Adieu tristesse

Alela Diane + Ronan Siri

Salle Rameau

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En visite lyonnaise pour un PB Live intime, Alela Diane interprètera, entre autres et en solo, les sublimes chansons d'"About Farewell". De cet album contant les prémices de son divorce, la folkeuse de Nevada City a fait un disque de renaissance épongeant tout ses échecs et appelant la réussite. Et à trente ans, commence une nouvelle vie. Stéphane Duchêne

C'est un disque à propos d'un adieu, mais en forme de retour en grâce. Un règlement de comptes sans acrimonie ni défaussement, mais d'un genre dont il est impossible de faire l'économie si l'on veut continuer à avancer. Un album de préparation à l'accouchement d'une séparation, un exercice de formulation de ces choses qu'on a sur le cœur mais qu'on ne peut sortir, l'exorcisme d'un malaise qu'on n'identifie que dans des mots trop longtemps restés au placard. «I left those words a-hangin' like a ruined dress» chante Alela Diane sur Rose & Thorn.

 

Alela a toujours parlé de ses expériences, vu la musique comme une thérapie, et ce dès The Pirate's Gospel. Ce titre qui la fit connaître n'est lui-même rien d'autre que la sublimation d'une simple virée en bateau sur un lac, transformée par l'enthousiasme en un de ces "on-dirait-qu'on-serait-des-pirates-ou-des-indiens" chers aux enfants. Mais pour About Farewell, la démarche a été particulière, elle tenait de la survie. Il fallait que ça sorte, que les choses soient purgées, sans filtre, sans métaphore. Ces chansons, Alela Diane les a écrites alors que son mari et amour de jeunesse, Tom Bevitori, était parfois dans la pièce à côté. Elle ne savait au départ qu'en faire. Elle en a fait un album et un divorce.

 

«C'est terrible à dire mais à mesure que j'écrivais ces chansons, confie-t-elle, elles me convainquaient de ce que j'avais vraiment envie de faire. Elles me guidaient à travers mes sentiments et mes sensations. Vers la décision de mettre fin à ma relation avec mon mari. Un jour, en chantant l'une de ces chansons dans ma chambre, j'ai réalisé que je ne pourrais jamais les partager avec quiconque si je ne les acceptais pas comme une vérité concrète me poussant à agir en conséquence». Sur la pochette de l'album, on voit deux Alela : l'une semble pensive, les yeux baissés, l'autre l'observe, l'ausculte même, à l'image de ce travail réflexif et d'auto-analyse.

 

 

Wild Divine


La rupture aura également d'autres conséquences, plus professionnelles, Tom étant également son guitariste. Le changement de groupe est obligatoire. Mieux, Alela enregistrera pour la première fois un disque sans son père, son mentor musical de toujours, que l'on voyait aussi régulièrement en concert à ses côtés : «J'avais envie et besoin de ressentir les choses par moi-même et uniquement par moi-même, sans mon mari, sans mon père, sans le contexte musical dans lequel j'étais habituée à évoluer depuis des années». Car entre-temps, après un très bon second album sur le label Rough Trade, To Be Still, après quelques belles collaborations (un remarquable EP avec sa copine de San Francisco Alina Hardin, notamment), il y eut une tentative infructueuse de déborder quelque peu du pré-carré folk à nattes, Rough Trade lui donnant les moyens de réaliser un disque plus ambitieux, plus indie pop, censé conquérir une partie de l'Amérique – avec aux manettes Scott Litt, homme-lige de l'âge d'or de REM.

 

Fallait-il là encore voir un signe dans la pochette d'Alela Diane & Wild Divine – avec un énorme "&" – sur laquelle la chanteuse semble rongée par l'angoisse ? En tout cas, rien ne se déroule comme prévu, les problèmes personnels se mêlant à l'échec du disque – un rien poussif dans l'inspiration et lisse dans la production. Le tout se cristallise autour d'une tournée où Alela a la désagréable impression d'être la "mère" d'un groupe dont elle doit gérer les excès – y compris ceux de son mari. Paradoxalement, ce sont bien ces problèmes domestiques qui lui permettent de digérer l'insuccès de Wild Divine et le rendu de son contrat par Rough Trade : «Je ne vois pas cet album comme un échec, il y a simplement eu un malentendu sur les attentes de Rough Trade à son sujet. Et honnêtement, je mentirais en disant que quand les gens de Rough Trade m'ont dit qu'ils voulaient arrêter de travailler avec moi, cela m'a affecté. J'avais bien assez de problèmes personnels à régler».

 

Avec ce disque où son timbre folk unique résonne au cœur d'arrangements plus subtils que minimalistes, Alela Diane a, sans le vouloir, également soldé les comptes de dix années de sa vie – les dix dernières, soit les dix premières de sa carrière de musicienne – bouclant avec une étonnante acuité musicale, la patine de l'expérience en plus, la boucle entamée avec The Pirate's Gospel : «Je ne peux pas nier qu'About Farewell est une forme de retour à la simplicité de The Pirate's Gospel. Cela fait dix ans que chanter est mon métier, c'est un tiers de ma vie. Cela m'a appris beaucoup de choses sur moi-même, ce que je voulais faire et ne pas faire, musicalement comme dans ma vie personnelle. J'ai appris comment gérer les problèmes mais... En fait je réalise que c'est peut-être dû à l'âge. J'ai tout simplement vieilli» conclut-elle en riant.

 

 

Accélération


La fille de Nevada City n'est pas la première à faire un comeback artistique impressionnant avec un album de rupture, que l'on songe au Us de Peter Gabriel (séparation d'avec Rosanna Arquette) ou plus évidemment au Blood on the Tracks de Bob Dylan (divorce d'avec son grand amour, Sara). Après tout, l'album de rupture est un genre à lui tout seul, qui plus est solidement ancré dans le folk et la musique country. Cela n'a guère préoccupé Alela à l'instant T : «Bien sûr, je sais que certaines des plus grandes chansons de folk et de country portent sur le même sujet, mais au moment d'écrire, ça m'était totalement étranger. J'étais trop concentrée sur ce que je faisais et plus occupée à inscrire mes chansons dans ma propre histoire que dans celle de la musique. Je les ai simplement écrites parce que j'avais besoin qu'elles le soient».

 

Il n'empêche qu'Alela est sans doute, sur ce disque que le San Francisco Examiner a qualifié de «mère de tous les albums de ruptures», l'une des rares à y transformer à ce point le trouble, et sans doute un peu l'aigreur, en une douceur retrouvée. En un premier pas vers l'apaisement. Mieux : en un premier pas vers une autre vie. «Leaving is the hardest part, that’s what we always said / Once upon the other side, it’s best not to look back / That's what we say about farewell» chante-t-elle sur la chanson-titre. En 2008, dans une précédente interview, elle nous confiait qu'«à Nevada City, le temps passe moins vite». Le fait est que depuis son déménagement à Portland – temple de la branchitude du nord-ouest des Etats-Unis – la jeune femme a pu faire l'expérience de l'accélération des événements, dans une vie qui semblait solidement sur des rails avant de... dérailler puis, plus étonnant encore, de reprendre une course inattendue.

 

Car non seulement le déchirant About Farewell a récolté les louanges critiques dont Wild Divine avaient privé la jeune femme mais, le disque à peine enregistré, la californienne est retombée amoureuse et s'est remariée. Au cours de l'entretien, en guise de fond sonore, on a même eu droit à un babil de nourrisson. C'est l'autre nouvelle : Alela est maman. Magnifique pied de nez au destin, c'est enceinte qu'elle a réalisé toute la tournée promotionnelle d'About Farewell. Elle a même récemment publié une vidéo où elle répète guitare en mains avec pour seule spectatrice, et percussionniste involontaire, sa fille. Comme pour mieux boucler la boucle, elle y chante une version réactualisée d'un morceau de The Pirate's Gospel : Oh My Mama, un hommage à sa mère – à qui elle doit sa voix – retourné à sa fille pour que l'histoire continue.

 

Âgée de sept mois, Vera Marie va la suivre au cours de ce mini-tour européen (six dates en France, une en Allemagne) qu'Alela appréhende un peu d'un point de vue logistique, tout en paraissant impatiente de vivre cette nouvelle expérience en famille, avec mari, beaux-parents et camping-car. En 2008, son interview dans nos pages se concluait très exactement par ces mots : «Je vais de l'avant ». Six ans après, quelle que soit la manière, la jeune femme ne se contredit pas.

 

Alela Diane [+ Ronan Siri]
A la Salle Rameau, jeudi 12 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 janvier 2023 De passage à Lyon, comme chaque fois qu'elle publie un disque, Alela Diane a livré en 2022 un sublime album, Looking Glass, qui à travers le miroir marie l'intime et le global dans un chant de la terre qui voudrait ouvrir les consciences sur la...
Mercredi 4 janvier 2023 L'année précédente digérée, et avec elle, les agapes des réveillons, les affaires reprennent sur les scènes de musiques actuelles. Beaucoup de choses à voir et entendre dont nous vous livrons une sélection premium. 
Mardi 24 avril 2018 En plus d'Alela Diane, le Petit Bulletin Festival #2, ce sont deux autres têtes d'affiche, Cascadeur et Orchestra Baobab, et quatre jeunes talents fascinants. À noter aussi quelques concerts acoustiques et surprises à découvrir sur place pour...
Mercredi 28 mars 2018 Après son Petit Bulletin Live de 2014, la reine du folk indé Alela Diane revient nous rendre visite avec son dernier album "Cusp", poignant témoignage personnel, comme elle sait si bien les livrer, sur l'expérience de la maternité.
Mercredi 28 février 2018 De Cascadeur à Orchestra Baobab en passant par Sage, Alela Diane et tous les autres, petite sélection best of spéciale Petit Bulletin Festival #2. Même si le meilleur est à venir en live du 27 au 29 avril au Subsistances.
Mercredi 7 février 2018 Pour sa deuxième édition, le Petit Bulletin Festival prendra ses quartiers aux Subsistances les 27, 28 et 29 avril prochains avec pas moins de sept artistes au programme, de la folk à la pop en passant par la world music. En voici le détail.
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Vendredi 21 mars 2014 A une semaine du concert de Benjamin Clementine et à un mois de celui de San Fermin, nous avons le plaisir de vous confirmer la venue, le 12 juin (...)
Vendredi 6 juillet 2012 Quand il s'agit d'évoquer ce que l'on a commencé à appeler le néo-folk, au mitan des années 2000, le nom d'Alela Diane s'impose immédiatement. (...)
Jeudi 5 avril 2012 On avait découvert Mariee Sioux Sobonya alias Mariee Sioux, par la grâce – à tous les sens du terme – de son amie d'enfance Alela Diane, qu'elle (...)
Vendredi 30 septembre 2011 Pop / C'est donc maintenant Alela Diane «& Wild Divine». Du nom du groupe qui l'accompagne, bien sûr. Tout est dans le «&», comme une tentative de (...)
Jeudi 15 septembre 2011 Fini les tresses d'indiennes, les pochettes sépias et les robes cousues mains par mémé dans une caravane de Nevada City, qui donnaient à la chanteuse et à son (...)
Mercredi 13 mai 2009 Musique / Révélée en folkeuse de Nevada City l’an dernier avec The Pirate’s gospel, Alela Diane sort de sa solitude et s’affranchit de ses racines musicales sur un nouvel album très réussi, To be still. Christophe Chabert
Mardi 8 avril 2008 Si on dénonce souvent le copinage et le favoritisme, il faut parfois reconnaître que de temps à autre il peut avoir du bon. Car en plus de venir présenter son (...)
Mardi 8 avril 2008 De passage à l'Épicerie Moderne, Alela Diane et sa copine Mariee Sioux sont le fruit d'une longue tradition de folk conjugué au féminin. Panorama non-exhaustif des grandes dames qui ont semé le folk aux quatre vents. Stéphane Duchêne

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X