Peter Kernel : la nuit leur appartient

MUSIQUES | Le duo rock suisso-canadien sera mercredi 30 mai à la Bobine, et c'est une excellente nouvelle.

Stéphane Duchêne | Mardi 22 mai 2018

Le deuil est sans doute une chose aussi impossible à mesurer que la taille de la nuit. Et c'est un peu (et même beaucoup) ce qui traverse le dernier album en date de Peter Kernel, The Size of the Night. Lequel constitue une sorte d'exorcisme à la douleur et à l'impuissance face à la perte de leur producteur et ami Andrea Cajelli.

D'abord, le duo helvéto-canadien (Barbara Lehnhoff, Aris Bassetti) a appris à faire sans ce dernier. Et a complètement (ou presque) ouvert son horizon musical et instrumental. Manière aussi de laisser leur art-punk et leur inspiration voguer vers l'évocation de ce trou noir ressenti au fond de l'âme : entre fureur contenue (There's nothing like you), messes noires (Drift to Death), invocations psychédéliques sur lesquelles Barbara Lehnhoff joue les reines de sabbat avec la sensualité torve qu'on lui connaît (The Shape of your face in Space) et failles laissant passer des éclairs de lumière pop inédits jusqu'ici (Terrible Luck).

Avec toujours cette impression que chacun des titres de The Size of Night se rapporte jusque dans son intitulé au funeste événement précité. Jusqu'à The Fatigue of Passing the Night, final d'une douceur absolue (évoquant quelque chose comme du Dean & Britta, autres Bonnie & Clyde, new-yorkais eux, du rock indé) qui finit d'emporter cet album vers les étoiles. Et ce groupe décidément surprenant vers des hauteurs toujours insoupçonnées.

Peter Kernel + Julie Bally
À la Bobine mercredi 30 mai à 20h30


Peter Kernel + Julie Bally

Art punk, rock introspectif
La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La belle est la bête

MUSIQUES | « Dieux ! quels affreux regards elle jette sur moi ! / Quels démons, quels serpents traîne-t-elle après soi ? / Hé bien ! filles d’enfer, vos mains sont-elles (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 4 octobre 2013

La belle est la bête

« Dieux ! quels affreux regards elle jette sur moi ! / Quels démons, quels serpents traîne-t-elle après soi ? / Hé bien ! filles d’enfer, vos mains sont-elles prêtes ? / Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » Réponse : pour l’auditeur en qui la musique et le nom de Camilla Sparksss – avec ses trois « s » bien sifflants – provoquera une de ces étincelles qui font les grands incendies. Camilla Sparksss, ou Barbara Lehnhoff à l’état civil, canadienne que les amateurs du groupe noise pop semi-helvète Peter Kernel, où elle tient plus que fermement la basse (et le crachoir), auront sans doute reconnue : une gueule d’ange blond mais des intentions de gorgone à la chevelure vivante. Oui, il faut être légèrement masochiste pour accepter de se faire hurler dessus par une Camilla en mode séduction/répulsion passive agressive, à coups de synthés saturés et de beats electro façon claques dans la gueule – autrement dit des « beafles », terme qu’on évitera d’expliquer. Camilla Sparksss est une chasseuse, et elle est prête à vous apprendre cet

Continuer à lire

Awards 2011 musique

MUSIQUES | Awards des claques lives inattendues : Zone libre et Peter Kernel Pas vraiment galvanisante sur CD, la réunion entre la rappeuse Casey et le guitariste (...)

François Cau | Vendredi 16 décembre 2011

Awards 2011 musique

Awards des claques lives inattendues : Zone libre et Peter Kernel Pas vraiment galvanisante sur CD, la réunion entre la rappeuse Casey et le guitariste Serge Teyssot-Gay a tout explosé sur la scène de la Bobine. La première s’est imposée comme une MC tonitruante, ravageuse, aux lyrics qui claquent comme autant de coups de trique bien sentis, le second a confirmé aux plus sceptiques que la réussite de Noir Désir lui devait énormément. La fusion entre hip hop et rock’n’roll a tenu tout du long, dans un équilibre incroyable de rage et de ferveur musicale. Tout aussi électrique, le set de Peter Kernel a également bousculé le public du Ciel dans ses doucereuses habitudes. Les compositions du génial White death black heart (l’un des albums de l’année, et pas uniquement à cause de l’adorable petit chat en couverture) ont été transcendées par ce trio de rock déviant, avec une énergie qui aura dévasté les hipsters les plus blasés. Sinon, Patti Smith a aussi tout défoncé

Continuer à lire

Peter pan dans ta gueule

MUSIQUES | Vous voyez l'ambiance du Piranha 3D d'Alexandre Aja ? Avant que la poiscaille préhistorique ne pointe le bout de ses ratiches acérées. Les alcools forts (...)

François Cau | Vendredi 4 novembre 2011

Peter pan dans ta gueule

Vous voyez l'ambiance du Piranha 3D d'Alexandre Aja ? Avant que la poiscaille préhistorique ne pointe le bout de ses ratiches acérées. Les alcools forts ruisselants sur des popotins galbés, les t-shirts gorgés d'eau et les poitrines gonflées par le désir de vivre qu'ils peinent à contenir, les bellâtres aux caméscopes turgescents, le hip hop à grosses sneakers, les bateaux tout juste livrés par le concessionnaire du coin, tout ça. Et bien Peter Kernel, c'est tout le contraire. C'est Springbreak vu par les joueurs d'échecs et les étudiants en graphisme : une sono qui crache le meilleur de la musique électrique indé des années 90, des corps ordinaires tatoués au feutre noir, des girafes de soda, des antivols qui valent plus chers que les vélos qu'ils protègent et des souvenirs fixés via filtre polarisant. C'est un trio basé en Suisse (premier pays producteur de décibels d'Europe, on ne le dira jamais assez) dont la musique charrie des échos de la noise arithmétique de Shellac, du hardcore indépendantiste de Fugazi, de l'indie rock débrail

Continuer à lire