Nessim Chikhaoui : « "Placés" met un visage sur des chiffres »

Interview | Retour à la case éducateur pour Nessim Chikhaoui. Pour son premier long métrage, le co-scénariste des Tuche et du Doudou fouille ses souvenirs et signe une comédie très ancrée dans la réalité sociale des maison d’accueil pour les mineurs et jeunes majeurs. Rencontre lors du Festival de Sarlat.

Vincent Raymond | Mercredi 12 janvier 2022

Photo : ©Michaël Crotto


Qu’y a-t-il de personnel dans votre film ?

Nessim Chikhaoui : J’ai été éducateur en MECS (maison d’enfance à caractère social) pendant 7 ans à Draveil, et ensuite 3 ans, en AEMO (aide éducative en milieu ouvert) où l’on suit des jeunes qui sont encore chez eux. Beaucoup de situations du film sont réelles et vécues, d’autres romancées. C’est important pour moi de montrer cet aspect du métier, qu’on ne voit pas forcément dans tous les documentaires. Bon, il manque quand même les assistantes sociales, les psychologues, mais je pouvais pas mettre tout le monde, donc on s’est concentré sur les éducateurs et les jeunes pour des raisons scénaristiques. Il y a déjà beaucoup de personnages.

Pourquoi votre héros débarque-t-il dans ce milieu après avoir manqué le concours de Sciences-Po ?

L’idée était d’emmener quelqu’un qui n’était pas du tout destiné à faire ce métier.. Moi, j’aurais aimé être prof de sport ou CPE, mais on a choisi un truc assez élevé et un diplôme qui parle à tout le monde. En fait, je crois que le concours ne se passe pas du tout comme on le montre dans le film (sourire).

Si le film est une comédie, il aborde des thèmes de société très politiques. Comme les fins d’accompagnement brutales, qui peuvent précipiter à la rue du jour au lendemain des mineurs atteignant 18 ans…

Ce sujet des "sorties sèches" et des contrats "jeune majeur" est arrivé un peu plus tard dans l’écriture. J’en parlais de manière naturelle à ma co-autrice Hélène Fillières et elle trouvait ça horrible — quand on se pose un peu, c’est vrai que c’est horrible. Je suis parti de chez mes parents à 27 ans, la moyenne je crois est de 25 ans. Et on demande à des jeunes qui ont des problématiques compliquées d’être plus autonome, plus rapidement que n’importe quel autre jeune. Placés permettait aussi de mettre un visage sur sur ces "sorties sèches", qu’on ne reste pas sur des chiffres, et de montrer quelqu’un qui représente ces jeunes à 18 ans.

Comment Hélène Fillières s’est-elle nourrie de votre expérience et comment avez-vous travaillé ensemble ?

Au départ, Hélène était sur un autre projet dans les bureaux d’Albertine Production que dirige son mari Matthieu Tarot. Je savais qui elle était à travers Mafiosa, mais je ne connaissais pas son travail de réalisatrice ; je me disais seulement qu’on n’était pas du même monde, elle venant de Mafiosa et moi des Tuche, c’était le grand écart. De mon côté, j’avais écrit une première version et je lui ai fait lire comme ça, pour avoir un avis extérieur — parce qu’elle ne connaissait pas le milieu social. C’était vraiment une consultation amicale. Et tout ce qu’elle disait, c’était super. Alors, pour la deuxième version, je lui ai proposé qu’on écrive ensemble. Ce qu’elle m’a apporté, c’est de la profondeur, le côté auteur que je n’avais pas forcément. On s’est complétés. Maintenant, on travaille sur un autre projet ensemble, on a trouvé une bonne manière de fonctionner.

Vous montrez que c’est un métier difficile qu’on n’imagine pas faire longtemps…

La plupart de mes anciens collègues à la MECS sont encore en place. Quand j’en suis parti, c’est à cause des horaires, des nuits, des trajets entre Paris et la banlieue et parce que je venais de me mettre en couple. Ça devenait compliqué. Et puis quand on fait des nuits, on dort rarement très bien. D’autant qu’avant, on les faisait à deux et qu’on est passé tout seul, responsable de vingt jeunes. Ça se passait bien, mais avec le recul, j’étais vraiment fatigué. Ensuite, en AEMO, je me suis posé la question : est-ce que j’ai envie de devenir chef de service, directeur ? Ça me faisait chier, je n’étais plus étanche aux situations. Avant, je me mettais une carapace, mais ma femme étant enceinte à ce moment-là, ça me rendait émotif. J’ai eu la chance de pouvoir partir.

L’institution souffre d’une forme de précarisation…

Souvent, il n'y a pas de financement, il n’y a pas d’éducateurs formés… Et comme il y a un déficit d’éducateurs, on prend les premiers qui arrivent et qui restent de deux semaines, qui tapent, qui giflent… Tout cela vient du fait qu’ils sont un peu laissés-pour-compte. Comme le disait François Hollande : « l’éducation ce n’est pas une dépense, c’est un investissement ». À l’époque, j’avais trouvé cette phrase magnifique ; elle m’avait marqué cette phrase parce que c’est complètement ça ! Aujourd’hui, on fait des économies, il n’y a plus de contrat jeune majeur. Je crois qu’il y a même des maisons d’enfants qui sont privatisées — or quand on privatise, le but c’est de faire de l’argent. Pour un placement d’enfant à mon époque l’État versait 136 € par jour ; au privé, on va réduire les dépenses et prendre l’argent. C’est un peu de la sous-traitance. L’État se décharge de tout ça, ce n’est pas son rôle de s’en décharger.

★★★☆☆ Placés de Nessim Chikhaoui (Fr., 1h51) avec Shaïn Boumedine, Julie Depardieu, Philippe Rebbot… (12/01)


Placés

De Nessim Chikhaoui (Fr, 1h55) avec Shaïn Boumedine, Julie Depardieu, Philippe Rebbot...

De Nessim Chikhaoui (Fr, 1h55) avec Shaïn Boumedine, Julie Depardieu, Philippe Rebbot...

salles et horaires du film


Parce qu’il a oublié sa carte d’identité, Elias ne peut passer les épreuves du concours d’entrée à Sciences Po. À la recherche d’un job en attendant de pouvoir se présenter à nouveau, il devient éducateur dans une Maison d’Enfants à Caractère Social. Confronté à un milieu dont il ignore le fonctionnement, Elias ne sait pas encore à quel point cette expérience va changer sa vie.

Placés est à  l'affiche dans 3 salles le mercredi 19 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Vence Scène

1 avenue Général de Gaulle 38120 Saint-Égrève
Mer 18h - jeu, mar 20h30 - sam 20h - lun 14h

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h
Placés est à  l'affiche dans 4 salles le jeudi 20 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Vence Scène

1 avenue Général de Gaulle 38120 Saint-Égrève
Mer 18h - jeu, mar 20h30 - sam 20h - lun 14h

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h

PASSrL Les Écrans

Rue Georges Clémenceau 38500 Voiron
Jeu, lun 19h45 - ven 14h - sam 20h10
Placés est à  l'affiche dans 3 salles le vendredi 21 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h

PASSrL Les Écrans

Rue Georges Clémenceau 38500 Voiron
Jeu, lun 19h45 - ven 14h - sam 20h10
Placés est à  l'affiche dans 4 salles le samedi 22 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Vence Scène

1 avenue Général de Gaulle 38120 Saint-Égrève
Mer 18h - jeu, mar 20h30 - sam 20h - lun 14h

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h

PASSrL Les Écrans

Rue Georges Clémenceau 38500 Voiron
Jeu, lun 19h45 - ven 14h - sam 20h10
Placés est à  l'affiche dans 2 salles le dimanche 23 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h
Placés est à  l'affiche dans 4 salles le lundi 24 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Vence Scène

1 avenue Général de Gaulle 38120 Saint-Égrève
Mer 18h - jeu, mar 20h30 - sam 20h - lun 14h

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h

PASSrL Les Écrans

Rue Georges Clémenceau 38500 Voiron
Jeu, lun 19h45 - ven 14h - sam 20h10
Placés est à  l'affiche dans 3 salles le mardi 25 janvier

Pathé Échirolles

4 rue Albert Londres 38130 Échirolles
Mer, sam, dim 14h, 19h15, 22h10 - jeu, ven, lun 14h, 15h30, 19h15, 22h10 - mar 14h, 15h45, 19h15, 22h10

La Vence Scène

1 avenue Général de Gaulle 38120 Saint-Égrève
Mer 18h - jeu, mar 20h30 - sam 20h - lun 14h

La Nef

18 boulevard Edouard Rey 38000 Grenoble
TLJS 14h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les sorties cinéma de la quinzaine

En salle | Les films qu'on a vus avant leur sortie, et ceux qu'on n'a pas (encore) vus... Revue de détail des deux prochaines semaines au cinéma.

Vincent Raymond | Mardi 4 janvier 2022

Les sorties cinéma de la quinzaine

Indispensables ! ★★★★☆ Licorice Pizza de Paul Thomas Anderson (É.-U, 2h13) avec Alana Haim, Cooper Hoffman, Sean Penn… En salle le 5 janvier Critique à lire ici ★★★★☆ Twist à Bamako de Robert Guédiguian (Fr.-Can.-Sén., 2h) avec Alicia Da Luz Gomes, Stéphane Bak, Issaka Sawadogo… (05/01) Juste après l’indépendance malienne, un responsable révolutionnaire chargé de porter la bonne parole socialiste dans les villages bambara s’éprend d’une jeune femme de son âge mariée de force. La romance va se heurter à la fatalité… Loin de sa géographie coutumière, Guédiguian tourne

Continuer à lire

"True places" : tracés mémoriels par Jeremy Wood

ARTS | Mécaniques ou humains, les pas de Jeremy Wood sont art. Muni d’un GPS, l’artiste londonien sillonne la ville et la campagne, afin d’esquisser une cartographie sensorielle intime ou collective, qui s’affiche actuellement au Vog de Fontaine. De sentiers en dameuses, il dévoile un nouvel espace et questionne le territoire avec finesse et poésie.

Charline Corubolo | Mardi 18 octobre 2016

S’étalant sur plusieurs mètres, l’œuvre Meridians se lit comme un manifeste préambule à la création de Jeremy Wood. Équipé d’un GSP, cet artiste londonien arpente depuis plus de quinze ans sa ville, celle des autres ainsi que les campagnes, et enregistre inlassablement ses déplacements. De satellites en traceurs, de nouveaux espaces se griffonnent sous les pas de ce marcheur infatigable. True places, exposition présentée au Vog, s’ouvre ainsi avec Meridians dévoilant une marche labyrinthique à travers Londres. L’artiste y inscrit un message le long du méridien de Greenwich grâce au tracé GSP, tout en (dé)montrant qu’il n’y a pas une seule façon de voir le monde. Car cette ligne de référence diffère de 100 mètres suivant les données, celles de l’outil numérique ou celles de l’armée. L'artiste marcheur ne se contente donc pas d’écrire un message à l’échelle du ciel, il interroge aussi nos lieux communs, ces Trues places en référence à l'auteur américain Herman Melville, genèse créatrice entre la littérature et la cartographie.

Continuer à lire