The French Bastards en BO

MUSIQUES | Ils sont trois et auraient sans doute pu devenir compositeurs de musique de films. Eux ont préféré mettre leur talent au service d'un jazz énergique et sautillant aux influences multiples. Le résultat est pour le moins original.

Gabriel Cnudde | Mardi 6 décembre 2016

Photo : M.Wsd


On pourrait les confondre avec un album de l'Inspector Cluzo. Seulement voilà, The French Bastards ne font pas du hard rock. On pourrait plutôt parler de hard jazz tant l'énergie dégagée par leurs compositions n'a rien à envier aux riffs bourrés de distorsion et de fuzz de leurs homologues à gros amplis.

S'il faut du talent et un certain courage pour se lancer dans le hard rock en 2016, il en faut d'autant plus pour proposer un jazz accessible à tous. C'est pourtant ce que font Jean-Christophe Prince (premier rédac chef du PB pour la petite histoire, il y a plus de 20 ans donc), Guillaume Lannoy et Xavier Bray, concert après concert, enregistrement après enregistrement. Et pour l'heure, les trois Grenoblois le font très bien.

Bande originale

Pianiste avec probablement un peu plus de dix doigts, Jean-Christophe Prince compose ce qui est ensuite réarrangé par l'ensemble de la formation. Ressort de ce "brainstorming sur portées" une musique carrée mais déjantée, transgressant les codes imaginaires d'un genre nouveau avec une rigueur paradoxale. C'est une résurgence des années folles si elles avaient été plus folles encore. Titre après titre, les trois excellents (voilà généralement le seul adjectif correspondant à des artistes de jazz accomplis) musiciens ouvrent les portes d'un cinéma un peu vieillot dans lequel reposent des longs-métrages poussiéreux encore jamais diffusés.

Sur ces bobines résonnent les bandes originales créées par cette bande originale. Des échappées belles qui colleraient tantôt à un Woody Allen, tantôt à une scène loufoque de Charlie Chaplin. Même le nom des morceaux évoque à lui seul une histoire (Course poursuite au musée, Prince Street, Le dossier Prokoviev). Le reste, les instruments s'en chargent : le piano fugue à toute allure, généralement rattrapé par un walking bass qui sait aussi courir et par une batterie cadrant rythmiquement ces deux fuyards.

En bref, The French Bastards jouent, au sens premier du terme. Ils s'amusent et ça s'entend. « Sur une base acoustique, le groupe ouvre ses futures compositions sur l'électro et les featuring » peut-on lire sur leur site. Vivement l'ouverture !

The French Bastards
À la Bobine samedi 10 décembre à 19h30
Au Marché de Noël vendredi 16 décembre à 20h
À la Passoire vendredi 13 janvier


The French Bastards

Post jazz, groove, pop
La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


The French Bastards

Rock
Marché de Noël équitable et culturel Square Docteur Martin Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


The French Bastards

La Passoire 47 avenue de Vizille Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

JC Prince, du PB à la chanson

MUSIQUES | La vie est bien faite : la semaine de sortie du numéro 1000, Jean-Christophe Prince, premier rédacteur en chef du PB, est en concert à l’Atrium de Fontanil-Cornillon avec ses chansons. Ça valait bien une interview, dans laquelle le tutoiement est évidemment de rigueur. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 19 janvier 2016

JC Prince, du PB à la chanson

Après six ans à la tête de la rédaction du PB (de 1993 à 1999 pour être précis), tu t’es lancé au début des années 2000 dans la musique. Ça a fait quoi de changer de statut, de passer de l’autre côté de la barrière ? Jean-Christophe Prince : J’avais vraiment aimé être au Petit Bulletin, mais c’était bien d’arrêter… Ça m’a fait plaisir de ne plus être du côté de ceux qui regardent, de me retrouver parmi ceux qui proposent des choses. Tu n’as pas eu peur d’être attendu au tournant ? Non, pas vraiment. Même si, pour l’anecdote, les musiciens de Grenoble ne m’ont pas fait spécialement un accueil chaleureux. Je ne dis pas ça par aigreur, ça m’avait plutôt fait marrer d’ailleurs ! Et comme je n’avais pas forcément été toujours tendre dans le PB, c’était de bonne guerre. En plus, musicalement, tu as décidé de faire de la chanson, genre pas forcément le plus défendu au PB… Non, effectivement ! Après le PB, je me suis laissé porter pendant trois-quatre ans par les choses que je faisais naturellement. J’ai toujours écrit, donc l

Continuer à lire