"Blanc comme neige" : entrons dans la chapelle païenne de François Germain

ARTS | Designer et artiste touche-à-tout, François Germain réalise depuis quelques années des installations immersives conçues à partir de textiles tendus qu’il agence savamment. Sa dernière réalisation, captivante, est à découvrir à l’Espace Vallès de Saint-Martin-d’Hères.

Benjamin Bardinet | Mercredi 19 mai 2021

Photo : François Germain


L'art de l'installation consiste souvent, pour les artistes, à jouer des contraintes et des spécificités d'un espace d'exposition et de son territoire. C'est inspiré par la manière dont le manteau neigeux semble chaque année adoucir les arêtes des montagnes environnantes que François Germain a imaginé son installation pour l'Espace Vallès. Un centre d'art dont l'architecture aussi complexe qu'angulaire lui a permis de s'en donner à cœur joie et de s'occuper pendant les confinements à répétition.

Amoureux des formes curvilignes dont il fait souvent usage dans son travail de designer, cet ancien concepteur de planche à voile continue désormais d'explorer les possibilités de ce vocabulaire formel grâce à d'étonnantes installations réalisées à partir de textiles découpés. « En tant que sculpteur, ce qui m'intéresse est la faible matérialité du textile. Dans mes installations, les formes qui sont déployées sont essentiellement des véhicules pour la lumière » nous explique-t-il.

Sculpture immersive

En effet, en occultant toutes les sources lumineuses naturelles de l'espace d'exposition, il fait de cette installation immersive une sorte de sanctuaire duquel émane une lumière froide. Au fur et à mesure de notre progression dans la structure, on prend conscience que certains éléments s'animent de manière imperceptible. Et on a parfois l'impression d'être englouti dans un monstre blanc luminescent dont l'existence nous dépasse…

Il y a clairement une dimension spirituelle dans cette architecture de textiles aux allures de chapelle païenne. D'ailleurs, en accédant à l'étage du centre d'art, le visiteur s'élève, renouvelle ses points de vue sur l'œuvre, ceci d'autant plus que François Germain y présente une maquette à l'échelle 1/10 de son projet, ainsi qu'une série de photographies qui offrent carrément des « points de vue impossibles » sur l'installation. Et donnent de celle-ci de troublantes représentations, à la limite de l'abstraction.

Blanc comme neige
À l'Espace Vallès du 22 mai au 10 juillet

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Tomorrow" : la transcendance sans l’au-delà par François Germain

Exposition | Lieu patrimonial situé dans le Pays voironnais et datant de 1655, la Grande Dîmière est aujourd’hui un espace dédié à l’art. Comme on peut le constater en ce moment avec cette immense installation textile de l’artiste François Germain évoquant la fameuse Sagrada Familia de Barcelone. On l’a visitée.

Philippe Gonnet | Mardi 25 septembre 2018

Avec Tomorrow – installation textile à la Grange Dîmière du Pin, dans le Pays voironnais, l’artiste François Germain (que l’on connaît également comme directeur de la Théorie des Espaces Courbes, lieu d’exposition à Voiron) signe une œuvre remarquable. Et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que la légèreté de son œuvre contraste singulièrement avec l’imposante majesté – pour ne pas dire lourdeur – du lieu. Longtemps, d’ailleurs, l’artiste n'a pas souhaité répondre à l’appel à projets, considérant – peut-être à juste titre – que le bâtiment restait souvent plus fort que la proposition artistique. Et puis comment concilier la pesanteur inhérente au patrimoine et ses valeurs du passé avec l’appel à l’avenir contenu dans tout art contemporain ? La hauteur de l’édifice écrase-t-elle (toujours…) ce qui reste au sol ? François Germain a répondu à ces contraintes en les contournant par un subterfuge : évoquer la Sagrada Familia de Gaudi à Barcelone pa

Continuer à lire

Quand les artistes prennent la tangente à la Théorie des Espaces Courbes

Exposition | Le centre d'art de Voiron accueille jusqu'au dimanche 8 juillet les travaux de Grégory Watin. On les présente tous les deux.

Benjamin Bardinet | Lundi 18 juin 2018

Quand les artistes prennent la tangente à la Théorie des Espaces Courbes

La Théorie des Espaces Courbes : énigmatique, le nom de ce centre d'art indépendant situé à Voiron qui a la particularité d'être en contradiction totale avec l'architecture orthonormée du bâtiment dans lequel il est installé. Si courbes il y a, c'est plutôt du côté de la souplesse de fonctionnement du projet qu'il faut aller les chercher. Créée il y cinq ans par le sculpteur François Germain, la TEC est portée à bout bras par quelques passionnés d'art contemporain réunis par le désir de programmer des artistes venus de tous horizons (géographiques autant qu'artistiques) sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Chaque année, suite à un appel à projets, un comité sélectionne des noms et les invite à exposer dans ce lieu qui, bien que bricolé maison, offre de très bonnes conditions d'exposition (et une petite rémunération). Celles et ceux qui auront la curiosité d'aller visiter l'exposition actuelle pourront découvrir une série d'œuvres hybrides de Grégory Watin. Superposant des impressions photographiques sur plexiglas à un travail pictural, le Français fait cohabiter deux techniques antagoniques : l'un

Continuer à lire