Le hip-hop en chantier

ACTUS | Le concert du rappeur D’de Kabal ce mardi marque la première étape d’une collaboration entre l’artiste et la Régie2C (en charge des salles Le Ciel et La Chaufferie), vouée à la valorisation du hip-hop au sein de la structure municipale. Explications.

Damien Grimbert | Lundi 8 avril 2013

Photo : Willy Vainqueur


Tout a commencé par la découverte d'une (bonne) surprise au sein de la programmation de la déclinaison grenobloise du festival Les Femmes s'en mêlent : la présence d'une soirée réunissant deux talentueuses rappeuses anglaises Roxxxan et Lady Leshurr. Un événement heureux, mais pas isolé, puisqu'il est suivi cette semaine non seulement par un concert de D'de Kabal (figure à la fois historique et singulière du rap français en activité depuis plus d'une vingtaine d'années), mais également par une rencontre entre l'artiste et différents partenaires potentiels afin de « co-construire un ensemble d'actions culturelles qui seront mises en place au cours de la saison prochaine ».

Si l'on ajoute encore à cela la mise en avant d'un "parcours hip-hop", fruit du travail de la Régie2C et de plusieurs acteurs locaux du mouvement, le doute n'est plus permis. À partir de ce printemps, le rap a désormais droit de cité au sein de la structure, et se retrouve même mis à l'honneur, histoire sans doute de compenser le retard accumulé dans le domaine jusqu'à présent.

Objectif rap 

Si l'on a bien entendu accueilli la nouvelle avec enthousiasme, difficile toutefois de se détacher d'un certain scepticisme, tant le genre a été maltraité et instrumentalisé aussi bien par les médias généralistes que les structures officielles. Mise en avant systématique de sa seule dimension socioculturelle au détriment de sa valeur artistique, opposition simpliste entre les bons rappeurs conscients férus de slam et de poésie et les méchants rappeurs violents et amateurs de bling-bling… Rares sont ceux finalement (et ce même parmi ses acteurs) prêts à reconnaître que la scène est tout simplement aussi diversifiée, complexe, riche et ambiguë que tout autre forme de musique actuelle.

Interrogé à ce sujet, Laurent Simon, directeur de la Régie2C, joue la carte de la modestie : « C'est vraiment une saison test, on n'arrive pas en terrain conquis. On va essayer des choses, rencontrer des gens, voir ce qui marche et ne marche pas, là où on peut être complémentaire… On est vraiment dans l'expérimentation. » Et précise d'emblée qu'il est « hors de question de reléguer le hip-hop dans un rôle uniquement socioculturel ». Des propos plutôt rassurants, qui, couplés à la prise de risque réelle (mais ô combien payante !) constituée par la programmation récente de Roxxxan et Lady Leshurr, laissent à penser qu'on a – a priori – affaire à une réelle volonté d'investissement dans le domaine plus qu'à une simple opération de communication.

D'de Kabal
mardi 16 avril à 20h30 à la Chaufferie, entrée libre sur invitation (laregie2c@regie2c.com)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Laurent Simon, du Ciel au Troquet Les Mouettes

Nouveau lieu | Depuis le 2 mai, un excellent nouveau restaurant est ouvert sur les quais de l’Isère, en face de la Porte de France. Aux commandes de ce Troquet Les Mouettes, le couple Simon dont lui, Laurent, est une figure bien connue du milieu culturel grenoblois – il dirigeait la salle de concert le Ciel jusqu’à sa fermeture l’an passé. On l’a rencontré pour en savoir plus sur cette nouvelle vie.

Aurélien Martinez | Mardi 30 mai 2017

Laurent Simon, du Ciel au Troquet Les Mouettes

Quand le (fort en gueule) patron du Ciel, mythique petite salle de concert grenobloise située près de la place de Verdun, change de métier et ouvre un restaurant-bar avec sa femme, forcément, nous nous y rendons. Avec des idées préconçues : forcément ce sera un bar de fêtards, forcément ce sera un truc musical, forcément on y croisera le tout Grenoble culturel. Eh ben non. On se retrouve plutôt face à un charmant petit établissement à la déco soignée et à l’ambiance feutrée. Son nom ? Le Troquet Les Mouettes. « Tout le monde utilise le mot bistrot ; nous, on a choisi de remettre au goût du jour le mot troquet » nous explique Laurent Simon tout juste un mois après l’ouverture de son établissement. « On est une petite entreprise familiale. C’est une histoire d'amour avec ma femme : elle à la cuisine et moi au bar. » Et quelle cuisine ! Amal Simon, passée trois mois par l’école parisienne du chef star Thierry Marx, conçoit des plats d’une finesse et d’u

Continuer à lire

Mariage en vue entre le Ciel et la Belle électrique

ACTUS | Au printemps dernier, le Ciel, petite salle de concert située près de la place de Verdun, voyait son avenir menacé par une baisse soudaine de subventions de la part de l’État. Où en est-on aujourd'hui alors que le site web du lieu n’annonce plus aucun événement ? On fait le point – et donne une piste dans le titre de l’article. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 8 mars 2016

Mariage en vue entre le Ciel et la Belle électrique

Scoop : le Ciel ne s’appelle pas tout à fait le Ciel. Bien sûr, c’est le nom affiché rue Condillac, au-dessus de la porte d’entrée de la salle, mais le Ciel appartient à une entité plus grande : la Régie 2C. Le deuxième C ? Celui de la Chaufferie, équipement culturel situé dans le quartier Abbaye-Jouhaux. Un regroupement effectué en 2001 par la Ville de Grenoble dans le but de valoriser les musiques amplifiées, avec une Chaufferie dédiée aux pratiques amateurs et un Ciel aux groupes en voie de professionnalisation – une cinquantaine en résidence par an ces derniers temps. Sauf que le mois dernier, la municipalité Piolle a annoncé qu’elle changeait les orientations de la Chaufferie, qui devient maintenant « un pôle jeunesse dédié aux 11-17 ans » géré directement par la Ville et du coup séparé des activités de la Régie 2C. Laurent Simon, directeur de la régie (qui devient de facto plus que directeur du Ciel), revient sur ces changements avec lesquels il est en parfait accord : « Tout remonte à la nouvelle de la Direction régionale des affaires culturelles en mai dernier

Continuer à lire