Désir d'avenir

ARTS | Devant ses portes, à l’air libre, le Musée de l’ancien évêché organise une exposition originale et pertinente sur les envies de métier des jeunes handicapés. Pour en savoir plus, on a rencontré la photographe Maryvonne Arnaud. Propos recueillis par Aurélien Martinez

François Cau | Vendredi 22 mai 2009

Petit bulletin : Comment est né le projet d'exposition ?
Maryvonne Arnaud : Tout est parti d'une rencontre avec Annie Raymond de l'association Comme c'est curieux, qui m'a raconté son idée : il y a des jeunes handicapés, qui sont peut-être différents, mais qui ont les mêmes désirs que les autres jeunes de leur âge. J'ai ainsi rencontré quelques enfants trisomiques au cours d'une réunion, et j'ai été énormément touchée. Je me suis alors posée des questions que je ne m'étais jamais posées jusque-là par rapport au handicap, et j'ai dit à Annie « d'accord, je me lance dans cette aventure avec toi »…

Une aventure qui a pour but de montrer que les jeunes handicapés ont des désirs de métier comme n'importe quel autre jeune…
L'idée d'Annie était de dire : ok, ils ont un handicap, mais ils ont les mêmes désirs, et ce serait bien que la société les aide. Comment faire ainsi pour que le regard des gens change ?

C'est donc un travail militant mais aussi très artistique…
Je ne suis pas militante, je travaille comme artiste. Mais j'aime travailler sur des choses qui ont du sens, sur des problèmes contemporains.

Sur le sujet même de l'exposition, cela peut sembler bizarre voire dérangeant de photographier des désirs d'enfants qui pour certains ne se réaliseront jamais du fait de leur handicap…
Annie Raymond, par le biais de son réseau d'associations, choisissait des jeunes entre quatorze à trente ans. Quand j'étais avec des enfants, cela ne m'a pas posé de problème : un garçon de treize ans qui veut être pompier, cela peut paraître irréel mais comme pour tous les autres enfants ; la plupart changeront d'ailleurs de rêve. Après, j'ai eu du mal à l'accepter pour les plus grands : quand on a trente ans et qu'on rêve d'être chanteur, il y a peu de chances qu'on le soit quand on est handicapé. Le propos m'a donc un peu dérangée, dans le sens où l'on ne peut pas faire rêver ces jeunes à un métier et leur dire ensuite qu'il n'est pas pour eux. Mais en même temps, dans notre société, j'imagine que les caissières de Carrefour n'ont pas rêvé petites d'être caissière de Carrefour. Donc finalement, la question est assez universelle : il y a un tas de gens qui ne font pas le métier dont ils avaient rêvé quand ils étaient jeunes.

Comment s'est passé le travail photographique avec les jeunes handicapés, et notamment la mise en scène ?
Il n'y a pas de mise en scène, je les ai laissés évoluer dans l'espace, chacun étant plus ou moins à l'aise devant l'objectif. L'idée était de les photographier dans un lieu qui évoque leur métier rêvé. Par exemple, la jeune Marine voulait être agricultrice, mais il n'y a pas de travail de mise en scène. Je n'ai pas contacté avant un agriculteur, on est allées à la campagne, et on en a rencontré un par hasard, dans les champs, devant une ferme. Les gens ont d'ailleurs assez souvent joué le jeu, ils étaient à chaque fois très chaleureux vis-à-vis de ces jeunes.

L'exposition, à l'air libre, est construite de manière originale…
Annie Raymond voulait au début des textes d'écrivains à qui elle avait demandé d'écrire sur le sujet. Mais elle n'a pas eu de réponses immédiates, ça n'allait pas assez vite. Je lui ai donc dit que la parole des jeunes était aussi intéressante, écoutons-les : chaque fois, pendant les prises de vue de deux ou trois heures, j'avais de très jolies phrases. Ensuite, j'avais très envie de montrer plusieurs facettes de ces enfants, de ne pas les résumer à un seul portrait. J'ai donc proposé qu'il y ait différentes photos à différentes hauteurs, pour que les jeunes qui arrivent en fauteuil ou les enfants puissent avoir des images en face d'eux. Les photos sont disposées sur des totems qui tournent, il y un axe décentré, qui fait que selon les moments et la manipulation des visiteurs, ils n'ont jamais la même forme, les images et les textes pouvant être superposés de manière différentes. Le fait qu'il y ait des textes incite aussi les spectateurs a passé un moment devant chacun des totems, et à réfléchir.

LA VIE AUTREMENT
Jusqu'au 21 septembre, dans la cour du Musée de l'Ancien Evêché

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le plaidoyer pour l’humanité de Maryvonne Arnaud

Bibliothèque | Comment aborder la crise migratoire avec justesse ? La photographe grenobloise Maryvonne Arnaud prend le problème à bras le corps pour un "Mauvais temps" qui se décline aussi en installation et en vidéo, avec une justesse renversante. Une exposition forte à découvrir à la Bibliothèque centre-ville de Grenoble.

Charline Corubolo | Vendredi 21 avril 2017

Le plaidoyer pour l’humanité de Maryvonne Arnaud

Dire que l’ère est viciée, que l’air du temps est mauvais est un euphémisme en ce début de XXIe siècle. Entre les discours excluants et les images venant du terrain, il est difficile de trouver le recul adéquat pour aborder la crise migratoire actuelle. Mais le Mauvais temps de Maryvonne Arnaud, qui se déploie actuellement à la Bibliothèque centre-ville, le fait avec authenticité et pudeur. Photographies, installation et vidéo agissent de manière percutante sur la conscience, notamment grâce à la finesse de la scénographie. Suite à de multiples voyages à Athènes, Idoméni mais aussi sur les îles de Lesbos et de Chios où arrivent par vagues des migrants de Syrie, d’Afghanistan, d’Irak ou encore d’Iran, l’artiste grenobloise a composé un carnet de mer visuel où le renversement d’échelle met le spectateur face à ses responsabilités, où le manque de recul pousse à la réflexion, où les gilets de sauvetage échoués sur les plages remplacent les corps. Des scènes fortes desquelles émerge l’espoir sur un visage souriant à travers la grisaille,

Continuer à lire

Grenoble lance ses États généraux des migrations

Évenement | Samedi 3 décembre, le collectif Migrants en Isère organise à la MC2 une journée de réflexion et de tables rondes autour de la question des migrants. Des artistes participent aussi à cette première édition, ainsi que des têtes d’affiche comme les deux Daniel, Pennac et Cohn-Bendit. On détaille le programme.

Jean-Baptiste Auduc | Mardi 29 novembre 2016

Grenoble lance ses États généraux des migrations

La mobilisation se pressentait en septembre, lorsque la municipalité grenobloise adhérait au réseau des villes solidaires. Cela se vérifie en décembre, puisque les premiers États généraux des migrations auront lieu ce samedi 3. Une journée complète qui se déroulera à la MC2 avec des intervenants, nombreux et variés : chercheurs, artistes, hommes politiques, militants associatifs, citoyens… Tous pourront discuter, se questionner et avancer ensemble. Monique Vuaillat, l’organisatrice avec le collectif Migrants en Isère (qui rassemble de nombreuses associations comme Amnesty International, l’APARDAP ou la Cimade), est convaincue de la nécessité de cet événement. « La question des migrants suscite des débats, des controverses. Il y a une méconnaissance du public sur la véritable réglementation qui s’applique à eux. » Un événement qu’elle assure autant pédagogique qu’artistique. Vidéos, photos ou écrits mettront en relief la question migratoire. La photographe Maryvonne Arnaud montrera ainsi son tra

Continuer à lire

L’art du nombre

ARTS | L’exposition "Une collection de collections" renouvelle l’esprit du cabinet de curiosités : soixante-dix passions de particuliers misent en scène, une paire de plasticiens spécialiste de l’intervention en milieu urbain, et même une collection de Petit Bulletin pour célébrer les 20 ans. Régis Le Ruyet

Aurélien Martinez | Vendredi 13 septembre 2013

L’art du nombre

Un, deux, puis… Suivant une idée fixe, le collectionneur amasse inlassablement les objets témoins de sa passion. Aujourd’hui, ces frénésies accumulatives entreposées jusqu’à l’encombrement sur les étagères quittent, certaines pour la première fois, les demeures de leurs propriétaires. Collection à l’effigie de Picsou, chouettes de toutes formes, papiers d’emballage d’orange ou encore boîtes à sardines : des cartels rédigés par les possesseurs narrent l’histoire de ces tranches de vie. Ces amis sympas qui à chaque anniversaire ne manquent jamais de vous offrir une nouvelle sorcière ; ce plaisir obsessionnel à traquer les vide-greniers... Lors de la visite de l’expo, au milieu des algécos, on comprend dès lors comment un jour cette famille nombreuse de rhinocéros est née et pourquoi ce passionné d’aviation peint invariablement en monochrome bleu, rouge ou jaune ses maquettes d’hydravion. Et on tombe même sur une collection de unes de Petit Bulletin ! Expo à ciel ouvert Pour le duo constitué de Maryvonne Arnaud et Philippe Mouillon, les milliers d’objets soigneusement scénographies dans des algecos vitrés constituent plus qu’un agrégat de marottes. Depuis

Continuer à lire