Les fils emmêlés du Musée des Tissus

Une situation toujours floue | Que deviendra le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs ? Son sort, sérieusement compromis depuis un an, n'est toujours pas réglé. Des pistes s'esquissent. Le point sur la situation en attendant l'épilogue.

Nadja Pobel | Mardi 27 septembre 2016

Photo : © DR


Lové au cœur du quartier d'Ainay dans un hôtel particulier, le flamboyant Musée des Tissus ne connaît toujours pas son avenir. Au cœur du réacteur, ça s'échauffe depuis plusieurs mois. Propriété de la chambre de commerce et d'industrie, le musée n'est plus désiré. Il coûte cher (2, 7 millions d'euros par an, avec notamment le salaire de vingt employés pour un million de recettes de billetterie et de mécénat) et la CCI, privée de 38% de recettes fiscales, qui n'a plus l'intention de combler ce déficit de 1, 7 M€, cherche désespérément à s'en débarrasser. Au printemps, elle s'était engagée à verser encore 1M€ et les institutions publiques (État, Région, Ville-Métropole) devaient apporter chacune 250 000€. Tout cela est en stand-by.

Une association en gestation

Tous les acteurs sont suspendus à la promesse faite en juillet, émanant du ministère de la Culture, de constituer une association qui reprendrait la gestion du musée dès le 1er janvier prochain. Un médiateur, président du Centre national du costume de scène (à Moulins) a même été nommé. Mais la mission de Thierry Le Roy s'est terminée sur cette promesse.

L'arrivée le 19 septembre dernier d'un nouveau pilote, Michel Prosic, à la tête de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) pour Rhône-Alpes Auvergne devrait relancer le dossier. Il est le représentant du Ministère sur ce territoire.

La CCI s'impatiente : son directeur a d'autres échéances. Emmanuel Imberton se présente à sa propre succession en octobre et souhaite présenter un budget débarrassé de cette épine. Le vote des élus de la CCI en faveur d'une fermeture du Musée aurait pu intervenir dès le 27 juin. Cela n'a pas été le cas. L'assemblée générale prévue le 19 septembre a été reportée au 17 octobre. D'ici là, les acteurs publics sont priés de se manifester. Emmanuel Imberton a tout récemment écrit au préfet du Rhône, Michel Delpuech, afin d'obtenir un rendez-vous avec les différents protagonistes de ce dossier. Le temps presse.

Du côté de la préfecture, il a nous a été confirmé que M. Delpuech et M. Imberton avaient des contacts depuis le début de cette affaire et que tout serait fait pour mettre en œuvre cette association. Encore faut-il avoir des directives émanant de la rue de Valois, notamment quant à la forme, au mode de gouvernance et au projet concret de cette structure. Contacté, le personnel du musée a précisé que le directeur Maximilien Durand préfère ne pas s'exprimer à ce sujet et laisse sa direction de tutelle, la CCI, le faire.

Le Louvre à la rescousse ?

Les dernières nouvelles proviennent de la Région. Laurent Wauquiez s'inquiète de l'avenir de ce lieu et a cherché à rencontrer le directeur du Musée du Louvre. C'était le 15 septembre. Aucun plan n'est arrêté, mais le président par intérim de LR espère créer des synergies avec le prestigieux établissement parisien afin de sauver l'institution lyonnaise. Cela pourrait se matérialiser par des collections du Musée des Tissus qui pourraient aller au Louvre, la création d'un label, mais pas la déclinaison d'un Louvre-Lyon comme il y a déjà un Louvre-Lens.

Laissons-là les tractations : il est toujours temps de visiter le musée qui présente actuellement Le Génie de la fabrique, hommage à ces Lyonnais qui, grâce à leurs inventions techniques, ont fait du tissage un art. Le MTMAD présente aussi des collections dans l'exposition (gratuite) qui se tient à la Sucrière jusqu'à fin novembre sur L'Épopée des uniformes militaires français.


Le Génie de la Fabrique

Hommage aux lyonnais qui ont élevé le tissage des étoffes façonnées au rang d'art
Musée des Tissus et des Arts Décoratifs 34 rue de la Charité Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Le Génie 2.0

"Excellence, création, innovation des industries textiles de Lyon et sa région"
Musée des Tissus et des Arts Décoratifs 34 rue de la Charité Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'épopée des uniformes militaires français

La Sucrière Les Docks, 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Laurent Wauquiez dévoile ses cartes

Musée des Tissus | La Région a dessiné les contours d'un futur possible et désirable pour le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs, et se montre prête à mettre la main au portefeuille de manière significative.

Sébastien Broquet | Mardi 6 juin 2017

Laurent Wauquiez dévoile ses cartes

Laurent Wauquiez semble avoir fait du Musée des Tissus et des Arts Décoratifs sa grande cause culturelle et patrimoniale, s'érigeant en moteur du projet de sauvegarde de ce lieu qui, on le rappelle, est menacé dans son existence par la volonté de la CCI Lyon Métropole de s'en séparer face aux coûts trop élevés pour en assurer le fonctionnement. La semaine dernière, la Région a lancé « l'opération sauvetage » en prenant directement les commandes : côté finances, la collectivité s'engage à verser chaque année à partir de 2018, un million d'euros en fonctionnement et à assurer la moitié du coût d'investissement, soit 10 millions d'euros, pour une refonte du projet. Mais Laurent Wauquiez pose ses conditions : « Ce sauvetage passera inéluctablement par un projet innovant qui devra redynamiser l’établissement, lui redonner les moyens de son excellence et d’une ambition nationale et internationale renouvelée. » Le projet que souhaite défendre la Région rejoint l'une des propositions dévoilée

Continuer à lire

Musée des Tissus : en sursis jusqu’à la fin de l’année

ACTUS | C’est la série de cet hiver à Lyon, et il n’y a pas besoin d’être abonné à un site de streaming pour en suivre les rebondissements. Attention, spoiler : le musée des Tissus et des Arts Décoratifs est donc sauvé. Très provisoirement, du moins. Retour sur la première saison venant de s’achever, en attendant la saison 2, en fin d’année.

Sébastien Broquet | Mardi 15 mars 2016

Musée des Tissus : en sursis jusqu’à la fin de l’année

Tout débute en 1856, quand les soyeux lyonnais décident de créer ce musée, ouvert au public en 1864. Le temps passant, une collection exemplaire et surtout unique au monde s’est constituée : rien moins que 2, 5 millions de pièces de textiles, issues de toute la planète et de toutes les époques, remontant jusqu’à l’Égypte des Pharaons. Un patrimoine inestimable, qui outre le fait d’attirer plusieurs milliers de visiteurs chaque année, d’être particulièrement reconnu à l’étranger (pour preuve, la pétition lancée pour le sauver a recueilli des signatures dans 122 pays), ce musée est une source d’informations essentielle pour les historiens, les créateurs qui viennent y chercher l’inspiration, les étudiants… Bref, un patrimoine unique et irremplaçable représentant 4500 ans d’Histoire. Problème : le musée appartient à la CCI, la Chambre de Commerce et d’Industrie, qui, exsangue, veut le fermer. C’est le seul en France à appartenir à une chambre consulaire. Cette dernière, suite à décision du gouvernement, va perdre 38% de ses ressources fiscales. Alors Emmanuel Imberton, le président de la CCI, ne veut ou ne peut plus tenir à bout de bras ce musée. Pendant plus d’un an, il

Continuer à lire

Textures de voix

ARTS | «Le costume est devenu un acteur déterminant de la scénographie d'un opéra. On voit d'abord avant d'entendre» lance Maximilien Durand, directeur du Musée des (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 22 avril 2014

Textures de voix

«Le costume est devenu un acteur déterminant de la scénographie d'un opéra. On voit d'abord avant d'entendre» lance Maximilien Durand, directeur du Musée des Tissus. Et Serge Dorny, directeur de l'Opéra de Lyon, de préciser : «Le budget de production des costumes est aujourd'hui très important, à part égale avec les décors». Les deux institutions ont décidé de présenter, en une séduisante mise en scène, 130 costumes d'opéras et de ballets de danse correspondant aux vingt dernières années de création de l'Opéra de Lyon. La sélection s'est opérée en fonction de la qualité des habits et des spectacles les plus marquants de cette période (Trois sœurs et Lady Sarashina de Peter Eötvös, La Flûte enchantée mise en scène par Pierrick Sorin, etc.). Le parcours se décline en salles thématiques ("Figures de l'altérité", "Héros et héroïnes", "Femmes fatales"...) et propose à chaque fois des cartels très précis, à la fois sur les productions et les techniques de couture. Les costumes habillent des mannequins masqués et certaines salles s'avèrent tout simplement impressionnantes 

Continuer à lire