Frànçois & The Atlas Mountains en mai à la Belle électrique

Aurélien Martinez | Mercredi 1 mars 2017

C'est une chouette date que vient de s'offrir la Belle électrique : le groupe du Français François Marry débarquera le jeudi 18 mai à Grenoble pour défendre Solide Mirage, son quatrième album qui fait suite à deux chefs-d'œuvre : Piano Ombre en 2014 et E Volo Love en 2011.

Des musiciens qui produisent de véritables bijoux pop (Les Plus Beaux, La Vérité ou encore le tout récent Grand Dérèglement) comme on les aime tant, c'est-à-dire ouverts à de nombreuses autres influences. On en reparle plus longuement en temps voulu.


François & The Atlas Mountains


La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

François Marry : « Avoir un discours politique sans être moralisateur »

MUSIQUES | Effectif remanié, nouvelle approche musicale, textes à la résonance plus politique... Sur son quatrième album "Solide Mirage", le groupe français Frànçois & the Atlas Mountains semble avoir abordé un nouveau cycle qui doit autant aux circonstances et à l'ère du temps qu'à une volonté de se renouveler sans se renier. Explications avec François Marry, montagne en chef, avant leur passage à la Belle électrique.

Stéphane Duchêne | Lundi 15 mai 2017

François Marry : « Avoir un discours politique sans être moralisateur »

Vos trois premiers albums constituent une trilogie à laquelle Piano Ombre (2014), qui a connu un beau succès (grâce notamment​ au mini tube La Vérité), a mis fin. Comment avez-vous abordé ce nouveau cycle qui s'ouvre avec Solide Mirage (2017) ? François Marry : Les premiers albums avaient été enregistrés dans le sud, notamment près de Bordeaux, ce qui donnait quelque chose d'assez solaire et d'assez pastoral. Là, on a créé Solide Mirage à Bruxelles, où une partie du groupe s'est installée. Le groupe a aussi changé de line-up : un nouveau jeune génie belge [David Nzeyimana alias Le Colisée – NDLR] est arrivé, ce qui a pas mal rafraîchi notre son. C'était un vrai challenge d'appréhender la création d'un album de manière différente. On avait déjà beaucoup tourné avec ces morceaux, ce qui nous a permis d'y mettre un côté plus instinctif, moins alambiqué, avec plus de guitare. Comme à chaque aventure de Frànçois

Continuer à lire