Réalité

Réalité
De Quentin Dupieux (Fr-Bel, 1h27) avec Alain Chabat, Jonathan Lambert...

Un caméraman qui veut tourner son premier film d’horreur, un producteur instable, un animateur atteint d’un eczéma imaginaire, une petite fille nommée Réalité… Avec ce film somme et labyrinthique, aussi drôle que fascinant, Quentin Dupieux propulse son cinéma vers des hauteurs que seul un David Lynch a pu atteindre ces dernières années. Christophe Chabert

Vient toujours un moment, dans la carrière d’un cinéaste digne de ce nom, l’envie de tourner son Huit et demi, c’est-à-dire un grand film réflexif sur la manière dont il aborde le cinéma : Truffaut avec La Nuit américaine, Almodovar avec Étreintes brisées, David Lynch avec Mulholland Drive… Quentin Dupieux, qui avait déjà approché la question dans Rubber à travers des spectateurs regardant avec des jumelles le film en train de se dérouler sans caméra, ni équipe, ni projection, en fait le cœur de Réalité.

Le titre lui-même est un leurre sublime : ici, la réalité est sans doute ce qu’il y a de plus incertain et fluctuant, toujours contaminée et reformulée par le cinéma et la fiction. En fait, ce n’est pas la réalité que le film cherche à capturer, mais une petite fille prénommée Réalité, que l’on filme en train de dormir et dont on veut atteindre le subconscient — autrement dit, la capacité à produire de l’imaginaire. Dans la boucle folle que le scénario finira par créer, on comprendra que cet imaginaire-là n’est rien d’autre que celui de Dupieux lui-même ; dans les rêves de Réalité, il y avait ce long rêve éveillé qu’est Réalité, le film.

Cri et chuchotements

Pour en arriver là, Dupieux multiplie les personnages ayant leur propre problème à résoudre : au centre, Jason, un cameraman timide qui cherche à tourner son premier long métrage, un film d’horreur où les télévisions émettent des ondes capables d’abrutir puis de tuer ceux qui les regardent. Il propose son projet à un producteur instable qui accepte de lui confier un budget, à une condition : lui ramener sous quarante-huit heures le cri le plus terrifiant de l’histoire du cinéma.

C’est la partie la plus hilarante de Réalité et c’est aussi pour Dupieux l’occasion de renouer avec la langue française qu’il avait abandonnée depuis Steak. Le film se déroule à Los Angeles, transformée en un paysage ordinaire fait de collines, de routes et de pavillons, nimbé de smog, loin de toute représentation hollywoodienne glamour et on y parle aussi bien français qu’anglais, sans aucune raison scénaristique — le «no reason» théorisée dans Rubber est plus que jamais mis à profit. Cela donne donc un fabuleux affrontement entre un Alain Chabat parfait d’hébétude lunaire et un Jonathan Lambert prodigieux de précision dans ses innombrables ruptures d’humeur et de concentration.

Débarquent aussi dans le récit un animateur télé persuadé, malgré les apparences, de souffrir de crises d’eczéma aiguës, un directeur d’école qui aime se travestir, un cinéaste dont le génie bordure l’escroquerie… Impossible de ne pas penser, dans cette structure chorale dont les charnières restent invisibles, au travail de Lynch dans Mulholland Drive : même plaisir de tourner des séquences d’anthologie, même sourde tonalité des ambiances — il faut dire que Dupieux, à rebours de ses films précédents, n’a recours qu’à une seule source musicale, un morceau de Philip Glass tiré de Music with Changing Parts dont la répétition entêtante participe au climat mélancolique général — et, surtout, même envie de faire exploser le scénario en cours de route pour en offrir une nouvelle configuration, dont la cohérence échappe à toute logique classique.

Magnéto détraqué

Le film se détraque alors dans tous les sens, les séquences se dupliquent de manière folle, les mêmes scènes se répètent dans des décors différents, la temporalité est soumise à des tsunamis inexpliqués, les personnages deviennent à la fois eux-mêmes et un autre… Tout converge cependant vers la fameuse Réalité qui semble seule détenir le plan de ce labyrinthe cinématographique dont l’idée la plus démente est sans doute celle d’un film qui existe déjà avant même d’avoir été tourné. Dans une des premières séquences, elle voit sortir des entrailles d’un sanglier tué par son père une antique VHS — comment cette cassette est arrivée là, évidemment, cela relève encore du «No reason»…

Son contenu reste le mystère le plus longuement décalé par Dupieux, mais ce n’est pas tant sa révélation que son existence même qui donne la clé du film. La réalité comme une bande-vidéo que l’on pourrait copier, effacer, ralentir, accélérer ou rembobiner à l’infini, dont chaque lecture produirait à la fois de l’identique et de la différence — à l’inverse d’un numérique "inusable" dont Dupieux est pourtant un pionnier et un des meilleurs ambassadeurs — voilà l’idée du monde que nous propose Réalité. Un monde ludique, libre et innocent, pas encore pollué par le besoin de rationalité, proche de l’art brut, de l’écriture spontanée ou des jeux de l’enfance. Ce film somme est donc autant un pur plaisir de spectateur qu’un magnifique manifeste de son auteur : la rencontre entre Buñuel et Lynch dans un magnétoscope détraqué.

Réalité
De Quentin Dupieux (Fr-ÉU, 1h28) avec Alain Chabat, Jonathan Lambert, Élodie Bouchez…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intriguant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mardi 11 juin 2019 C’est une première et c’est peu dire qu’elle est réjouissante. Le Théâtre des Célestins lance la première édition d’un prix Celest’1 qui vise à faire de (...)
Mercredi 13 février 2019 Tous jeunes et déjà primés pour un travail remarquable, les membres de la compagnie Courir à la catastrophe s'attaquent à la somme bourdieusienne La Misère du monde. Courez-y !
Mardi 3 juillet 2018 Si le script de "Garde à vue" avait eu un enfant avec le scénario de "Inception", il aurait sans doute le visage de "Au poste !", cauchemar policier qui commence par un concert et s’achève par un éternel recommencement. Du bon Quentin Dupieux avec...
Mardi 20 mars 2018 Le Réverbère dévoile le 3e volet de la série d'expositions consacrée à Pierre de Fenoÿl, éminent photographe parti bien trop tôt. De 1978 à 1986, il parvient à se (...)
Mardi 8 décembre 2015 Bertrand Stofleth présente au Bleu du Ciel une trentaine de photographies issues d'un vaste projet sur sept années : "Rhodanie", ou l'approche d'un fleuve à travers son histoire, sa géographie, ses usages. Et aussi ses fantasmes. Jean-Emmanuel...
Lundi 2 février 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous recommande ses coups de cœur cinéma ! Au sommaire de ce troisième numéro (...)
Mardi 27 janvier 2015 Des immeubles new-yorkais plongés dans la nuit, des escalators charriant leur masse de passants urbains affairés, des façades d'immeubles autrichiens : tout (...)
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mardi 18 mars 2014 Que ce soit au cinéma avec "Wrong cops", sa nouvelle folie, ou dans la musique électronique en tant que Mr Oizo, Quentin Dupieux confirme qu’il est désormais une figure incontournable et en même temps insituable, ne répondant qu’à une seule loi : la...
Mardi 18 mars 2014 Avoir une double vie, de nos jours, n’a rien d’extraordinaire. Et si avant on trompait sa femme, c’est surtout la routine que l’on cherche à tromper (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...
Mercredi 4 décembre 2013 Après une première expérience réussie l’an passé, les cinéphages de Zonebis, coupables chaque année d’organiser l’excellent festival Hallucinations collectives, (...)
Mardi 5 février 2013 De Fabien Onteniente (Fr, 1h42) avec Édouard Baer, Alain Chabat, Lucien Jean-Baptiste…
Mercredi 29 ao?t 2012 Quentin Dupieux a de la suite dans les idées : après "Steak" et "Rubber", "Wrong" poursuit son exploration d’un univers absurde dont il invente, avec le plus grand sérieux, les règles délirantes, tout en creusant une vraie vision du monde moderne....
Vendredi 30 mars 2012 Soyons honnêtes avec le nouveau film d’Alain Chabat : on a pris plaisir à retrouver l’humour délicatement absurde du meilleur survivant des Nuls. Malgré de (...)
Mercredi 4 janvier 2012 L'hyperréalisme trop lisse de Brann Renaud cache bien son jeu, sinon ses jouets. Le jeune peintre (exposé à la galerie Elizabeth Couturier jusqu'au 4 (...)
Jeudi 4 novembre 2010 De Quentin Dupieux (Fr, 1h25) avec Stephen Spinella, Roxane Mesquida…
Mardi 7 septembre 2010 D’Antony Cordier (Fr, 1h47) avec Roschdy Zem, Marina Foïs, Élodie Bouchez…
Jeudi 13 mai 2010 Trois jeunes artistes exposent à la BF15 (jusqu'au samedi 29 mai) des œuvres intrigantes interrogeant, perturbant, déplaçant notre perception de la réalité. (...)
Mardi 23 mars 2010 Pour sa dixième édition, le festival Théât'Réalité nous invite à réfléchir à la question du regard porté sur les femmes dans notre société. Tout au long de la journée du 27 (...)
Jeudi 12 juin 2008 Expo / C’est devenu maintenant une petite tradition : chaque été, le musée Paul Dini organise une exposition collective d’art contemporain placée sous une (...)
Mercredi 15 décembre 2004 Avec Mon trésor, Keren Yedaya aborde le thème de la prostitution féminine à travers une histoire de transmission mère-fille. Un film entre naturalisme coup-de-poing et auteurisme faussement pudiques dont la cinéaste explique la génèse. Propos...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !