Les Noodles, version foraine

Initiative | Une grosse envie de créer… et de bouger : à Saint-Martin-d’Hères, la compagnie compte inventer de nouvelles formes à partir d’un petit camion. Un projet auquel tout le monde est invité à participer. On vous explique.

Martin de Kerimel | Lundi 15 mars 2021

Photo : (c) Les Noodles


L'idée est d'abord mesurable en espèces sonnantes et trébuchantes : les Noodles ont lancé une souscription sur la plateforme HelloAsso, en cours pour encore une douzaine de jours. Objectif : obtenir 11 500 euros pour leur projet TRIP – pour Théâtre Roulant d'Intérêt Public. C'est-à-dire ? « Notre compagnie est tout terrain, assure Yannick Barbe, l'un des comédiens. Ces derniers temps, on a fait des résidences dans les théâtres fermés pour améliorer nos spectacles et nous entretenir, aussi. On a également travaillé en rue à Grenoble, à Saint-Martin-d'Hères et dans le Trièves, dans les foyers et sur les marchés. On ne s'attendait pas à rencontrer un public aussi chaleureux ! Cela nous plaît de venir jouer près des gens ou chez eux. On s'est dit que ce serait bien d'avoir un outil pour ajouter à cela un peu de qualité scénographique. »

D'où l'envie d'acheter et d'aménager un camion, du type Estafette Renault, pour sillonner les routes. « Avec nos spectacles de rue, nos impros et nos impostures, on a l'habitude d'aller à la rencontre des gens. On veut s'inspirer du modèle des foodtrucks, arriver dans les villages, klaxonner et se produire à heure dite, en essayant de créer des habitudes. L'idée, c'est d'offrir une dose quotidienne ou hebdomadaire de spectacle, avant de repartir. Et d'avoir un menu conséquent pour que les spectateurs puissent choisir ce qu'ils veulent voir. »

« À la disposition d'autres artistes »

Le TRIP devrait être opérationnel dans le courant du mois de juin. Il ne serait donc pas qu'un simple moyen de transport, mais une vraie petite scène itinérante. « Les comédiens seraient cadrés dans un format rectangulaire et allongé : toutes les propositions que l'on est en train de construire tiendraient compte de cette contrainte, que nous jugeons intéressante. Avant de penser adapter nos spectacles existants, notre intention est bien de créer de nouvelles petites formes et de les diffuser partout. » Ponctuellement, les Noodles envisagent aussi de s'installer plusieurs jours sur un même territoire, dans une logique foraine, en faisant participer les spectateurs et en nouant des liens avec des compagnies amateur. Esprit de partage, toujours : « Le TRIP sera à la disposition d'autres artistes. Par exemple, si un groupe de musique ou un magicien veut s'intégrer au projet, c'est possible. On renverra l'ascenseur ! »

Plus question de reculer : la compagnie n'est pas sûre d'atteindre son objectif financier, mais le fonctionnement de la plateforme HelloAsso lui garantit de toucher une belle somme (8 354 euros étaient déjà récoltés au matin du 15 mars !). « De toute façon, on ira jusqu'au bout : on ne peut pas avoir obtenu de l'argent de 140 personnes et ne rien faire ensuite. » Par ailleurs, Yannick et les autres travaillent sur des courts-métrages et espèrent participer à des festivals, cet été. Ils ont notamment une nouvelle création à y défendre, Cabaret Hop Hop Hop, dont une vingtaine de représentations avaient été annulées l'année dernière.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La vie d’Enaiat

Théâtre d’objets | Cette histoire est d’abord celle d’Enaiat : en 2011, Fabio Geda, éducateur, rencontre ce jeune Afghan qui a fui la guerre et est arrivé en Italie après (...)

Martin de Kerimel | Mardi 10 mars 2020

La vie d’Enaiat

Cette histoire est d’abord celle d’Enaiat : en 2011, Fabio Geda, éducateur, rencontre ce jeune Afghan qui a fui la guerre et est arrivé en Italie après cinq ans sur les routes de l’exil. Il l’écoute raconter son parcours et en tire un livre, Dans la mer il y a des crocodiles. Cet ouvrage, la compagnie iséroise Les Noodles l’a transformé en un spectacle, à l’affiche du Cairn de Lans-en-Vercors vendredi 13 mars, à 20 h30 : une relecture voulue à la fois touchante et légère, drôle et profonde. Au texte, Véro Frèche et Yannick Barbe ajoutent des marionnettes, du théâtre d’ombres, des dessins sur le sable, une bande son… et subliment ainsi le récit. « Notre spectacle pourra être apprécié par un public adulte, mais nous pensons que les adolescents ne pourront que se sentir concernés par les questionnements du jeune garçon. Nous abordons la question des migrants par le petit bout de la lorgnette : loin des statistiques, nous cherchons simplement à dire "voici une vie, celle d’Enaiat ". Ce pourrait être vous, nous, n’importe qui. »

Continuer à lire

"Fish Trip" : poissons d’avril par Carole Exbrayat

Exposition | Voilà bien une drôle d'exposition à découvrir à Alter-Art jusqu’au dimanche 28 avril.

Benjamin Bardinet | Mardi 9 avril 2019

Après avoir présenté, à la Toussaint, les photographies de fleurs de cimetière de Joseph Caprio, la galerie Alter-Art, toujours pleine d’à-propos, expose, en ce mois d’avril, les poissons de Carole Exbrayat. Pour cette nouvelle série, l’artiste originaire de Bretagne réactive la technique du gyotaku développée par les pêcheurs japonais soucieux de conserver une trace de leurs plus belles prises. À l’aide d’encre de chine, elle réalise donc des empreintes de poissons à la surface de papiers marouflés sur toiles ou sur des tissus suspendus à la manière des kakemonos. La technique du marouflage, qui consiste à coller une surface légère (en l’occurrence des papiers récupérés) sur un support rigide, permet ainsi de produire des effets de texture qui s’entremêlent aux éléments graphiques imprimés sur les énigmatiques papiers que Carole Exbrayat recycle : on devine des mots, des tracés et des plans de consignes de montage... Sur deux toiles toutefois, un texte imprimé en bleu et complètement distordu donne l’impression de vagu

Continuer à lire

"Triple Bill #1" : Japunk

Danse | « Trois chorégraphes, dix danseurs et deux cultures de la danse hip hop sont réunis autour d’un véritable projet de coopération et de stimulation artistique entre la France et le Japon : attention, événement ! » assure la Rampe, qui accueille ce programme deux soirs de suite – jeudi 4 et vendredi 5 octobre. On vous en dit plus.

Aurélien Martinez | Lundi 1 octobre 2018

Une première pièce plastiquement réussie avec ces cinq danseurs tête rivée au sol façon insectes. Une deuxième, avec les cinq mêmes interprètes, elle plus dans l’évocation des éléments naturels (le feu, l’eau, la terre… ) et dans la technique. Et une troisième qui tranche complètement avec les précédentes, balayant d’un trait leur politesse esthétique. Voilà comment peut être décrit le programme Triple Bill #1 qui a vu le jour la semaine dernière à la Biennale de la danse de Lyon, avec l’idée de faire dialoguer les cultures française et japonaise autour du hip hop (Année du Japon en France oblige). Si les deux premières créations, signées respectivement par Jann Gallois et Kader Attou, respectent le cahier des charges en convoquant sur scène un solide quintet de solistes hip hop japonais, elles ne se démarquent pourtant en rien de cette tradition européenne d’un hip hop voguant vers la danse contemporaine. Alors que la dernière, pensée par les danseuses de Tokyo Gegegay (photo) et leur chorégraphe Mikey, stars des plateaux télé nippons, surprend clairement avec son popping, danse de la contrac

Continuer à lire

Capharnaüm loufoque

SCENES | Pour sa première année en tant que directrice de l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix (nouvelle terminologie, on vous l’a déjà expliqué !), Emmanuelle Bibard a (...)

François Cau | Vendredi 12 novembre 2010

Capharnaüm loufoque

Pour sa première année en tant que directrice de l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix (nouvelle terminologie, on vous l’a déjà expliqué !), Emmanuelle Bibard a souhaité poser des jalons en vue de collaborations sur le long terme avec certains artistes – qu’elle nomme "compagnons de route". Après une ouverture de saison réussie en octobre dernier avec les Lyonnais de l’Association Woo, on rencontre en cette fin novembre le Turak Théâtre. Compagnie lyonnaise de référence que l’on a souvent pu voir au festival de l’Arpenteur, le Turak Théâtre propose un univers poétique étudié et extrêmement drôle au travers de créations débridées et hors normes. Car le monde du metteur en scène Michel Laubu est un véritable bric-à-brac d'ustensiles vieillots détournés de leurs usages traditionnels, qui reprennent littéralement vie sur scène. L’été dernier, nous avions pu découvrir Deux pierres, soit plusieurs petites histoires racontées par Michel Laubu et sa verve inimitable. Derrière une table des plus désuètes, il embarquait le public dans un voyage loufoque, où nos repè

Continuer à lire

American trip

ECRANS | De Nicholas Stoller (ÉU, 1h49) avec Russell Brand, Jonah Hill…

Dorotée Aznar | Jeudi 8 juillet 2010

American trip

Cette aventure solo du rocker Aldous Snow, génial personnage secondaire du non moins génial "Sans Sarah rien ne va !", a le mérite, au-delà de ses menus défauts de rythme (apanage de toute production Judd Apatow qui se respecte), de remettre quelques pendules à l’heure. Son interprète, Russell Brand, n’est pas que le boyfriend de Katy Perry, c’est avant tout l’un des meilleurs comiques anglais du moment, dont le vécu tumultueux et les attitudes politiquement incorrectes (les scénaristes ont eu le bon goût de s’en inspirer pour nourrir le film) ont de quoi renvoyer Stéphane Guillon à son bac à sable. Ensuite, les premières minutes, construites de la même façon que celles de "Fatal" (une présentation du personnage via des émissions télé et autres clips foireux), humilient Michael Youn en réussissant là où ce dernier échouait lamentablement : drôle, touchant, bien mis en scène, interprété avec juste ce qu’il faut de folie, hilarant dans sa critique de l’industrie de la musique (voir le traitement réservé au personnage de Puff Daddy !), "American trip" est typiquement le genre de film sorti en France à la va-vite et en VF, que tout le monde redécouvrira lors de sa sortie vidéo… FC

Continuer à lire