 avant qu’il ne devienne le chanteur emblématique du groupe: The Smiths.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Marie Stuart, Reine d'Écosse" : reines à l’arène

ECRANS | de Josie Rourke (ÉU-GB, 2h04) avec Saoirse Ronan, Margot Robbie, Jack Lowden…

Vincent Raymond | Mardi 26 février 2019

Son récent veuvage renvoie la jeune reine de France Marie Stuart dans son Écosse natale, où son trône est convoité par sa parente Elizabeth Ière d’Angleterre, laquelle se verrait bien doublement couronnée. Marie lui fait part de ses vues sur Albion. Diplomatie, trahisons et guerre à l’horizon… La Favorite de Yórgos Lánthimos vient récemment de prouver qu’il était possible d’être fidèle à l’esprit d’une époque en adoptant une esthétique décalée et volontairement anachronique. Sur un sujet voisin (grandeurs et misères des monarques britanniques), Marie Stuart offre a contrario l’exemple d’un dévoiement calamiteux de l’Histoire à la limite du révisionnisme, gâchant un bon sujet par des intentions politiquement correctes nuisant à la véracité et à l’authenticité factuelles d’un film semblant, en apparence, soigner le moindre détail au nom de son idée du "réalisme". Ce n’est pas tant la lecture "féministe" – le terme est, là encore, anachronique – dans la gouvernanc

Continuer à lire